Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 18:55

Comme l’année dernière, Vaison la Nouvelle (84) invite le polar du 13 au 21 avril 2013. Vaison la nouvelle invite le Polar est une manifestation organisée par l'association ACAL (présidée par Anne Jancou).

Affiche-Concours-150x212.jpgVaison la nouvelle invite le Polar a pour objectif d'offrir au public un panorama des ittératures policières (Adultes-Enfants-B.D.) - par l'intermédiaire de rencontres/dédicaces et de conférences –, et de faire naître ou de développer chez ce public le plaisir de l'écriture et donc de la lecture, à l'aide de supports ludiques tels qu'un concours de nouvelles ou des ateliers d'écriture.

L'évènement se veut familial et convivial et le nombre d'auteurs invités volontairement limité à une dizaine. Pour les amateurs éclairés de Polar, ces auteurs présents à Vaison-la-Romaine n'ont plus de secret. Ils sont, en France, une partie de ce qui se fait de mieux dans le genre policier. Cette manifestation se déroule en trois phases :

Du 1er novembre au 15 février, un concours de nouvelles policières.

Le thème de cette année est « Quand la ville dort » : 2013, hommage à W.R. Burnett, monstre sacré du roman noir américain, auteur  de Little Caesar, Dark Hazard, High Sierra et The Asphalt Jungle, publié aux USA en 1949, adapté au cinéma en 1950 par John Huston. En 1951, les éditions Gallimard le traduisent et il devient le n°106 de la collection Série Noire, sous le titre Quand la Ville Dort. 

Tous les détails sont ici : http://www.vaisonpolar.blogspot.fr/p/concours.html

La première semaine des vacances scolaires de Pâques, quelle que soit la zone qui les débute, est consacrée à la manifestation :

Le dimanche, à la Ferme des Arts de Vaison-la-Romaine, se déroule la journée des Rencontres autour des littératures policières : dédicaces avec les auteurs invités – conférences – remise des prix du concours de nouvelles en présence des lauréats. Entrée gratuite, tous publics.

Durant la semaine, au Village Vacances, des conférences et des ateliers d'écriture seront proposés par les auteurs.Des projections cinématographiques ainsi que des jeux pour les enfants compléteront le programme. Entrée gratuite, tous publics.

L'adresse du blog où puiser tous les renseignements nécessaires (règlement, dotation etc).
www.vaisonpolar.blogspot.fr

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 18:31

Le jury des lecteurs de Points a rendu son verdict. Et j’ai eu la chance d’en faire partie. Ils étaient 9 à concourir :

            - La nuit de Géronimo, de Dominique Sylvain

- L’homme inquiet, d’Henning Mankell

- Je ne porte pas mon nom d’Anna Grue

- Les lieux infidèles de Tana French

- La femme congelée de Jon Michelet

- Bienvenue à Oakland de Eric Miles Williamson

- Les visages écrasés de Marin Ledun

- Une petite ville tranquille de Greg Iles

And the winner is : Tana French pour Les lieux infidèles.Je suis heureux pour ce très bon roman, dont je vous conseillebien évidemment la lecture.

Je vous rappelle le sujet :

Lieux infidèlesDans la nuit glaciale, près du halo brumeux d’un réverbère, Frank attend Rosie : ils vont fuir ce quartier minable de Dublin. Rosie ne vient pas. Un dernier coup d’œil sur sa rue, et Frank s’esquive. 22 ans plus tard, devenu flic, il a tiré un trait sur le passé. Du moins, il l’espérait. Sa sœur l’appelle, affolée : on a retrouvé la valise de Rosie. Frank n’est pas seul à ne l’avoir jamais revue.

Tana French a grandi entre l’Irlande, l’Italie, le Malawi et les Etats-Unis et vit aujourd’hui à Dublin. Elle est lauréate du prix Edgar Alan Poe ; ses romans Écorces de sang et Comme deux gouttes d’eau sont disponibles en Points.

 

Ainsi que mon avis : http://black-novel.over-blog.com/article-les-lieux-infideles-de-tana-french-points-seuil-103619324.html

 

Les inscriptions pour être juré 2013 ont commencé. N’hésitez plus, inscrivez vous. C’est ici : http://www.lecerclepoints.com/page-173.htm

 

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 19:00

Vous connaissez Surhumain ?

surhumainNancy, une ville bourgeoise vit sous la menace d’une guerre de gangs : Gruz, le parrain se fait vieux et son associé, Loubon, le notaire véreux, rêve de prendre sa place. Mais tout se complique quand Asano, un des hommes de main, décide de se venger de ses anciens patrons qui l’ont utilisé des années durant. Incontrôlable, c’est un tueur redoutable, qui aime le sang et les combats de sabre. Bizarrement Gruz laisse faire, temporise… Ce n'est pas dans ses habitudes. L’âge peut-être… Dans ce climat extrêmement tendu, il y a Béatrice Rapaic, une infiltrée dans les rangs de Gruz. Femme et flic dans un univers de mercenaires du crime, elle a du mal à vivre : elle abuse de psychotropes, a une sexualité assez débridée… Et puis, Gruz a des doutes à son sujet, ce qui n'aide pas à son équilibre psychique... La menace Asano se fait encore plus précise. A contrecœur, Gruz envoie Béatrice assassiner Asano. C’est une tueuse hors pair. Mais Béatrice et Asano, les deux réprouvés, vont peut-être faire cause commune... Et mettre à jour le secret qui unit Gruz à Asano.

J'en parlais là : http://black-novel.over-blog.com/article-surhumain-de-thierry-brun-nuit-blanche-plon-48375591.html


Vous connaissez La ligne de tir ?

Ligne de tirLe commissaire Fratier est sur le point d'être mis en examen. Depuis trop longtemps, il est lié à la pègre dans sa ville de Nancy et le témoignage de Loriane Ornec, qu'il a corrompue quand elle était dans son service, pourrait bien l'envoyer en prison. Il décide de la supprimer et contraint une ancienne terroriste de la mouvance gauchiste instrumentalisée par le pouvoir à exécuter cette tâche. Mais Loriane Ornec disparaît. Rival de Fratier, Shadi Atassi, qui règne sur le crime organisé nancéien, est amoureux de la jeune femme et mobilise ses troupes à sa recherche. II soupçonne Fratier d'être mêlé à sa disparition... mais surtout Patrick Jade, un homme glacé, au passé de tueur, qui représente pour eux tous, Fratier, Ornec, Atassi, une menace terrifiante. Roman de la nuit et de la corruption, La Ligne de tir, mécanique implacable, nous entraîne imperceptiblement d'un univers à un autre, du roman noir au thriller, et nous invite à une plongée oppressante dans le repaire de Jade, homme granitique, citadelle imprenable, point sombre dont chacun subit l'attraction et vers lequel tous convergent.

J'en parlais là : http://black-novel.over-blog.com/article-la-ligne-de-tir-de-thierry-brun-editions-le-passage-105427228.html


Vous connaissez Thierry Brun ?

Non ? Eh bien il est l’invité du blog des copines Book en stock, et c’est ici : http://bookenstock.blogspot.fr/

N’hésitez pas à aller y faire un tour et à poser vos questions à Thierry qui y répondra bien volontiers.

C’est ici : http://bookenstock.blogspot.fr/2012/11/le-mois-de-janvier-sera-le-mois-de.html

 

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 18:52

Voici une information pour ceux qui ne lisent pas que des polars, mais aussi des essais. Cela s’appelle Crimes et procès sensationnels à Los Angeles (1922-1962) : Au-delà du Dahlia Noir, c’est écrit par Nausica Zaballos.

 

4ème de Couverture :

Crimes-et-proces.jpgCrimes et procès sensationnels à Los Angeles (1922-1962) reconstitue huit affaires criminelles majeures de la première moitié du vingtième siècle qui ont fait trembler Los Angeles et l'Amérique.

En arpentant les quartiers de la ville du crime (Wilshire Boulevard, les collines de Hollywood, Montecito Heights, Santa Monica, Pacific Palisades), vous découvrirez une galerie de personnages bien réels qui semblent pourtant tout droit sortis de l'imagination d'un scénariste de films noirs: Clara Phillips, la tueuse au marteau; Joseph Jeffers, le pasteur millénariste, gourou sexuel et présumé espion nazi ; William Edward Hickman, lecteur avisé de Nietzsche et meurtrier à ses heures perdues; Elizabeth Mae Duncan, femme incestueuse aux onze maris ; Thelma Todd, l'égérie des Marx Brothers victime de ses mauvaises fréquentations...

Le livre ne se contente pas de retracer, à travers le récit de procès-fleuves, les heures glorieuses de la presse sensationnelle. Il analyse  également le rôle joué par les médias dans la formation d'une mémoire criminelle collective qui érige meurtriers et victimes en figures ambivalentes du rêve américain.

 

Un mot sur l’auteure :

Nausica Zaballos est enseignante d’anglais. Docteur en civilisation américaine (Paris IV Sorbonne), ses thèmes de recherche portent sur l’histoire de la médecine et des représentations culturelles. Elle est spécialiste de l’Ouest américain.

Actuellement allocataire de recherche à l’Ecole de Hautes Etudes en Sciences Sociales, elle est l’auteur du livre Le Système de santé navajo, publié en 2009 aux éditions de L’Harmattan. Suite à ses recherches dans la réserve navajo, elle a collaboré à l’écriture du Dictionnaire du Chamanisme en signant plusieurs entrées, à paraître en 2013 chez Robert Laffont, collection Bouquins, sous la direction d’Yvonne de Sike.

Récompensée par le prix de la meilleure critique à l’édition 2011 du festival Paris Cinéma, elle est aussi rédactrice pour le site Cinemapolis.info.

 

Les sites qui en parlent :

La presse en parle! L'auteur invitée de l'Heure du Crime présentée par Jacques Pradel sur RTL : http://www.rtl.fr/emission/l-heure-du-crime/billet/mardi-6-decembre-crimes-et-proces-sensationnels-a-los-angeles-7739663117

K-libre: http://www.k-libre.fr/klibre-ve/index.php?page=livre&id=2514

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 11:30

En guide meilleurs voeux pour 2013, voici la cultissime annonce d'information du mardi.

Toutes les informations que vous avez souhaité sur le célébrissime festival polar Quais du polar de Lyon, c’est par ici (et merci à Olivia pour les infos) :

 

Les plus grands noms du polar seront à Lyon !

Après une édition 2012 record (45.000 visiteurs), le festival Quais du Polar se développe : l’édition 2013 se tiendra pour la première fois sur quatre jours. Au cours du week-end de Pâques, du vendredi 29 mars au lundi 1er avril, les visiteurs pourront rencontrer ou retrouver les maitres du polar mondial. Le festival accueillera ainsi pour la première le Suédois Henning Mankell, l’Anglaise P. D. James ou l’Américaine Donna Leon. Harlan Coben, qui était venu pour la toute première édition en 2005, fera son grand retour à Quais du Polar.

Parmi ceux que l’on peut d’ores et déjà annoncer, notez également la présence à Lyon de : Gillian Flynn (USA)

Percival Everett (USA)

Benjamin Whitmer (USA)

Elmore Leonard (USA - sous réserve)

Qiu Xiaolong (Chine)

John Burdett (Grande-Bretagne)

Joël Dicker (Suisse)

Sam Millar (Irlande)

Bernard Werber (France)

Tobie Nathan (France)

Jean-Christophe Grangé (France)…

 

À l’honneur : l’Asie et le fantastique

Après les Etats-Unis, lieu de naissance du genre noir, en 2012, le festival s’ouvrira à l’Asie, nouveau continent du polar mondial. Quais du Polar ouvre également sa programmation à la SF et au fantastique. La rencontre de ces « mauvais genres » a en effet influencé de nombreux auteurs de polar qui se sont emparés de leurs codes pour créer des thrillers futuristes et hybrides qui étonnent, dérangent, bouleversent nos certitudes.

 

Prix des lecteurs Quais du Polar – 20 Minutes

Les libraires partenaires de Quais du Polar ont établi la sélection, parmi les romans noirs francophones parus au cours de l’année 2012, des six titres en lice pour le Prix des lecteurs Quais du Polar-20 Minutes :

La Vérité sur l'affaire Harry Quebert, de Joël Dicker (de Fallois)

Mapuche, de Caryl Ferey (Série noire)

Sacrifices, de Pierre Lemaitre (Albin Michel)

Tais-toi et meurs, d'Alain Mabanckou (La Branche)

L'Homme à la bombe, de Christian Roux (Rivages)

Le Dernier lapon, d'Olivier Truc (Métailié)

Un jury de 10 lecteurs, présidé par Claude Mesplède, désignera le lauréat qui sera annoncé le samedi 30 mars à l’occasion du festival.

 

Prix Agostino

Quais du polar lance dès à présent son grand concours d'écriture annuel. Cette année, l’Opéra de Lyon s’associe à l’opération, en résonance avec son festival Justice/Injustice. Le Prix Agostino de la meilleure nouvelle 2013 sera remis pendant le festival Quais du polar et la nouvelle lauréate sera présentée à l'AmphiOpéra.

Le règlement complet du concours est disponible sur le site de Quais du polar.

 

Quais du Polar : festival majeur

Depuis sa naissance en 2005, Quais du Polar s’est imposé en France comme l’événement international majeur autour du polar et des littératures policières, et comme un rendez-vous littéraire de référence par l’importance de sa fréquentation, l’exigence de sa programmation, et l’originalité de ses animations dans la ville.

Enfin, Quais du Polar reste présent toute l’année à travers des avant-premières cinéma, des rencontres avec des auteurs, des formations, son cercle de lecteurs, son site internet et sa page facebook, sur lesquels vous pouvez retrouver toute l’actualité du polar :

www.quaisdupolar.com

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
28 décembre 2012 5 28 /12 /décembre /2012 18:27

Confidentielles-2012.jpgLe meilleur polar et le meilleur roman ont été désignés par le site Confidentielles.com parmi une liste de présélectionnés. Les gagnants sont Les cendres froides de Valentin Musso (Points) et Grâce de Delphine Bertholon (Jean Claude Lattès). Ceci me donne l’occasion de vous rappeler mes différents avis pour le prix du meilleur roman, pour lequel j’ai eu la chance de participer :

 

Mon préféré :

Juste avant de Fanny Saintenoy : Un roman qui m’a beaucoup touché et que j’aimerais bien voir primé tant l’histoire et la plume sont superbes. http://black-novel.over-blog.com/article-juste-avant-de-fanny-saintenoy-flammarion-et-la-petite-de-michele-halberstedt-albin-michel-109724025.html

 

Les romans dont je garderai un excellent souvenir :

logo confi aime ce blogAu pays des kangourous de Gilles Paris : Un très bon roman, très original. Difficile de ne pas fondre devant Simon, ce petit de 9ans qui voit le monde des adultes avec ses yeux d’enfant. Le lien vers mon billet : http://black-novel.over-blog.com/article-vous-prendrez-bien-une-tasse-de-the-de-claude-keller-plon-et-au-pays-des-kangourous-de-gilles-p-109880731.html

Une femme seule  de Marie Vindy : Ambiance et mystères, alliés à un style simple et une intrigue passionnante. Marie Vindy a franchi un pas. Coup de cœur Black Novel ici : http://black-novel.over-blog.com/article-une-femme-seule-de-marie-vindy-fayard-noir-102908922.html

Grâce  de Delphine Bertholon : Un livre parfaitement maitrisé autant dans le style que dans l’intrigue. Tout se met en place petit à petit. Un roman à situer entre Megan Abbott et Thomas H .Cook, c’est dire ! http://black-novel.over-blog.com/article-grace-de-delphine-bertholon-jean-claude-lattes-110411333.html

 

Les romans dont je garderai un bon souvenir :

Demain j'arrête ! de Gilles Legardinier :Un roman comique qui va à fond sans se poser de questions. Ça marche du début à la fin. Le lien vers mon billet : http://black-novel.over-blog.com/article-demain-j-arrete-de-gilles-legardinier-fleuve-noir-110229645.html

Et puis, Paulette... de Barbara Constantine : Un fort beau style avec toujours le choix des bons mots. Un auteur que j’ai découvert et qui m’a accroché. http://black-novel.over-blog.com/article-et-puis-paulette-de-barbara-constantine-calmann-levy-109132014.html

 

Les romans dont je ne garderai pas de souvenir impérissable :

Couleur Champagne de Lorraine Fouchet :Un roman biographie intéressant dont l’aspect policier est de trop. Je me demande pourquoi l’auteure a choisi cette forme. Le lien vers mon billet : http://black-novel.over-blog.com/article-couleur-champagne-de-lorraine-fouchet-robert-laffont-109493015.html

Vous prendrez bien une tasse de thé ? de Claude Keller :
Entre le n’importe quoi et l’anarchie, ce fut amusant mais pas de quoi se réveiller la nuit Le lien vers mon billet : http://black-novel.over-blog.com/article-vous-prendrez-bien-une-tasse-de-the-de-claude-keller-plon-et-au-pays-des-kangourous-de-gilles-p-109880731.html

Ainsi puis je mourir de Viviane Moore : Un roman populaire romantique. http://black-novel.over-blog.com/article-ainsi-puis-je-mourir-de-viviane-moore-10-18-110719356.html

 

Les romans que je préfère ne pas garder de souvenir :

Le corail de Darwin de Brigitte Allègre : Pas fini. Je n’ai pas réussi à trouver l’intérêt

La petite de Michèle Halberstadt : Pas rentré dans ce livre. La petite est tellement égoïste …

Les sacrifiés de Juliette Morillot : Mais pourquoi réécrire une nouvelle de Sommerset Maugham.

Mon père c'était toi ? de Vincent Pichon-Varin : Que de platitudes et de naïveté dans ce roman, écrit avec un style de supermarché

La femme et l'ours de Philippe Jaenada : Arrêté.

 

 

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
25 décembre 2012 2 25 /12 /décembre /2012 18:53

Avant tout, je vous souhaite un joyeux Noel. Mais ce n'est pas une raison pour s'arrêter là ! Alors, continuons le tour d'horizon des sorties 2013.

Début 2013, il va falloir lorgner aussi du coté des éditions du Masque. Voici donc les sorties parmi lesquelles, on notera le dernier Philip Kerr, bien sur, mais aussi les romans de Alexis Lecaye. Bref, tombez le masque et allez voie du coté du Masque :

 

Vert-de-gris de Philip Kerr (Grand Format) :

vert de gris1954. Alors que Bernie Gunther tente de fuir Cuba en bateau accompagné d’une sulfureuse chica, il est arrêté par la CIA et enfermé à New York puis au Landsberg à Berlin. C’est que nous sommes en pleine Guerre froide. L’Oncle Sam place et bouge ses pions en Europe, cherche des informations sur l’Allemagne de l’Est et sur les Russes. Quel rapport avec Gunther ? Sa liberté dépendra des informations qu’il veut bien donner sur ses anciens « camarades » de la SS, notamment Erich Mielke, personnage trouble auquel Bernie Gunther a eu maintes fois affaire pendant et après la guerre, devenu chef de la toute nouvelle Stasi. Par ailleurs, les Français cherchent eux à mettre la main sur Edgar de Boudel, un collaborateur qui se cache sous l’uniforme d’un prisonnier de guerre allemand de retour de camp en URSS. Au fil des interrogatoires, Gunther raconte : son entrée dans la SS, la traque des communistes allemands dans les camps français, ses mois passés dans les terribles camps de prisonniers russes et ses faits et gestes, guidés seulement par une farouche volonté de sauver sa peau.

Vert-de-gris, le septième volet des aventures de Bernie Gunther, possède toute l’adrénaline et la vivacité d’esprit auxquelles Philip Kerr nous a habitués.

 

Orchid Blue de Eoin McNamee (Grand Format) :

orchid blueHiver 1961. L’inspecteur Eddie McCrink revient de Londres à Newry, une petite ville étriquée d’Irlande du Nord, pour enquêter sur le meurtre sauvage de Pearl Gamble, jeune fille de 19 ans retrouvée étranglée et poignardée au lendemain d’un bal à la salle paroissiale. Il faut que justice soit faite !

L’unique suspect, Robert McGladdery, un dur à cuire un peu limité, est confondu par une série de preuves indirectes et peu convaincantes ; quant au juge qui préside, il a lui-même perdu sa fille unique neuf ans auparavant, poignardée par un forcené. Dès lors, il est clair que McGladdery aura du mal à avoir un procès équitable.

Eoin McNamee retrace les événements, les interrogatoires, analyse les relations entre le suspect, la victime, le juge et révèle avec une force bouleversante comment les approximations, les préjugés et la haine bien pensante des « petites gens » ont conduit à une reconstitution factice de cette tragique soirée.

 

Dame d'atout de Alexis Lecaye (Grand Format) :

Dame atoutLe commissaire Martin est appelé au milieu de la nuit : le corps d’une fillette vient d’être retrouvé sur le périphérique entre Paris et Pantin. Malgré ses années de service, Martin ne peut s’habituer aux meurtres d’enfants et c’est animé d’une rage folle qu’il se rend sur les lieux du crime. Très vite, l’enquête le conduit au domicile d’un certain Akim Fédiche. Mais l’homme, récemment sorti de prison, semble impossible à confondre et les recherches pour l’interroger restent vaines. Jusqu’à ce qu’on le retrouve pendu, en pleine forêt, à une centaine de kilomètres de Paris dans un simulacre de suicide…

 

Dame de trèfle de Alexis Lecaye (Masque Poche) :

Dame trèfleUne jeune femme est découverte dans le coma au bas d’un pont de Paris. Elle baigne dans une mare de sang, mais ce n’est pas le sien. Qui est-elle ? Et d’où vient ce tortionnaire au magnétisme irrésistible qui traque et élimine tous les témoins sur son passage ? Mais surtout, que cherche t-il ?

Alors que l’enquête démarre, le commissaire Martin, qui vient d’avoir un bébé, voit sa vie privée devenir toujours plus compliquée… Avec ses équipiers, il va bientôt découvrir qu’ils se sont engagés dans une course sans merci avec un manipulateur-assassin aussi terrifiant qu’insaisissable. L’enjeu : deux enfants, perdus dans la ville…

 

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 18:30

Nous continuons le petit tour des sorties 2013. Voici celles de 13ème note pour les mois de janvier et février 2013. Ne ratez pas Raging bull, que j'ai lu il y a un petit moment.

Raging Bull, Jake LaMotta – Collection PULSE (2 janvier) : 

Raging-bull.gifCeux qui pensent connaître Jake LaMotta après avoir vu le film de Scorsese avec Robert De Niro savent en réalité très peu de choses sur l’incroyable odyssée humaine que fut la vie de ce fils d’émigrés italiens aux États-Unis.

Martin Scorsese a choisi de n’adapter que la seconde partie de la vie de LaMotta. Mais, sans

connaître sa jeunesse et ses secrets courageusement révélés dans ce livre, comment comprendre le parcours de l’auteur-boxeur marié à une beauté du Bronx et pourtant plongé dans la plus grande solitude ? Une enfance misérable et une adolescence dans l’ombre de la Mafia le mènent très jeune en maison de redressement puis en prison.

Coaché par un curé, c’est derrière les barreaux que Jake commence à boxer. Dès sa sortie, il n’a plus qu’une idée : devenir champion. Il s’entraîne et combat jusqu’au jour où il ne lui manque plus que le titre de champion du monde. Mais le boxing business appartient à la Mafia qui, pour le punir de l’avoir ignorée tant d’années, lui impose de s’allonger devant un adversaire. La rage au coeur, Jake finit par accepter pour accéder au combat qui le sacrera champion. Ce combat sera celui contre Marcel Cerdan, à qui il prendra le titre de champion du monde des poids moyens en 1949.

Après la gloire viendront la chute, la ruine et la prison, l’alcool et les femmes, la drogue. Jake

LaMotta finira par sortir de ce gouffre sans fond en se lançant dans le métier d’acteur. Une sculptrice qui prenait le moule de ses mains en 1992 a confirmé un détail souligné dans le film de Scorsese : les mains de Jake, petites et délicates, n’expriment aucune violence. Une caractéristique extraordinaire, compte tenu des coups qu’elles ont assénés, des douleurs qu'elles ont infligées. 

Travaux Forcés, Mark SaFranko (2 janvier) 

Travaux forcés se situe chronologiquement entre Dieu bénisse l’Amérique et Putain d’Olivia. Le héros, en quête de reconnaissance et d’intégration sociales passant par des travaux gratifiants et des conquêtes féminines, s’y essaie à une multitude de jobs sans lendemain. S'abêtissant à balayer des débris de verre dans une brasserie, Max rêve d’être le prochain Dostoïevski. Même s’il plane considérablement, cet homme bourré de contradictions est ambitieux et plein de talent – mais certes pas pour la livraison d’annuaires ou le rapprochement de listings numériques.Afin d’échapper à la conscription qui l’enverrait au Vietnam, SaFranko s’inscrit à l'université qu'il quitte illico pour vendre des billets de cirque par téléphone.

Mal dans sa peau, écorché vif, incapable de rencontrer l’âme soeur, ses activités vont de la lecture assidue à la masturbation frénétique. Révolté contre les valeurs et le Système américains qu'il subit au quotidien, ses commentaires acerbes sont toujours pleins d’un humour ravageur. Formaté en chapitres courts, enlevés et finement écrits, le nouveau roman de Mark Safranko déroule des expériences de vie souvent dégradantes sans qu’il s’épargne jamais. Ce sont cette sincérité, ce courage qui rendent ses écrits si puissants, son personnage si attachant – et comique jusque dans les situations les plus désespérées. Aux dernières pages du livre, la lumière éblouissante, le semblant de rédemption incarnés dans les formes pulpeuses et le charme ravageur d’Olivia ne seront que les prémisses de la nouvelle descente aux enfers, d’une violence inouïe, relatée en détail dans Putain d’Olivia

American Desperado, Jon Roberts et Evan Wright (6 février) 

Ce livre retrace l’histoire intense et prenante de John Riccobono alias Jon Roberts. Né dans la famille Gambino, affiliée à la Mafia new-yorkaise, il a 7 ans quand il est pour la première fois témoin d’un meurtre - en l’occurrence commis par son père. Suivant la voie qu’on lui a tracée, il fait ses armes comme soldat du clan Gambino puis s’engage dans les marines et donne libre cours à sa sauvagerie naturelle au Vietnam. On le retrouve à 22 ans à NewYork, où il supervise le racket des boîtes de nuit pour ses oncles. La vague disco/cocaïne va lui donner des idées et lui faire découvrir Miami, où il devient en quelques années l’un des correspondants les plus actifs du cartel deMedellín, écoulant de 50 à 100 kg de poudre par mois. Son carnet d’adresses se lit comme un bottin mondain d’un genre particulier : Manuel

Noriega, Richard Pryor, O.J Simpson, Meyer Lansky, Richard Dreyfus, Pablo Escobar...Au volant de voitures de luxe, entouré des plus belles femmes, il est aussi charmant qu’amoral et meurtrier. Partageant son lit avec un cougar de 100 kilos, il est accompagné d’un garde du

corps baptisé « la Chose » à qui il fournit des stéroïdes destinés à ses chevaux de course. Scrupuleusement documenté, ce livre écrit en collaboration avec Evan Wright permet non seulement de découvrir la vie d’un criminel extraordinairement audacieux, mais aussi de plonger dans l’une des périodes chaotiques de l’histoire de l’Amérique. Un beau matin de 1986, le FBI fait une descente chez Jon Roberts. S’ensuit une cavale qui durera 5 ans. Pris, Jon bénéficiera d’une peine réduite en échange d' informations. Emporté par un cancer le 28

décembre 2011, il n’aura survécu que deux mois à la publication de ses Mémoires.

Du Bleu sur les veines, Tony O’Neill – Collection PULSE (13 février) 

Notre héros a de gros soucis : une femme qu’il connaît depuis deux jours à peine, pas de job, pas d’argent et un budget stupéfiants ayant explosé depuis longtemps toutes les limites, dans un Los Angeles qui n’a jamais fait de concessions aux égarés. Mais là n’est pas le principal interêt du roman. Oui, on y trouve des histoires de deals, d’amitié perdue, de souffrance, de sexe et de relations superficielles. Bien sûr il y a les motels pourris, les crises de manque, les cliniques de méthadone et la recherche permanente du « high ».

Et non il n’y a aucun romantisme, aucune morale, et pas de retour des ténèbres vers la lumière.Mais ce douloureux et croissant besoin de dope, qui vous fait pactiser avec le Diable, est aussi une quête sans fin pour trouver un sens à sa propre vie.

Et c’est ce qui propulse Du bleu sur les veines bien au-delà du traditionnel parcours fléché

« addiction / rédemption ». L’aventure d’un musicien- écrivain qui cherche en lui-même ce qu’il y a de plus précieux : un fragment d’amour oublié mais intact - amour-propre, amour pour les autres.

Et l’amour autorise l’espoir, même si aucun message explicite dans ce sens ne nous est fourni par cette histoire magnifiquement racontée où Tony O’Neill, sans effort apparent et avec beaucoup de finesse, nous fait apprécier le pouvoir et la grâce de l’écriture. Car après la seringue c’est le stylo qui a changé sa vie, cette fois en bien. Comme le dit Charles Bukowski dans Love is a dog from hell : « les gens ne sont pas bons les uns envers les autres ». On pourrait ajouter : les gens sont rarement bons envers eux-mêmes. Du bleu sur les veines nous le rappelle page après page.

 

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 19:30

balance dans les cordesLe vainqueur de la sélection automne de Polar SNCF a été dévoilé. Et je suis fou de joie de vous annoncer qu’il s’agit de Balancé dans les cordes de Jérémie Guez (La Tengo Editions) que vous avez cité à comparaître !

Ce roman devient donc le deuxième finaliste de l’édition 2013 du PRIX SNCF DU POLAR rejoignant ainsi La Tristesse du Samouraï de Victor Del Arbol (Actes sud).

Voici donc la nouvelle sélection Hiver qui comporte 5 romans. Vous avez jusqu’au 24 février 2013 à minuit pour distribuer vos notes. Je vous rappelle que la participation est totalement gratuite et qu’il suffit de s’inscrire sur le site de Polar SNCF ici. Et n’oubliez pas le principal : lisez !

A noter que sur le site, vous découvrirez aussi un prix polar SNCF pour la Bande dessinée.


Dernière nuit à Montréal De Emily St. John Mandel (Rivages)

Derniere-nuit-a-Montreal.jpgC'est l'histoire de Lilia, enlevée à sept ans par son père, et de la longue cavale qui dura toute son adolescence. C'est l'histoire de Christopher, le détective engagé par la mère de Lilia pour la retrouver, et de sa fille Michaela, qui rêvait d'être funambule avant de finir dans une boîte minable de Montréal. Michaela sait ce que Lilia a toujours ignoré : la raison de sa cavale. C'est enfin l'histoire d'Eli, étudiant, passionné par les langues et la fragilité des sentiments qu'elles servent à exprimer, qui a hébergé Lilia à New York suffisamment longtemps pour tomber amoureux d'elle et partir à sa recherche lorsque, une fois de plus, elle s'enfuit.

C'est dans une Montréal hypnotique que se dénouera cette "histoire de fenêtres brisées et de neige", une histoire en forme d'éclats de miroir brisé qui, une fois reconstitué, dessine une vision déchirante du monde.


Le Dernier Lapon De Olivier Truc (Métailié)

Dernier-lapon.jpgL’hiver est froid et dur en Laponie. À Kautokeino, un grand village sami au milieu de la toundra, au centre culturel, on se prépare à montrer un tambour de chaman que vient de donner un scientifique français, compagnon de Paul-Émile Victor. C’est un événement dans le village. Dans la nuit le tambour est volé. On soupçonne les fondamentalistes protestants laestadiens : ils ont dans le passé détruit de nombreux tambours pour combattre le paganisme. Puis on pense que ce sont les indépendantistes sami qui ont fait le coup pour faire parler d’eux.

La mort d’un éleveur de rennes n’arrange rien à l’affaire. Deux enquêteurs de la police des rennes, Klemet Nango le Lapon et son équipière Nina Nansen, fraîche émoulue de l’école de police, sont persuadés que les deux affaires sont liées. Ils se lancent dans une enquête longue et déroutante...


Le Monde à l'endroit De Ron Rash (Seuil)

Monde à l'endroitTravis Shelton est un jeune gars de dix-sept ans un peu paumé, en perpétuel conflit avec son père. Un jour de pêche à la truite, il tombe sur une plantation clandestine de chanvre indien. Pour écouler cette récolte miraculeuse, il s’adresse à un ancien prof devenu dealer, Leonard Shuler. Trois prélèvements plus tard, Travis est surpris par le propriétaire du champ, qui lui sectionne au couteau le tendon d’Achille.

Ce ne sera pas la seule leçon de cet été-là : Travis quitte ensuite la maison paternelle et trouve refuge dans le mobile home de Leonard, qui devient son mentor. À cette occasion, Travis découvrira les lourds secrets qui pèsent sur la communauté de Shelton Laurel depuis un massacre perpétré pendant la Guerre de Sécession, et se trouvera confronté aux doutes engendrés par le passé.

 

 

Sur les ossements des morts de Olga Tocarkzuk (Noir sur blanc)

Ossements-des-morts.jpgIngénieure en retraite, Janina Doucheyko se passionne pour l’œuvre de William Blake, enseigne l’anglais dans une petite école et s’occupe des « maisons forestières » de sa commune dans la vallée de Klodzko, au cœur des Sudètes. Une série de meurtres étranges frappe son village et les environs, et elle y verrait presque le juste châtiment d’une population méchante et insatiable. La police enquête, s’agit-il d’un règlement de comptes entre demi-maffieux ? Toutes les victimes appartiennent à l’élite régionale, et toutes avaient pour la chasse une passion dévorante.

Bientôt, les traces retrouvées sur les lieux des crimes laisseront penser que les meurtriers pourraient être… des animaux ! Quand Janina Doucheyko s’efforce d’exposer sa théorie (dans laquelle entrent le cours des astres, les vieilles légendes et son amour inconditionnel de la nature), on la prend pour une folle avant de la mettre au premier rang des suspects.

 

Les frères Sisters de Patrick De Witt (Actes Sud)

Freres-sisters.jpgOregon, 1851. Eli et Charlie Sisters, redoutable tandem de tueurs professionnels aux tempéraments radicalement opposés mais d’égale (et sinistre) réputation, chevauchent vers Sacramento, Californie, dans le but de mettre fin, sur ordre du “Commodore”, leur employeur, aux jours d’un certain Hermann Kermit Warm, chercheur d’or de son état. Sur leur parcours, les deux frères multiplient les expériences, aussi violentes que perturbantes, face à un improbable assortiment de prostituées, d’alcooliques et autres visionnaires qui évoluent au sein du paysage darwinien de l’Amérique de la ruée vers l’or.

Face aux sombres ruminations de son frère Eli, confronté à une authentique « crise de la vocation », Charlie Sisters défend les vertus de leur lucrative profession de tueur à gages en continuant à éliminer sans états d’âme toute personne qui se met en travers de son chemin...

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 20:35

Allez ! 2012 se termine gentiment, et nous allons regarder ce que 2013 nous réserve. En espérant bien sur que 2012 ne soit pas la fin du monde. Commençons donc par les éditions Asphalte, qui nous annoncent quatre livres, un par mois, de janvier à avril. Miam, miam ! En voici donc le détail : 

Janvier 2013 : Tes yeux dans une ville grise de Martin Mucha :

Tes yeux dans une ville griseCe court roman est le portrait sensible d’une Lima déchirée en deux, partagée entre ses quartiers pauvres et ses zones richissimes haute sécurité. Une ville que Jeremias traverse quotidiennement en bus ou en combi, posant un regard désenchanté sur ses habitants, ses tranches de vie, sa misère... Cet étudiant est le parfait représentant d’une génération désillusionnée, à qui il n’a jamais été donné l’opportunité d’intégrer l’hypothétique « nouvelle société parfaite » que l’on faisait miroiter dans l’Amérique du Sud des années 1990.
Récit poétique, roman social, vue en coupe d’une ville (et d’un pays) malade, Tes yeux dans une ville grise est servi par une écriture fragmentaire, en mosaïque.
>> Martín Mucha est né en 1977 à Lima, au Pérou. Écrivain et journaliste, il vit à Madrid, où il collabore au journal El Mundo. Ses reportages sur l’immigration lui ont valu le Prix Roi d’Espagne de journalisme en 2007.

Février 2013 : Les fleurs du Karma de Tommaso Pincio :

Fleurs du karmaLaïka Orbit : une jeune femme déboussolée qui ne se rappelle même plus son véritable nom... Elle a même complètement oublié son passé depuis qu'elle a tout laissé tomber pour fuir avec un homme mystérieux, au nom imprononçable et aux motifs incompréhensibles, pour un monde de diners et de motels sur lequel elle sait au moins
une chose : cela ne peut pas être la réalité.
Kinky Baboosian : une jeune femme rebelle au nom improbable... Assoiffée de liberté, elle fugue à 16 ans et part sur les routes. Au cours de ses années d'errance. Kinky découvre la communauté hippie, se familiarise avec les drogues et pratique l'amour libre. C'est dans un squat de San Francisco, dans le Haight-Ashbury des années 1960, que va naître son fils, l'enfant du summer of love... qui ne sera autre que le mystérieux compagnon de Laïka.
Les Fleurs du karma est une fresque se déroulant sur deux époques, dans deux univers, peuplée de personnages étranges et attachants malmenés par l’Histoire. Un livre psychédélique sur la fuite dans tous ses états…
>> Tommaso Pincio est né à Rome en 1963. Écrivain et journaliste, il est également le traducteur en italien de Philip K. Dick, Jack Kerouac et Francis Scott Fitzgerald. Les Fleurs du karma est son quatrième roman traduit en français, après Cinacittà en 2011.

Mars 2013 : Ten Storey love song de Richard Milward

Georgie aime deux choses : les bombecs et son petit ami Bobby. Bobby l’Artiste aime deux choses : Georgie et peindre sous l’influence de drogues psychédéliques que lui refourgue avec complaisance son voisin Johnny. Johnny le dealer de service aime deux choses : le porno et sa petite amie Ellen. Ellen la chômeuse professionnelle aime deux choses : Johnny et faire l’amour, mais pas avec Johnny, parce qu’il ne sait vraiment pas s’y prendre. Tout ce petit monde se croise, trinque et fait la fête à Peach House, une tour HLM de Middlesbrough. Jusqu’au jour où les toiles de Bobby sont repérées par une galerie branchée de Londres… L’harmonie apparente de Peach House y survivra-t-elle ? La vie à Middlesbrough, mode d’emploi : Ten Storey Love Song est le joyeux portrait d’un immeuble dans une ville ouvrière, à travers celui de ses habitants.

>> Richard Milward est né en 1984 à Middlesbrough. Il est peintre et écrivain. Ten Storey Love song est son deuxième roman, après Pommes, publié en 2010 chez Asphalte. « Milward a énormément de talent, et son amour pour ses personnages est éclatant malgré toutes les humiliations qu’il leur fait subir. » Irvine Welsh.

Avril 2013 : Washington noir :

Sous la direction de George Pelecanos

Washington, DC : le lieu évoque aussitôt les arcanes du pouvoir américains, la Maison blanche, le Capitole, la Cour suprême. C’est pour nous un décor de films de conspirations politiques, mettant en scène présidents et espions. Mais c’est aussi une ville à part des États-Unis, riche de plus de 600 000 habitants, et qui détient un taux record de criminalité. George Pelecanos et quinze autres auteurs, dont Laura Lippman et James Grady, nous font découvrir leur Washington, celui des rues sales, des drogués et des prostitués, des gangsters et des flics de base, un monde qui ne croise que rarement celui des politiciens et des journalistes. Même si ces derniers ne sont pas vraiment les derniers quand il s’agit de délinquance…

>> George Pelecanos est né à Washington en 1957. Il est l’auteur de nombreux romans noirs dont il situe les intrigues dans les rues de sa ville natale, en particulier dans sa série du « D.C. Quartet », mais aussi les enquêtes de ses privés Nick Stefanos, Derek Strange et Terry Quinn. Pelecanos a aussi travaillé en tant que scénariste et producteur pour la célèbre série The Wire.

 

 

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories