Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 10:00

Tous les vendredis midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

Cette semaine : Le bibliothécaire de Larry Beinhart (Folio Policier)

A bientôt.


4ème de couverture : 

Bibliothecaire.jpgÀ la veille des élections présidentielles américaines, un bibliothécaire se retrouve par hasard plongé dans les affaires plus que troubles d’un vieil industriel finançant le candidat républicain (troublant sosie d’un junior bien connu!) et par là même, au coeur d’une embrouille où les barbouzes ont la main plutôt lourde… Larry Beinhart, spécialiste du thriller de politique- fiction (son roman Reality Show est devenu au cinéma Des hommes d’influence), tire à boulets rouges sur l’administration Bush au fil d’un roman aussi inquiétant que drôle.

 

Mon avis :

Je ne le répéterai jamais assez. Dans le paysage littéraire américain, il est un homme qui écrit des thrillers intelligents qui dénoncent les travers de la société américaine. Celui-ci s’attaque aux Bush et à leur façon de fausser les élections pour conserver un président dans la plus grande démocratie du monde. Un roman remarquable aussi passionnant qu’intéressant. Et si vous savez lire l’Anglais, jetez un œil sur les sites Internet cités dans le roman et qui font froid dans le dos.

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 10:00

Tous les vendredis midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

Cette semaine : Les liens du sang de Thomas H.Cook (Folio)  

A bientôt.

 

4ème de couverture :

 

Liens-du-sang.gifPetit avocat de province, David Sears a grandi sous l'autorité d'un père fou, surnommé le Vieux, et dans l'ombre de sa sœur, l'intellectuelle Diana, promise à un brillant avenir. Mais cette dernière a donné le jour à Jason, un garçon schizophrène dont le père, Mark, spécialiste de génétique, n'acceptera jamais la maladie. Lorsque cet enfant se noie, l'enfer ne fait que commencer.

Diana refuse la thèse de l'accident et soupçonne Mark d'avoir poussé leurs fils à la mort. Elle adopte alors un comportement de plus en plus étrange, envoie à son frère des messages sur d'anciens crimes rituels et exhume de vieilles histoires sordides à seule fin d'étayer ses accusations. Quand elle finit par emmener dans son sillage la propre fille de David, la situation devient intenable.

Tiraillé entre la volonté de défendre sa sœur, ses craintes sur sa santé mentale et les éléments troublants de l'enquête, David décide de faire à son tour la lumière sur la mort du jeune Jason, laissant les spectres du passé menacer l'existence tranquille qu'il s'était péniblement construite...

 

Mon avis :

 

A nouveau, Thomas H. Cook analyse les liens familiaux, les relations humaines, les actes, et les interprétations que l’on peut en faire. Par rapport à son précédent roman, il ajoute un thème qui est le poids de l’éducation sur la vie des gens. David doit-il avoir confiance en sa propre sœur ? Ou bien souffre-t-elle de la même maladie mentale que son père ? Et pendant tout le livre, on oscille entre ces deux questions. Car jamais, il ne nous donne de réponses. Cook est très doué pour distiller de petits indices pour nous emmener exactement où il veut. Et on ne sait jamais comment cela peut se terminer. Cook est un grand auteur.

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article
17 juin 2011 5 17 /06 /juin /2011 10:00

Tous les vendredis midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

Cette semaine : Hypothermie de Arnaldur Indridason (Points)

A bientôt.


4ème de couverture :

Hypothermie.jpgAu bout de la corde bleutée, le cadavre de Maria. Un suicide ? Erlendur n’y croit pas.
Il rouvre le dossier. La vie de la jeune femme est un théâtre d’ombres : médiums, insomnies glacées, terreurs nocturnes, les morts vivaient à ses côtés. Quand elle était enfant, son père s’est noyé sous ses yeux. En Islande, on murmure que les secrets les mieux gardés demeurent au fond des lacs…

Né en Islande en 1961, journaliste et critique de cinéma, Arnaldur Indridason est l’auteur de plusieurs romans policiers, véritables best-sellers internationaux. La Cité des Jarres, La Femme en vert et La Voix sont disponibles en Points. 

 

Mon avis :

Ce roman fait partie de la sélection Meilleurpolar.com des éditions Points.

Ce livre est centré avant tout sur le personnage de Erlendur. Il se retrouve face à une femme qui a cru qu’avec l’aide de médiums, elle pouvait entrer en contact avec sa mère défunte. Ce que Erlendur aimerait tant faire lui-même avec son frère. Il s’obstine sur cette enquête car il tient à démontrer que l’irrationnel n’est pas une solution à son problème personnel. Ce livre est la superbe démonstration d’un homme blessé, qui ne veut pas guérir, pour garder un souvenir, pour garder un but dans la vie. Ce livre est la superbe démonstration que Indridason aime profondément ses personnages. Ce livre est la superbe démonstration que Indridason est un personnage à part dans le monde du roman noir.

Ce roman a déjà été chroniqué ici.

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 10:00

 

Tous les vendredis midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

Cette semaine : Les raisons du doute de Gianrico Carofiglio (Points)

A bientôt.


4ème de couverture :

Raisons-du-doute.jpgL’avocat Guido Guerrieri se rend à la prison de Bari pour rencontrer un prévenu condamné pour trafic de drogue. Il ne se doute pas que le prévenu est Fabio Ray-Ban, ce voyou fasciste qui fut le cauchemar de son adolescence. Guido hésite à se charger de sa défense. Mais la femme du détenu, une beauté exotique, se présente à son cabinet, et presque malgré lui il se laisse volontiers convaincre.

Gianrico Carofiglio, né en 1961 à Bari, est un magistrat, écrivain et homme politique italien. Il a su puiser l'inspiration dans son expérience professionnelle pour se forger une renommée en tant qu'auteur de romans policiers. Traduites en treize langues, ses œuvres figurent régulièrement sur la liste des best-sellers européens.

« C’est comme si Guerrieri débarquait tout juste d’un vol Alitalia en provenance du Los Angeles de Michael Connelly. »

Publishers Weekly


Mon avis :

Pour ce personnage de quarantenaire coincé entre sa solitude et son désir de se caser, pour l’humour omniprésent et désenchanté, pour l’intrigue qui en même temps pose des questions essentielles sur le système judiciaire, il faut lire Carofiglio. Carofiglio met son style au service de ses personnages. Et contrairement à beaucoup d’auteurs sur le même créneau, c'est beaucoup plus prenant et psychologiquement bien plus passionnant. Le personnage de Guerrieri est récurrent et il est préférable de les lire dans l’ordre, soit Témoin involontaire puis les Yeux fermés, qui est génial.

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article
3 juin 2011 5 03 /06 /juin /2011 10:00

Tous les vendredis midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

Cette semaine : London boulevard de Ken Bruen (Points)

A bientôt.

 

4ème de couverture :

London-boulevard.jpgAprès trois ans de taule, Mitch est libéré. Ses copains l’attendent, mais le truand veut se ranger. Embauché comme homme à tout faire par Lilian Palmer, ex-star de théâtre richissime, il goûte à la douceur d’une vie tranquille. Quand de dangereux malfrats décapitent le chien de Briony, sa sœur adorée, Mitch décide de la venger. Plus collant que la poisse, le passé fait son grand retour.

Ken Bruen, né en 1951 en Irlande, est l’un des auteurs clés du roman noir anglo-saxon, lauréat de nombreux prix de littérature policière. Hackmann Blues et En effeuillant Baudelaire sont disponibles en Points.

 

Mon avis :

 

London-boulevard-1.gifJe m’aperçois que je n’ai jamais chroniqué ce roman car je l’ai lu avant de créer ce blog. Je n’irai pas par 4 chemins : il faut lire Ken Bruen, qui est un des auteurs les plus doués actuellement. Et même quand ce n’est pas son meilleur, cela reste un très bon roman, qui tient la comparaison avec beaucoup de romans publiés aujourd’hui. Formidable roman noir sur le destin d’un truand aux prises avec une ancienne actrice, grand hommage envers le film de Billy Wilder, c’est brillant, facile à lire, dialogué au cordeau avec une intrigue simple. C’est efficace, c’est du pur plaisir de lecture.

Mon seul regret : la couverture qui est moins belle que l'originale, ci jointe.

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 10:00

Tous les vendredis midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

A bientôt.

 

4ème de couverture :

Nouveau-monde-Inc.pngMarie croyait partir au ski avec Pierre, pas qu’elle boirait avec ses amis et participerait à leurs jeux imbéciles.
Marie croyait que les accidents de voiture n’arrivaient qu’aux autres, que la mort était abstraite.
Marie ne croyait pas qu’elle rencontrerait un jour un attaché culturel tchétchène, encore moins qu’il l’emmène sur la lune.
Marie ne savait pas que le monde était comme elle : à l’agonie...

Caryl Férey imagine un nouveau monde où les bruits sont en prison, les voitures roulent avec de la merde, la mer est une poubelle et où les gens inutiles sont exécutés. Un monde pas si éloigné du nôtre… L’auteur revisite de façon anarchique et amusée les dysfonctionnements et les aberrations de notre société : productivisme, consommation, racisme etc...

 

Mon avis :

Ce titre est le deuxième volume de la collection Pièces à conviction après Fractale de Marin Ledun, une collection à suivre de très près.

C’est à un voyage un peu particulier auquel nous convie Caryl Ferey. C’est une sorte d’extrapolation de notre monde actuel, bourré d’humour noir à forte dose. C’est comme une pièce de théâtre, donc avec uniquement des dialogues et pourtant, c’est extrêmement expressif. Alors, c’est délirant, on rit jaune puis noir, puis on ne rit plus du tout. C’est une projection de nos pires cauchemars, de ce que pourrait devenir notre société, pleine de racisme, avec des naissances programmées, des morts obligatoires, des déchets partout, des bruits entassés chez les gens pour ne pas gêner les riches. La lecture de ce livre va vous prendre 1 heure maximum, une heure de frissons … Pourvu que ça n’arrive jamais !

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 10:00

Tous les vendredis midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

Cette semaine :Bien connu des services de police de Dominique Manotti (Folio)

A bientôt.

 

4ème de couverture :

Bien-connu-des-services-de-police.gifLe commissariat de Panteuil, banlieue nord de Paris, incarnation de la «nouvelle politique de sécurité» du ministre de l'intérieur? C'est en tout cas ce que souhaite sa commissaire en cet été 2005. Ce haut fonctionnaire de la police ne manque pas d'ambition : sa politique de maintien de l'ordre dans les quartiers, radicale, théorisée, doit servir les objectifs du ministre et, en passant, sa propre carrière. Ses hommes, sur le terrain, s'y emploient à leur manière. Ils font comme ils peuvent, donnent des gages à la hiérarchie, s'arrangent avec les faits, avec les statistiques, avec les règles – ils font le métier, quoi! – dans un climat de tension, de violence et de mensonge, avec la population, avec les «jeunes», avec les autres.
Noria Ghozali, commandant aux Renseignements généraux, observe avec intérêt la vie et les soubresauts de ce commissariat, et notamment les contacts qui sont noués – sans doute pour la bonne marche des enquêtes –, entre certains policiers et certains grands voyous. Et puis, soudain, des squats, peuplés de travailleurs immigrés, brûlent...

 

Mon avis :

 

Ce roman a fait l’objet d’un coup de cœur. Et il est amplement mérité. Ce n’est pas parce que Dominique Manotti fait partie de mes auteurs favoris, mais bien parce que le monde décrit ici est le nôtre. Tout est géré par des statistiques, des indicateurs, des sondages. Et quand c’est dans le domaine de la délinquance, cela donne une lutte qui ne sert pas le public. Remarquable roman pour réflechir.

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 10:00

Tous les vendredis midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

Cette semaine :

Les chiens enterrés ne mordent pas De Gunnar Staalesen (Folio)

A bientôt.

 

4ème de couverture :

Les chiens enterrés ne mordent pasEngagé comme garde du corps par un joueur qui a du mal à rembourser ses dettes, Varg Veum se retrouve mêlé à une série de morts étranges assaisonnées d’un soupçon de chantage… Seuls indices pour mener son enquête : le souvenir d’une nuit d’amour alors qu’il était étudiant et la photo de quatre hommes autour d’une table. Commence alors un marathon dans les rues d’Oslo qui mènera le privé norvégien bien plus loin qu’il ne pouvait le soupçonner…

« Un nouveau Varg Veum ne se raconte pas, il se déguste afin d’en conserver toute la saveur et l’inventivité. » Olivier Soumagne, Page des libraires

 

Mon avis :

J’avais un peu abandonné Gunnar Staalesen après la lecture du premier de la série, Le loup dans la bergerie. Celui-ci m’a réconcilié avec cet auteur nordique. Intrigue, personnages et construction y sont très bien faits. Et l’analyse sur les dérives de la société norvégienne y sont subtiles. A lire pour réfléchir, voire un peu plus et d’ailleurs, j’en ai plusieurs qui m’attendent dans la bibliothèque. Les spécialistes de l’auteur me conseillent Anges déchus. Vous le verrez donc apparaître bientôt sur Black Novel

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 10:00

Tous les vendredis midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

Cette semaine :L'heure trouble de Johan Theorin (Livre de poche)

A bientôt.

 

4ème de couverture :

Heure troubleÀ l'heure trouble, entre chien et loup, un enfant disparaît sans laisser de trace dans les brouillards d'une petite île de la Baltique. Vingt ans plus tard, une de ses chaussures est mystérieusement adressée à son grand-père. Qui a intérêt à relancer l'affaire ? Et pourquoi toutes les pistes conduisent-elles à un criminel mort depuis longtemps ?

Dans une oppressante atmosphère de huis clos, une histoire de deuil, d'oubli et de pardon, hantée par les ombres du passé. Numéro un des ventes en Suède, déjà traduit dans une dizaine de pays, ce suspense complexe et envoûtant a été élu Meilleur roman policier suédois 2007 par la Swedish Academy of Crime.

 

Mon avis :

Si ce roman n'est pas un chef d'oeuvre, il faut reconnaitre que c'est un roman costaud dans tous les sens du terme. Les personnages sont vivants, l'intrigue solide et l'atmosphère glaçante à souhait. C'est d'ailleurs une des grandes qualités de Johan Theorin : savoir créer une ambiance. Quand, en plus, l'auteur nous annonce qu'il a créé de toutes pièces l'ile et le village où se situe ce roman, on ne peut que reconnaitre un nouveau talent. Un roman populaire ans le bon sens du terme, au rythme lent mais avec lequel on ne s'ennuie jamais.

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 10:00

Tous les vendredis à midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

Cette semaine :Les lieux sombres de Gillian Flynn (Livre de poche)

A bientôt

 

4ème de couverture :

les lieux sombresAu début des années 1980 dans le Middle West, Libby Day a 7 ans lorsque sa mère et ses deux soeurs sont assassinées dans la ferme familiale. Libby est la seule rescapée et désigne le coupable à la police : son frère Ben, âgé de 15 ans.

Vingt-cinq ans plus tard, alors que celui-ci est toujours en prison, Libby souffre de dépression chronique. Encouragée par une sorte de secte sataniste persuadée que son frère est innocent, elle revient sur les lieux de son enfance pour se reconstruire, et faire la lumière sur le drame, quelles qu'en soient les conséquences.

 

Mon avis :

Ce roman, qui a été couvert d’éloges chez mes amis blogueurs, est extraordinaire. Malgré sa longueur, il se lit très vite, car la psychologie des personnages est extraordinaire, et la peinture du monde rural américain sous l’ère Reagan édifiante. C’est aussi un brillant portrait des différentes générations, de notre évolution de l’enfance à l’age adulte, en passant par une adolescence perdue, sans repère, sans attaches, avec toujours cette idée de l’impact que peut des événements passés sur notre destin. C’est l’image d’un monde et d’une civilisation déracinée, laissée à l’abandon, une peinture noire du monde rural qui s’adonne à ses peurs ancestrales (la peur du Diable, la peur de l’autre) pour tenter de se rassurer, ou du moins avoir l’impression d’avoir une sorte de contrôle sur sa vie. Le final peut sembler bizarre, mais j’ai bien aimé.

 

Et petit message personnel : bon anniversaire petit frère !

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories