Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 19:09

cadavres trop bavards

Ce nom vous dit certainement quelque chose. Vous avez sûrement du le rencontrer dans les linéaires de votre supermarché, ou chez votre libraire préféré. Je n’avais jamais lu de roman de David Baldacci, et celui-ci est l’occasion de faire la connaissance avec un nouvel auteur en ce qui me concerne.

Harry Finn est un jeune homme athlétique d’une trentaine d’années, vivant heureux en famille avec sa femme et ses trois enfants. Il travaille dans une société privée, qui a un contrat avec le Département de la sécurité intérieure, le DHS, pour tester le niveau de sécurité des installations sensibles. Ce matin là, Harry Finn se rend au National Airport de Washington, s’y introduit par l’entrée des employés, fait semblant de poser une bombe dans un A320, puis voyage dans la soute d’un 737 à destination de Détroit. Là bas, il se dirige vers le bureau de la sécurité avec des agents fédéraux pour leur montrer leur carence.

Mais Harry Finn ne rentre pas tout de suite à Washington. Auparavant, il tue Ross Thomas, en enduisant la poignée de sa voiture d’un puissant poison. Ross Thomas était sur la liste noire de Harry Finn. Le suivant s’appelle Carter Gray, l’ancien patron des agences de renseignement américain. Il le surveille au moment où il vient de recevoir la médaille présidentielle de la liberté. En fait, Carter Gray a été obligé de démissionner grâce à Oliver Stone, qui assiste justement à la sortie de Gray avec sa médaille.

Oliver Stone connaît bien Gray, il travaillait sous ses ordres. Oliver Stone, 61 ans, fait partie du Camel Club composé de Caleb Shaw, Reuben Rhodes, Milton Farb et Annabelle Conroy. Le Camel Club se donne pour mission d’enquêter sur des faits de façon à éviter les dérives du gouvernement. Auparavant, Oliver Stone était un tueur professionnel à la solde du gouvernement américain. Annabelle, elle, est une arnaqueuse professionnelle qui vient de voler 40 millions de dollars à Jerry Bagger, le célèbre et richissime propriétaire d’un casino à Atlantic city.

Le problème, c’est que Jerry Bagger retrouve tous les complices de l’arnaque un par un. Alors qu’Annabelle demande l’aide de Stone, celui-ci est invité par Carter Gray. Carter et Oliver parlent de la fille d’Oliver, adoptée par un sénateur, car Oliver est officiellement décédé sous le nom de Jason Carr. Il apprend aussi que ses anciens compagnons des services de renseignement sont morts récemment. Cette nuit là, la maison de Gray explose après qu’Oliver soit parti. Oliver décide d’enquêter et de rendre sortir Annabelle de son guêpier.

Rassurez vous, je ne vous ai résumé que 20% du roman. Car ça va vite, follement vite. J’avoue avoir eu un peu de mal dans les trente premières pages, car David Baldacci nous donne plein de noms, nous explique rapidement les situations, passant d’un personnage à l’autre. Et comme je n’ai pas lu les précédentes aventures du Camel Club, c’est peut être pour ça. Une fois que j’ai dépassé les trente premières pages, une fois les personnages installés, je me suis laissé prendre par cette lecture, car le style est très plaisant et le rythme relevé.

La construction du livre y est pour beaucoup^. Le livre fait 400 pages et il y a 99 chapitres. C’est dire s’ils sont courts. David Baldacci nous fait passer d’un personnage à l’autre, et comme ils sont bien dessinés (il y en a tout de même une petite dizaine), cela se lit sans aucune difficulté. Evidemment, on nage en plein milieu des méandres de la politique américaine, mais sans cibler de période bien précise, juste pour servir le rythme de l’intrigue. N’y attendez pas de révélations époustouflantes, les politiques sont menteurs, les méchants sont méchants mais pas trop, les gentils sont gentils mais pas trop.

On finit par suivre aisément l’histoire, les personnages, car leur psychologie est bien décrite sans que cela soit voyant. Oliver Stone est un personnage auquel on s’attache aisément, même si ce n’est pas le seul héros de cette histoire. C’est un livre que j’ai lu très vite, dès que j’avais cinq minutes de libre, réalisé par un auteur qui maîtrise parfaitement les règles du best seller, et c’est très réussi. L’ensemble en fait un bon page-turner, qu’il faut prendre pour ce qu’il est : un bon divertissement très prenant.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2010
commenter cet article

commentaires

bee traps 16/10/2014 15:09

This looks like a collaboration of Sherlock Holmes and James Bond bonded together. We could not be said as one of the worst combinations to put together. But I was not so impressive as I thought it would be either.

David Mourey 03/10/2010 10:26


Avec plaisir Pierre, j'ai été privé d'internet pdt 11 jours a cause d'un déménagement, mais tout rentre dans l'ordre. A tres bientôt.


Pierre faverolle 03/10/2010 13:46



comment ferait on pour vivre sans internet ? Voilà un bon sujet de bouquin ! A bientot donc !



David Mourey 02/10/2010 21:51


Bonjour, il est trés tentant ce livre. Merci pour l'info et la présentation.


Pierre faverolle 03/10/2010 09:28



Bonjour david, un thriller prenant avec plein de personnages, c'est du tout bon. Bonne lecture, et repasse par là pour me dire ce qsue tu en as pensé


A bientot



Xavier 27/09/2010 07:37


Avec Baldacci, on a du très bon avec "Un triche si parfaite" par exemple et du bon "Sous haute protection" et du trop convenu ou téléphoné avec des rebondissements surfaits. Je n'ai lu le dernier,
je vais me me le procurer après ce commentaire.
Un ancien commentaire sur la Triche :" Après une mise en place bien calibrée, l'escroquerie de haut vol menée par un grand artiste en la matière tient le lecteur en haleine sur une première partie.
La mécanique implacable, par la suite, qui se retourne, des personnages bien campés et un suspense dosé font de cet opus un excellent roman ."


Pierre faverolle 27/09/2010 13:18



Merci de ce conseil. Je mets Une triche si parfaite sur ma liste d'achat


A bientot



Richard 26/09/2010 21:24


Et pourquoi pas !
Je n'ai jamais lu cet auteur. Je me laisserais probablement tenter ...
Merci pour la suggestion !
Amitiés


Pierre faverolle 26/09/2010 21:47



Salut Richard


400 pages en 3 jours, ça prouve que c'est prenant. Alors bonne lecture pour celui ci. Ne rate pas mon article, avec un bouquin époustouflant de qualité, et c'est un premier roman. Je ne t'en dis
pas plus


A bientot



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories