Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 18:38

Appel à jurés pour le festival Quai du polar :

Quais du Polar, le festival international de littérature et de cinéma policiers, et le quotidien 20 minutes lancent un appel à candidature pour former le jury officiel du Prix des lecteurs Quais du Polar/20 minutes. Présidé par Claude Mesplède, auteur du Dictionnaire des Littératures policières, ce jury sera chargé de désigner « Le » polar francophone de l’année 2013, parmi une pré-sélection de 6 romans. Les 10 jurés seront officiellement sélectionnés le 16 décembre 2013. Ils se réuniront pour délibérer le samedi 8 mars 2014 à Lyon. La remise du Prix des Lecteurs Quais du Polar/20 minutes au lauréat aura lieu pendant le festival, le samedi 5 avril 2014 en présence des lauréats des 9 précédentes éditions !

POUR FAIRE PARTIE DU JURY :

Adressez un courrier expliquant les raisons de votre candidature et présentant vos goûts littéraires avant le 7 décembre 2013 minuit (cachet de la poste ou date de l’e-mail faisant foi) à :

PAR COURRIER

Association Quais du Polar

Candidature Prix des Lecteurs

20 rue Constantine 69001 Lyon

PAR MAIL

prixdeslecteurs@quaisdupolar.com

RÈGLEMENT SUR LE SITE :

www.quaisdupolar.com

L'information du mardi : Des bons plans ...

Concours de nouvelles de Vaisons la nouvelle :

Dans le cadre de la 4ème édition de Vaison la Nouvelle invite le Polar, qui se tiendra du 12 au 18 avril 2014, voici le thème du 10 ème concours de nouvelles :

1er Décembre 2013 – 31 Janvier 2014.

Dotation totale (chèques et séjours ) : 800 €

La nouveauté : le concours est ouvert au plan national.

Cette année le thème choisi est à la fois un clin d'oeil à Jean-Bernard POUY, que nous avons reçu en 2013 et grand amateur de trains, et un hommage au metteur en scène, réalisateur, scénariste et acteur Patrice Chéreau. Le thème sera ainsi le titre éponyme de son film sorti sur les écrans en 1998 :

"Ceux qui m'aiment prendront le train".

De Patricia Highsmith à Tonino Benacquista, les trains ont souvent servi de décor au genre policier. Un thème ouvert donc et, comme diraient Raynal, Pennac et ... Pouy, qui ne vous rendra pas "La Vie duraille" (on ne pouvait pas ne pas caser ce titre ici...).

Tous les renseignements sur www.vaisonpolar.blogspot.fr

L'information du mardi : Des bons plans ...

Le bon plan de la semaine, c’est chez Ska :

Miss Ska nous fait part d’un recueil de nouvelles gratuit à télécharger sur le site en version électronique, et ce jusqu’au 15 janvier. Pour en avoir lu quelques unes, on passe de l’humour au noir puis au rose avec un évident plaisir de la lecture. J’ai adoré le massacre entre les rennes du Père Noel et les lutins.

http://skaediteur.net/2013/11/11/la-fete-au-pere-noel-cest-cadeau/

Le communiqué annonce :

Découvrez SKA en dégustant ces friandises littéraires, c'est gratos Jusqu'au 15 janvier 2014.

Noël sacré ? Chez SKA, c’est plutôt SACRÉ NOËL !

Sacré Noël se décline en rose et en noir, Eros et Thanatos sont convoqués pour orchestrer le réveillon… pour allumer un feu d’artifices littéraires, de fusées inédites lancées par les auteurs SKA en grande forme.

Michel Baglin, Hafed Benotman, Laurence Biberfeld, Paul Colize & Armèle Malavallon, Franq Dilo, Nigel Greyman, Pascal Jahouel, Franck Membribe, Jose Noce, Max Obione, Prancis Pornon, Claire Rivieccio, Roland Sadaune, Alain Seyfried, Claude Soloy, Gérard Streiff, Jan Thirion, Frédérique Trigodet, Ava Ventura, Bernard Vitiello et Francis Zamponi.

Tous ces auteurs s’en donnent à cœur joie dans ce recueil collectif, avec tout le talent de leurs plumes débridées. Ces ex-bambins ont, de toute évidence, des comptes à régler avec le Père Noël. Que voulez-vous : il est le témoin d’un monde d’avant, du temps de l’enfance, fait d’insouciance et de merveilleux à jamais enfuis. Il est le symbole de la supercherie des adultes. C’est la première tromperie que l’enfant découvre, c’est un rite de passage en quelque sorte, croire et puis ne plus croire. Et le pire, devenus parents, les vieux enfants bernés veilleront à réitérer le faux mystère pour obtenir des éclats dans les yeux de leurs mômes. Voici ce qui se joue au pied du sapin. Quelle farce !

Diable ! Nos auteurs iconoclastes nous guérissent foutrement de l’angélisme béat qui préside à la fête.

Antifestif

Le Père Noël est une ordure : ça se confirme. Avec SKA, vous n’aurez aucun risque de l’oublier. Nous non plus d’ailleurs, ce bougre pratique le chantage (nous tairons les motifs crapuleux) en nous obligeant à vous offrir gratuitement cet e-book durant la trêve des confiseurs ! Escroc !

A déguster, sans modération, avant ou après la gueule de bois !

Bonnes fêtes !

Sacré Noël, recueil collectif de nouvelles noires et érotiques, Culissime, gratuit jusqu'au 15 janvier 2014. Après cette date : 2.99 €

Mieux connaître les auteursTéléchargerAccéder au catalogue Culissime

AU MENU DU RÉVEILLON

Le Renne s’habille en rouge, par B. Vitiello

Noël au balcon, par Pascal Jahouel

Mères Noël & C°, par José Noce

Joyeux Noël, patron ! par Laurence Biberfeld

Santa Claus’trophobe ! par Franck. Membribe

Ryan’s Nativity, par Franq Dilo

Composez le 24-25 ! par Claire Rivieccio

Quand je vous dis que…. ! par Jan Thirion

La clé, par Gérard Streiff

Moi, Père Noël… par Francis Pornon

Mon dernier Noël, par Francis Zamponi

Papa Nono, par Klod SolØy

Illuminés, par Frédérique Trigodet

Les jouets de l’Histoire, par Hafed Benotman

Le père Noël est à l’envers, par A. Seyfried

Les mitraillettes du Père Noël, par J. Noce

La paire de Noël, par Roland Sadaune

Réveillon de minuit, par Malavallon & Colize

La commande, par Nigel Greyman

Rudolf &C°, par Ava Ventura, p. 201

Révélation de Noël, par Michel Baglin

Farcie, par Max Obione

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 20:25
L’information du mardi : Balais d’or et Trophées 813

Les Balais du Concierge Masqué ont été décernés samedi soir dans le cadre du salon Paris Polar, en compagnie du pape du polar Claude Mesplede. Organisés par Richard le concierge masqué, un jury indépendant a voté parmi 24 romans en toute indépendance et avec beaucoup de discussions. Les gagnants que je vous présente sont tous de formidables auteurs ayant écrit de formidables romans. Et je voudrais adresser de profondes et sincères félicitations et remerciements à notre concierge masqué, dont vous pouvez lire les interviews sur le site du Concierge masqué.

Et le compte rendu de cette soirée extraordinaire est

L’information du mardi : Balais d’or et Trophées 813

Balai d’or: On the brinks de Sam Millar (Seuil)

De fait, le spectaculaire récit autobiographique de Sam Millar a tout d’un thriller. À ceci près que si on lisait pareilles choses dans un roman, on les trouverait bien peu crédibles.

Catholique, Millar combat avec l’IRA et se retrouve à Long Kesh, la prison d’Irlande du Nord où les Anglais brutalisent leurs prisonniers. Indomptable, il survit sans trahir les siens: voilà pour la partie la plus noire, écrite avec fureur et un humour constant.

Réfugié aux états-Unis après sa libération, il conçoit ce qui deviendra le 5e casse le plus important de l’histoire américaine. La manière dont il dévalise le dépôt de la Brinks à Rochester, avec un copain irlandais, des flingues en plastique et une fourgonnette pourrie, est à ne pas croire. Même Dortmunder, dans un roman de Westlake, s’y prendrait mieux. Il n’empêche, le butin dépasse les 7 millions de dollars!

Un procès et une condamnation plus tard, il retrouve la liberté, mais entretemps, la plus grande partie de l’argent a disparu. Millar semble avoir été roulé par ses complices… Saura-t-on jamais la vérité?

En tout cas, le FBI cherche toujours!

Né à Belfast en 1958, Sam Millar a fait de la prison en Irlande du Nord comme activiste politique, et aux États-Unis comme droit commun. De retour à Belfast où il vit toujours, il est devenu écrivain. Après deux romans, Poussière tu seras et Redemption Factory, et le best-seller international On the Brinks, il a commencé la série policière Karl Kane, à paraître au Seuil.

Les interviews de Sam Millar sont ici et ici

Vous trouverez mon avis ici

L’information du mardi : Balais d’or et Trophées 813

Balai d’argent : Balancé dans les cordes de Jérémie Guez (La Tengo)

Tony est un jeune boxeur ; garçon sans histoires, il consacre sa vie au sport, prépare son premier combat pro et se tient à l’écart des trafics qui rythment la vie de sa cité. Mais il doit composer avec une mère à problèmes, qui se laisse entretenir par des voyous. Tout dérape lorsque l’un d’entre eux la bat et l’envoie à l’hôpital. Tony décide de faire appel à Miguel, le caïd de la ville, pour étancher sa soif de vengeance. Mais dans ce milieu, rien n’est jamais gratuit. La faveur demandée à un prix, celui du sang. Tony, qui doit payer sa dette, entame alors une longue descente aux enfers…

Balancé dans les cordes est le second roman de Jérémie Guez, l’auteur de Paris la nuit. Il a reçu le Prix SNCF du polar 2013 et le Prix sang d'encre 2012 des Lycéens de la ville de Vienne

Les interviews de Jérémie Guez sont ici et ici

Vous trouverez mon avis ici

L’information du mardi : Balais d’or et Trophées 813

Balai de bronze : Une femme seule de Marie Vindy (Fayard noir)

Un petit matin de janvier, au lieu-dit de L’Ermitage, Marianne Gil est réveillée par une pluie de coups frappés à sa porte. Son ami Joe, affolé, a découvert le corps sans vie d’une jeune fille derrière les granges, au fond de la propriété. Ils préviennent les autorités.

Le capitaine Francis Humbert, de la brigade de recherches de Chaumont, prend la tête des opérations. Les premières constatations révèlent que la victime a été étranglée, mais rien ne permet d’établir son identité. Qui est-elle ? Et que faisait-elle seule, dans les bois, en plein hiver ?

Mystérieuse Marianne, qui vit cachée et porte un secret que ni le silence ni la solitude n’ont su consoler. Écrivain de renom, cette femme seule à la beauté sauvage dégage une fragilité à laquelle Humbert sent confusément qu’il ne peut résister. Divorcé, englué dans une vie de caserne qui ne lui convient plus, cet enquêteur acharné va tout risquer pour la protéger de son passé...

L'interview de Marie Vindy est ici

Vous trouverez mon avis ici

L’information du mardi : Balais d’or et Trophées 813

Balai de la découverte : C’est dans la boite de Frederic Ernotte (Avant propos)

Jeff… Jeff Marnier. C’est mon nom. Je suis inspecteur. Plutôt bien coté, voire admiré par certains. Pourtant, comme tout le monde, j’ai mes problèmes. Je bosse jour et nuit. La vérité ? Je n’ai jamais beaucoup dormi. Je suis accro à la vodka, à la solitude, et depuis peu… à un site Internet. « La boîte noire ». C’est un endroit sombre. Un repère de flics. Un cloaque virtuel où je me sens chez moi. Tellement chez moi que j’oublie régulièrement de me coucher. Pourtant, cette nuit-là, j’avais enfin trouvé le sommeil. C’est toujours mauvais signe quand mon téléphone portable sonne en pleine nuit. Un tueur de flics court dans la région. Catherine est morte. Ça m’enterre encore un peu plus. Je dois me mettre au vert quelques jours. La ronde des boîtes tombe à point nommé. Un huis clos secret entre inspecteurs. Une réunion entre des inconnus en mal de découvertes. Une nuit durant laquelle soulever le couvercle d’une boîte peut vous laisser des traces indélébiles.

Frédéric Ernotte est né à Namur (Belgique) le 28 janvier 1982. Assistant social et journaliste de formation, ce jeune écrivain est un véritable touche-à-tout. C’est dans la boîte est son premier roman. Frédéric Ernotte est également à l’origine du blog "Journal d’un Workaholic", un espace virtuel où il dissèque notre quotidien sous la loupe d’un bourreau de travail.

L'interview de Frederic Ernotte est ici

Vous trouverez mon avis ici

La photo de groupe avec de gauche à droite : Sam Millar, Jérémie Guez, Le Concierge Masqué, Marie Vindy, Frederic Ernotte et Claude Mesplede

La photo de groupe avec de gauche à droite : Sam Millar, Jérémie Guez, Le Concierge Masqué, Marie Vindy, Frederic Ernotte et Claude Mesplede

Trophées 813 :

L'association 813 a décerné ses Trophées 2013. Les gagnants sont :

Roman français : "Le Dernier Lapon" d'Olivier Truc

Roman étranger "Michèle Witta" : "Le Diable, tout le temps" de Donald Ray Pollock

BD : "Blast" de Manu Larcenet

Prix "Maurice Renault" : revue L'Indic (Fondu au noir)

Et je suis très heureux du résultat !

L’information du mardi : Balais d’or et Trophées 813L’information du mardi : Balais d’or et Trophées 813
L’information du mardi : Balais d’or et Trophées 813L’information du mardi : Balais d’or et Trophées 813
Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 19:18

Voici quelques propositions de lectures parmi lesquelles vous devriez trouver votre bonheur. Soyez curieux, aventurez vous sur les sentiers noirs de la littérature polardesque ! Et n'oubliez pas le principal, lisez !

L’information du mardi : Propositions noires

Les yeux de l’ombre de Annie Ramos (Editions Citron bleu)

Catherine vit un vrai conte de fées : une belle maison, un mari charmant, un magnifique petit garçon. Que pourrait-elle demander de plus ? Pourtant dans ce monde parfait, il y a comme une fêlure, minuscule au départ, qui, tel un animal nuisible, attend le moment pour grossir. Un sentiment de malaise s'installe, vite remplacé par de la peur. La véritable peur, celle qui vous empoigne et vous assiège. La bête est lâchée et tient sa proie.

"Elle courait parmi les arbres. La bête était juste derrière elle. La jeune femme entendait son cri qui résonnait dans la forêt. Un cri d'animal en colère. Mais ses jambes fatiguaient, elle sentait venir un point de côté. Son corps la trahissait. Elle regarda autour d'elle. Des arbres, des buissons, rien pour se cacher. Aucune habitation, personne pour la secourir. Terrorisée, elle avait perdu le sens de l'orientation et il semblait se rapprocher..."

L’information du mardi : Propositions noires

Chester Himes, l’unique de Sylvie Escande (Editions de L’Harmattan)

De part et d’autre de l’Atlantique, il semble qu’en se référant à Chester Himes, on parle de deux auteurs différents : d’un côté, un jeune romancier noir révolté, de l’autre, un auteur très connu de la Série noire. Chester Himes, l’unique cherche à comprendre ce qui les sépare et les unit, à dépasser cette dichotomie et à donner à l’auteur la stature qui est la sienne.

Sylvie Escande s’intéresse à la langue de Himes, à ses thèmes, à ses tactiques et apporte des analyses inédites, par exemple sur le rôle des traductions de la Série noire dans la perception de deux œuvres distinctes. Elle revisite les romans que Himes a écrits avant son exil en France et recherche les fils qui traversent l’ensemble de son œuvre. Elle analyse les moyens qu’il a inventés pour devenir auteur de romans policiers, et montre l’évolution des deux derniers titres, L’aveugle au pistolet et Plan B, vers un genre nouveau : politique et fantastique.

Sylvie Escande

Comme la plupart des lecteurs français, c’est dans ses romans policiers que Sylvie Escande a découvert Chester Himes. À partir de son expérience de traductrice, elle explore l’ensemble de son œuvre, en confrontant les textes originaux de Himes et leurs traductions françaises et en révélant les rapports particuliers qu’il a créés avec ses lecteurs français.

L’information du mardi : Propositions noires

Qui a suicidé Pamela Janis Patersen ? de Muriel Mourgue (Editions Ex-aequo)

Pamela Patersen était promise à un bel avenir, mais son destin ne l’entendait pas de cette oreille. Lors du tournage de son dernier film Pamela met fin à ses jours dans une chambre de l’hôtel Plazza à New-York. Carl Storms, le producteur du film, avait tout misé sur cette starlette montante et refuse de croire à la thèse du suicide, d’autant plus que le contrat d’assurance ne couvre pas un tel cas. C’est donc à Thelma Vermont que revient l’insigne honneur de marcher sur les traces de Pam à Hollywood, afin d’éclaircir cette délicate affaire. Elle va apercevoir quelques-unes des célébrités de cette année 1958, et très vite comprendre que la solitude n’est pas plus légère au soleil. Même si la chaleur californienne parvient à lui faire changer ses habitudes en l’incitant à mettre des glaçons dans son verre, Thelma, fidèle à elle-même, n’acceptera jamais de mettre de l’eau dans son bourbon ! Muriel Mourgue est née en juin 1957. Elle vit en Lorraine où elle enseigne l’allemand. Après la parution de Montevideo Hotel et de Green Gardenia qui sont les premières enquêtes de Thelma Vermont ; voici la suite avec son dernier thriller. Chez le même éditeur vous pouvez aussi trouver les enquêtes d'Angie Werther, polars d'anticipation.

L’information du mardi : Propositions noires

18 jours en avril de Hervé Mosquit (Mon petit éditeur)

"...un désordre indescriptible régnait dans le logement: meubles renversés, armoires ouvertes, tiroirs vidés, habits éparpillés, couverts renversés et vaisselle brisée, jonchaient le sol. Et surtout, il y avait cette absence de Stan, ce silence assourdissant que ne troublait que le sifflement de la bise. Le souffle court, la boule au ventre, frénétique, elle fouilla la maison en hurlant le prénom de son compagnon."

Clémentine et Stan sont un couple heureux et sans histoires. Un jour, Stan disparaît. Clémentine n'aura de cesse de le retrouver et de comprendre le pourquoi de cette disparition. Les protagonistes de ce récit seront confrontés au crime organisé, au blanchiment d'argent, à la violence crapuleuse et même à un accident dans une centrale nucléaire.

Une bonne dose d'action et de suspense, un zeste d'humour, une pincée d'érotisme et, cerise sur le gâteau, de quoi réfléchir parfois au concept de résilience, ) l'état du monde actuel et aux craintes ou aux espoirs de chacun face à l'avenir de l'humanité, voilà, en bref ce que propose ce roman sans oublier son objectif principal: offrir un bon moment de lecture-plaisir.

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 18:52

Cette semaine, j’ai décidé de mettre en avant une petite maison d’édition, qui ouvre une nouvelle collection : 666. Il s’agit de polars fantastiques, et l’on trouve parmi les 3 premiers titres sortis des auteurs français connus et reconnus pour la qualité de leur écriture.

Alors, en attendant mon avis, allez jeter un œil sur le site des éditions Engelaere, http://engelaere-editions.com/blog/, où on peut y lire ceci :

666 nombre de la Fin des temps… Le soleil s’obscurcira, nous dit-on, une pluie de soufre et de sang s’abattra sur les villes et les campagnes ! D’ici là, les lecteurs de 666 auront le temps de se préparer à leur survie.

Collection ô combien salutaire, 666 donne la parole à un illustre et très discret contemporain de Rubens, l’Anonyme d’Anvers, immortel lié à la Rose-Croix. Héritier de l’alchimiste Nicolas Flamel, on le croise souvent sans le savoir et son rôle n’est pas négligeable dans un monde rongé par le mal lié à l’argent. C’est peut-être grâce à lui que tout n’a pas encore pris fin.

L’information du mardi : 666

« Entretiens avec un très vieux vampire » de Roger Facon

96 pages (broché) · format 110 x 170 mm · 6 € · ISBN 978-2-917621-17-2

Humour et mystère garantis dès les premières pages d’Entretiens avec un très vieux vampire grâce aux pérégrinations du Chevalier Le Clément de Buirette, vieux vampire roublard, ravi de rendre service à L’Anonyme d’Anvers. Même fatigué d’avoir traversé les siècles, notre chevalier ne manquerait pour rien au monde l’assemblée annuelle de la Confrérie des saigneurs de la nuit dont il est l’un des plus solides piliers. Quitte à devoir faire mentir la prophétie maya et se lancer à la recherche de l’Évangile de Sang, un film muet projeté à une poignée de verriers, en 1910, à l’Idéal cinéma, le plus vieux cinéma ouvrier du monde, situé à Aniche.

Auteur d’une trentaine de romans noirs, romans fantastiques et essais sur l’occultisme, Roger Facon fait ici la jonction entre son travail d’écrivain et son mandat d’Adjoint à la culture à Aniche pour son plus grand plaisir et celui de ses lecteurs.

L’information du mardi : 666

« 666, Quai de la Scarpe » de Michel Meurdesoif

84 pages (broché) · format 110 x 170 mm · 6 € · ISBN 978-2-917621-18-9

Diable ! Quel est ce corps qui frappe aux portes de l’écluse du Petit-Bail ? Pourquoi ces étranges disparitions ? Raoul sait-il des choses que les autres ignorent ? Et d’abord, d’où vient-il ?

Une tranche de vie au sein d’un des plus vieux quartiers de Douai, faite de brouillard et de mystère. Les quais de la Scarpe font se rencontrer l’histoire, le romanesque et le rêve !

L’information du mardi : 666

« Les Œufs de Lewarde » de Jean-Marc Demetz

144 pages (broché) · format 110 x 170 mm · 7 € · ISBN 978-2-917621-19-6

Les Œufs de Lewarde est avant tout une fresque jubilatoire sur la fin du monde dans laquelle l’histoire et la fiction se confondent avec une étonnante crédibilité.

Sauver l’humanité, vous en conviendrez, n’est pas à la portée de n’importe quel olibrius. Un seul homme a essayé et c’est son récit. Un personnage singulier, l’Anversois, dont l’aventure défie le temps ! Et Dieu qu’il lui en a fallu des recherches et des voyages pour mener son combat contre l’apocalypse. Une quête terrible dont le chemin lui a fait rencontrer de fameux hommes.

Il a vu Léonardo Da Vinci disséquer des cadavres humains, il a rencontré Michel de Nostredame soignant la peste en Arles, il a appris que Jules Verne avait consulté les verriers d’Aniche au sujet des dimensions des hublots du Nautilus, il a suivi Émile Zola sur les carreaux de mine, il a vécu la création du premier syndicat de mineurs par Émile Basly.

Bien des questions… Quels secrets, quels liens entre ces célébrités ? Et surtout : que couvait le Centre Historique Minier de Lewarde ? Tout est dans « les œufs de Lewarde ».

À 50 ans, Jean-Marc Demetz s’est jeté dans l’écriture de romans noirs et de nouvelles. Il s’est lancé dans le roman policier qui se situe dans une réalité sociale précise et porteur d’un discours critique. Il s’inscrit également dans une vision noire du monde qui est, pour lui, toujours nimbée d’une lueur d’espoir. S’inspirant de ses passions, voyages et rencontres pour créer les personnages et les décors de ses romans, il rend compte de la réalité sociétale : crime organisé et terreau mafieux, société clanique, anomie sociale, corruption politique et policière. Pour chacun des thèmes abordés, il mène une enquête fouillée pour en retranscrire les détails qui jetteront le lecteur dans l’intrigue avec le plus grand réalisme.

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 17:43

Je n’avais jamais lu de roman de Douglas Preston et Lincoln Child. Il a fallu que je commence par leur nouvel héros, Gideon Crew, l’année dernière. Il est grand temps de leur rendre justice, alors que le premier tome R pour revanche vient de sortir en format poche et que le deuxième tome C pour cadavre vient tout juste de voir le jour.

Même si je n’ai pas encore lu C comme cadavre, R pour revanche est une excellente introduction aux aventures de Gideon, un personnage à la durée de vie limitée puisqu’il lui reste moins d’un an à vivre. Ici, on ne s’encombre pas de descriptions à n’en plus finir, on a affaire à des chapitres courts, des rebondissements incessants, et les pages du livre se tournent toutes seules si bien qu’on arrive à la fin sans même s’en rendre compte. Bref, si vous aimez les livres qui vont vite, les livres où on se laisse porter par l’action pure, si vous recherchez un personnage récurrent, nul doute que vous allez succomber aux deux premiers volumes des aventures de Gideon Crew.

L’information du mardi : Gideon Crew

R pour revanche (J’ai lu) :

À 12 ans, Gideon voit son père, un scientifique travaillant pour le gouvernement, se faire abattre sous ses yeux.

À 20 ans, Gideon est au chevet de sa mère, qui lui révèle que son père n'était pas le traître que tout le monde croyait, mais qu'il fut la victime d'un complot d'État.

À 32 ans, Gideon est enfin en paix avec lui-même. Il a exaucé les derniers souhaits de sa mère qui, sur son lit de mort, lui avait soufflé : « L'heure de la revanche a sonné... » Il vient enfin de d'éliminer l'assassin de son père, un ancien général haut gradé...

Une officine travaillant pour la CIA a suivi ses « exploits ». Elle connaît de surcroît son passé de cambrioleur et sa maîtrise des nouvelles technologies. Elle le contacte alors pour lui confier une mission aussi secrète que dangereuse...

Premier pas de Gideon Crew dans l'univers trouble des services secrets. Un premier tome bien accueilli tant par le public que la critique : « On imaginerait bien Gideon Crew dans un roman de Ludlum ou dans un film de la série Ocean's Eleven. » David Baldacci ; « Vivement la suite. » Suspense Magazine ; « Une nouvelle série qui tient toutes ses promesses. » Booklist ; « Un seul regret : la fin arrive trop vite. On en redemande. » Associated Press

L’information du mardi : Gideon Crew

C comme cadavre (Archipel) :

Après une première mission mouvementée (R pour revanche), Gideon Crew, à qui il ne reste plus qu'un an à vivre, n'aspire qu'à un peu de tranquillité. Mais l'EEC - cette officine travaillant en sous-main pour le gouvernement américain -, fait de nouveau appel à lui.

Chalker, l'un de ses anciens collègues du laboratoire nucléaire de Los Alamos, est en proie à une crise de délire paranoïaque. Se croyant victime d'un complot d'État, il a pris une famille en otage. Gideon est dépêché sur place pour tenter de le raisonner, mais le forcené est abattu sous ses yeux par les forces spéciales...

Les autorités découvrent alors que Chalker, qui s'était converti à l'islam, était irradié. Et l'on retrouve chez lui un calendrier indiquant qu'un attentat terroriste de grande ampleur aura lieu dans douze jours. Mais où ?

Gideon, épaulé par un agent du FBI, a peu de temps pour déjouer l'attentat - et surtout très peu de pistes. Et sa mission se complique le jour où il est suspecté d'être le complice de Chalker...

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 17:23
Les informations du mardi :

L’exquise nouvelle saison 3 :

Depuis 3 ans maintenant, l’exquise édition publie des recueils de nouvelles au profit d’associations caritatives. Cette année, le thème est Les aventures du concierge masqué, référence à l’excellent titre du blog noir, qui publie de non moins excellentes interviews d’auteurs de polars. Les nouvelles, que je n’ai pas encore lues car je viens de recevoir le livre, ont la particularité d’être écrites à plusieurs mais, mélangeant des plumes reconnues avec des auteurs amateurs. On y trouve des auteurs tels que Barbara Abel, Ayerdhal, JOB, Sire Cedric, Paul Colize, Didier Daeninckx, Stephane Marchand, Maxime Gillo et plein d’autres. Tous les bénéfices sont reversés à l’APCH, Association des Pancréatites Chroniques Héréditaires. Le livre coute 10 euros, et comporte une couverture cartonnée rigide. Bref un excellent volume pour faire une bonne action et 245 pages de lecture. N’hésitez plus !

Les informations du mardi :

Piccolo n°100 :

A l’occasion du numéro 100 de la collection de poche de Liana Levi Piccolo, une édition spéciale de Un petit boulot de Iain Levison vient d’être réédité avec une nouvelle couverture et va, je l’espère connaitre une deuxième vie. Nous en reparlerons lors de la rubrique Oldies du mois de novembre, mais pour vous mettre l’eau à la bouche, je vous mets la 4ème de couverture :

“Dans une ville où les trois quarts des hommes ont été licenciés au cours des neuf derniers mois, les affaires qui profitent du désespoir sont florissantes.” Justement Jake Skowran qui a, comme tout le monde, perdu son emploi depuis que la seule usine locale a fermé, mais aussi sa petite amie et même sa télé et qui a des dettes de jeu par-dessus la tête, se voit proposer un boulot de tueur à gages. Entre un emploi sous-payé au supermarché du coin qu’un ami lui propose par protection, et une situation d’avenir, Jake n’hésite pas longtemps d’autant qu’il prend rapidement goût à son nouveau métier et s’applique en toute innocence à faire du bon travail comme s’il avait enfin trouvé sa vocation tardive. Un premier roman magistral qui ne comporte pas d’enquête ni même de suspense, mais qui fait un portrait au vitriol, à la fois drôle et désespéré de l’Amérique des exclus.

Les informations du mardi :

La nouvelle parution de Krakoen :

La nouvelle parution de Krakoen s’appelle Miss Lily-Ann et est signée par Lucienne Cluytens. Voilà une bonne occasion de découvrir une nouvelle auteure dont c’est le septième roman. Nous en reparlerons bientôt, mais voici d’hors et déjà la 4ème de couverture :

Miss Lily-Ann, entreprise textile nordiste, intéresse les Japonais, mais les actionnaires ne veulent pas en entendre parler. Plutôt mourir que de céder à l'envahisseur asiatique ! Justement, la police trouve qu'on meurt beaucoup dans les environs. A profitent les crimes ? Aux investisseurs japonais ou à la directrice de l'entreprise ? Dynamique, charismatique et ambitieuse, Liliane Barré est le suspect idéal. A moins qu'elle ne devienne une cible à son tour.

Les informations du mardi :

Cérémonie assassine de Pascale Marie QUIVIGER :

Voici une nouvelle idée de lecture pour ceux qui aiment découvrir de nouveaux auteurs.

Lorsque l’archéologue française Zia Diaz revient au Mexique pour entreprendre de nouvelles fouilles sur le Site de Xochitl dans le Yucatán, sa vie va basculer. Le corps sauvagement mutilé de Lucia Morales, la fille d’un célèbre sénateur, de surcroît candidat aux prochaines élections présidentielles du pays, vient d’être retrouvé au pied de la grande pyramide de Xochitl. Acte de barbarie d’un psychopathe nostalgique des anciens rituels mayas ? Ou bien s’agit-il d’un complot politique visant à discréditer l’un ou l’autre des partis qui brigue le pouvoir ?

Et que penser de cette mystérieuse secte dont le gourou se targue de vénérer des dieux anciens et d’honorer plus particulièrement Hatloc, le dieu des ténèbres et du chaos, en continuant à perpétrer les rites du sacrifice ? Entraînés dans une spirale infernale, Zia, son fidèle ami Pablo, un policier de village et un jeune lieutenant intègre et sympathique vont tenter de démêler l’écheveau compliqué d’une enquête dont l’issue insoupçonnée changera à jamais la vie de chacun d’entre eux...

Les informations du mardi :

Rencontre avec RJ.Ellory :

Alors que son nouveau roman Mauvaise étoile, vient de sortir, je vous annonce que vous allez avoir l’occasion de rencontrer ce formidable auteur qu’est Roger Jon Ellory. Cela se passera à la Librairie Comme un roman 39, Rue de Bretagne 75003 Paris Tél. : 01 42 77 56 20, le dimanche 13 octobre à partir de 11 heures. Alors retenez la date. Voici la quatrième de couverture de Mauvaise étoile :

Texas, 1960. Elliott et Clarence sont deux demi-frères nés sous une mauvaise étoile. Après l’assassinat de leur mère, ils ont passé le plus clair de leur adolescence dans des maisons de correction et autres établissements pénitentiaires pour mineurs. Le jour où Earl Sheridan, un psychopathe de la pire espèce, les prend en otages pour échapper à la prison et à la condamnation à mort, ils se retrouvent embarqués dans un périple douloureux et meurtrier. Alors que Sheridan, accompagné des deux adolescents, sème la terreur dans les petites villes américaines bien tranquilles qui jalonnent leur route, une sanglante et terrible partie se met en place entre les trois protagonistes. Loin de se douter de la complexité de celle-ci, la police, lancée à leurs trousses, et en particulier l’inspecteur Cassidy ne sont pas au bout de leurs surprises.

Avec ce récit au suspense implacable et à la noirceur absolue, R. J. Ellory se consacre de la façon la plus flamboyante qui soit à son sujet de prédilection : le mal. Tout comme Shane Stevens dans Au-delà du mal, il aborde les thèmes de l’innocence corrompue et de l’origine des déviances. On y retrouve ici intact tout l’art d’Ellory, qui a fait la force de Seul le silence : une écriture à la fois poétique et très réaliste ; des personnages d’une humanité complexe et déchirante aux prises avec leur face sombre ; une intrigue qui tient le lecteur captif jusqu’à la dernière page. Un thriller intense, poignant et inoubliable.

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 17:17
L’information du mardi : Polar SNCF & Livre de poche

Polar SNCF sélection automnale :

La sélection estivale de polar SNCF a livré son verdict. Je vous rappelle que tout le monde peut participer ; pour cela, il suffit de s’inscrire sur le site, de lire les romans proposés et de voter. La gagnante de la sélection estivale est donc Sandrine Colette avec Des nœuds d’acier. Nous la retrouverons donc en finale aux cotés des deux autres gagnants. Il est temps maintenant de voter pour la sélection automnale, et pour cela, 5 romans sont présentés. Vous avez jusqu’au 16 décembre à minuit pour attribuer vos notes.

L’information du mardi : Polar SNCF & Livre de poche

Le linguiste était presque parfait de David Carkeet

On traite le séduisant linguiste Jeremy Cook de trou-du-cul devant l’une de ses charmantes assistantes, et tout fout le camp! D’autant que l’un de ses collègues de l’institut d’étude du langage des nourrissons, un individu discret et obsédé par l’étrange notion de « contre-amitié », vient d’être assassiné.

Du jour au lendemain, Jeremy va devoir élucider un meurtre, rédiger une conférence dont l’intitulé change tous les matins, faire le joli cœur et, plus important encore, découvrir – grâce à la linguistique et à quelques coups tordus – d’où sortent ces foutues rumeurs sur lui. Qui a dit que la vie d’un linguiste était un long fleuve tranquille ?

David Carkeet crée un monde d’extravagances et d’antipathies, où se croisent un flic érudit dont la suffisance intellectuelle n’a d’égale que son aversion pour le crime, un directeur despotique dont les règles frisent la démence, et des chercheurs à l’esprit alambiqué.

L’information du mardi : Polar SNCF & Livre de poche

Le matériel du tueur de Gianni Biondillo

Pourquoi un détenu, petit délinquant apparemment sans histoire, est-il libéré dans des conditions particulièrement sanglantes par un commando mafieux ? La commissaire d’une unité d’élite, Elena Rinaldi, se lance à ses trousses, assistée de mauvaise grâce par l’inspecteur Ferraro, un de ses ex. Avec l’aide de Lanza, hurluberlu génial de l’Agence européenne, ils découvrent qu’ils pourchassent en réalité un tueur redoutable, échappé des brûlantes brousses d’Afrique et des camions du trafic d’esclaves.

Il poursuit seul une vengeance implacable et toute personnelle. Haile l’Érythréen a tout pour inquiéter : l’anonymat, la cruauté, l’intelligence et une volonté de fer, spartiate, militaire. Le matériel du tueur.

Gianni BIONDILLO, prolifique auteur-architecte milanais, est né en 1966 à Milan où il vit. A été traduit en France Pourquoi tuons-nous ? (Joëlle Losfeld, 2006), best-seller en Italie qui a été suivi de La Mort au cœur (Gallimard, 2009).

En 2003, G. Biondillo a créé avec un groupe d’intellectuels, artistes et écrivains, le blog Nazione Indiana, devenu une référence de la vie culturelle dans la péninsule. Le Matériel du tueur, suite des aventures de l’inspecteur Ferraro, a obtenu le prestigieux prix Giorgio Scerbanenco au Festival noir de Courmayeur.

L’information du mardi : Polar SNCF & Livre de poche

Né sous les coups de Martyn Waites

1984 : Margaret Thatcher est au pouvoir, les mineurs sont en grève. "Deux tribus partent en guerre", pour reprendre un tube célèbre. À Coldwell, cité minière du Nord, les mineurs ont lutté quasiment jusqu'à la mort, mais ça n'a pas suffi : manipulant l'opinion, recourant à la violence policière, les Tories avaient, à l'époque, méthodiquement cassé les reins du mouvement ouvrier. Pour les vaincus, le prix de la défaite sera exorbitant : vingt ans plus tard, Coldwell est une ville sinistrée, gangrenée par tous les fléaux sociaux.

Histoire d'un affrontement impitoyable aux conséquences dévastatrices, histoire de criminels qui prospèrent sur la misère, histoires d'amour contrariées, tragiques, mais aussi poignantes, Né sous les coups est la fresque de tout un monde mis à terre qui lutte pour survivre sur deux générations, baignant dans la musique anglaise des années 70 et 80.

Originaire du nord de l'Angleterre, Martyn Waites s'est passionné pour le théâtre, puis pour le roman noir sur les pas d'Ellroy, Burke, Crumley et Robin Cook. Né sous les coups est son premier roman.

Mon avis est ici

L’information du mardi : Polar SNCF & Livre de poche

Tu n'as jamais été vraiment là de Jonathan Ames

Joe, ancien marine et ex-agent du FBI, a eu son compte de scènes de crimes. Et ce n'est pas sa vie sentimentale ou amicale qui va lui mettre du baume au cœur : solitaire et tourmenté, il ne se lie à personne. Lorsqu'un homme politique de premier plan l'engage pour exfiltrer sa fille adolescente des griffes de la prostitution, il découvre un réseau de corruption inimaginable.

Quand la seule personne à qui il tient encore est enlevée, Joe renonce à sa promesse de ne pas faire de mal. Et s'il y a quelqu'un qui sait tuer pour la vérité, c'est bien Joe...

Né en 1964 Jonathan Ames est le créateur de la série HBO Bored to Death, inspirée d’une de ses nouvelles du recueil Une double vie, c’est deux fois mieux, publié aux Editions Joëlle Losfeld, ainsi que Réveillez-vous, Monsieur !

Il vit à New York

L’information du mardi : Polar SNCF & Livre de poche

La vie est un tango de Lorenzo Lunar

Puchy a toujours dit que le quartier était un monstre. Je l'ai entendu dire tant de fois que j'ai fini par me l'imaginer moi-même ainsi : une pieuvre pourvue d'un million de tentacules. »

Léo Martin est depuis peu commissaire de quartier à Santa Clara, ville de province cubaine. Sa routine : faire face aux business illégaux, aux règlements de comptes et aux coups tordus des petites frappes du coin.

Léo enquête sur une contrebande de lunettes de soleil quand un jeune homme se fait assassiner. Quels sont les liens entre ces deux affaires ? Les amis et collègues de Léo sont-ils tous irréprochables? Dans La vie est un tango, c'est tout un quartier qui prend vie, peuplé de rumeurs et de faux-semblants.

Lorenzo Lunar est né à Santa Clara (Cuba) en 1958. Il a été sélectionné pour le prix Dashiell Hammett (meilleur roman noir en espagnol) pour son premier roman publié en France, Boléro noir à Santa Clara (L'Atinoir, 2009). L'auteur a reçu le prix Plume de Cristal en janvier 2013 à Cuba, qui récompense l'écrivain le plus lu de l'année écoulée.

L’information du mardi : Polar SNCF & Livre de poche

Le prix des lecteurs du Livre de Poche :

J’ai eu l’occasion et la chance cette année de participer au grand prix des lecteurs du Livre de Poche, dans la catégorie Polars. Les résultats sont connus depuis cette semaine est le grand gagnant est Jussi Adler Olsen avec Miséricorde :

Voici le compte des voix :

- 54 votes pour = Miséricorde de Jussi Adler Olsen,

- 22 votes pour = Trois accidents et un suicide de Seamus Smyth,

- 13 votes pour = Adieu de Jacques Expert,

- 13 votes pour = Volte-face de Michael Connelly.

- 10 votes pour = Le Livre de Johannes de Jorgen Brekke,

- 9 votes pour = La Tulipe du mal de Jörg Kastner,

- 4 votes pour = Elle savait de Lee Child

Je vous rappelle le sujet de Miséricorde ainsi que le lien vers mon avis ici

Pourquoi Merete Lyyngaard croupit-elle dans une cage depuis des années ? Pour quelle raison ses bourreaux s'acharnent-ils sur la jeune femme ? Cinq ans auparavant, la soudaine disparition de celle qui incarnait l'avenir politique du Danemark avait fait couler beaucoup d'encre. Mais, faute d'indices, la police avait classé l'affaire. Jusqu'à l'intervention des improbables Carl Mørck et Hafez el Assad du Département V, un flic sur la touche et son assistant d'origine syrienne. Pour eux, pas de cold case ... Couronné par les prix scandinaves les plus prestigieux, le thriller de Jussi Adler-Olsen, première enquête de l'inspecteur Mørck, est un véritable phénomène d'édition mondial. Les raisons d’un fol engouement ? Deux personnages sympathiques et attachants, et une histoire à l’efficacité démoniaque. Marianne Payot, L’Express.

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 17:00

Voici une petite sélection des sorties chez Points qu'il me parait important de mettre en avant. Et surtout n'oubliez pas le principal : lisez !

L'information du mardi : Allez voir chez Points

Le dernier lapon de Olivier Truc

Depuis quarante jours, la Laponie est plongée dans la nuit. Dans l’obscurité, les éleveurs de rennes ont perdu un des leurs. Mattis a été tué, ses oreilles tranchées ? le marquage traditionnel des bêtes de la région. Non loin de là, un tambour de chaman a été dérobé. Seul Mattis connaissait son histoire. Les Lapons se déchirent : malédiction ancestrale ou meurtrier dans la communauté ?

Journaliste depuis 1986, Olivier Truc vit à Stockholm depuis 1994 où il est le correspondant du Monde et du Point, après avoir travaillé à Libération. Spécialiste des pays nordiques et baltes, il est aussi documentariste pour la télévision.

« Ambiance polaire, traditions religieuses et querelles d’éleveurs, le Français Olivier Truc réussit un étonnant thriller qui n’a rien d’une promenade exotique. »

Télérama

L'information du mardi : Allez voir chez Points

Cool de Don Winslow

Une graine. Tout commence avec une graine de cannabis. Venue d’Afghanistan dans les valises de Chon, membre des Forces spéciales de retour de mission, la voilà entre les mains magiques du botaniste Ben, qui la cultive à grande échelle. Aidé par Ophelia, leur atout séduction, le trio commence à dealer. Jackpot. Les dollars pleuvent. Et les cartels qui tiennent la Californie exigent leur part du gâteau.

Don Winslow est né à New York en 1953. Ancien détective privé, il est l’auteur d’une quinzaine de romans. Cool raconte les débuts du trio ravageur de Savages, adapté au cinéma par Oliver Stone.

« Cool est porté par les mêmes dialogues corrosifs et percutants, et par la même vivacité d’esprit, que Savages. Noir et éclatant. »

The New York Times

Vous pouvez lire mon avis ici

L'information du mardi : Allez voir chez Points

Conséquences de Darren Williams

La morte a les yeux de sa sœur disparue. Gibson s’abrutit d’alcool mais ne peut oublier cette adolescente retrouvée dans une maison abandonnée. Elle fuyait Angel Rock, ville désertée aux confins du bush australien. La commune dévore ses enfants depuis longtemps. Ils meurent sans explications. Gibson remue le passé des jeunes sacrifiés. La chaleur trouble se peuple de fantômes…

Darren Williams est né en 1967. Il vit à Brisbane en Australie. Conséquences est son premier roman traduit en français.

« Un page-turner envoûtant où l’écriture à la fois puissante et poétique distille le suspense de façon oppressante. À lire portes closes et rideaux fermés. »

The Daily Mail

L'information du mardi : Allez voir chez Points

La contrée immobile de Tom Drury

Barman fantasque au Valet de Carreau, Pierre aime les tours de magie et les situations insolites. S’attirer des ennuis, même dans ce patelin sans histoires du Midwest, c’est sa spécialité. Un jour de grand vent, il chute dans les eaux glacées du lac de Verre. Stella le sauve de la noyade. Mystérieuse, tourmentée, la jeune femme obsède Pierre. Dans la Contrée immobile, le quotidien n’est pas si banal…

Né en 1956 dans l’Iowa, Tom Drury est l’auteur d’une demi-douzaine de romans. La revue Granta l’a désigné comme l’un des 20 meilleurs romanciers américains. La Contrée immobile est son premier roman traduit en français.

« Entre les frères Grimm et les frères Coen. » Los Angeles Times

« Une lecture hypnotique, inoubliable, La Contrée immobile flirte avec le chef-d’œuvre. » Time out Chicago

L'information du mardi : Allez voir chez Points

Baltimore de David Simon

À Baltimore, le crime fait la loi. Journaliste au Baltimore Sun, David Simon a suivi pendant un an les inspecteurs de la brigade criminelle de la ville. De jour comme de nuit, il a partagé leur quotidien, sur les scènes de crime et dans les salles d’interrogatoire. Avec une empathie rare et un sens du détail exceptionnel, il nous offre le portrait profondément humain d’une cité à la dérive.

Né à Washington en 1960, David Simon a travaillé pendant douze ans pour le Baltimore Sun. Journaliste, écrivain, producteur et scénariste, il est notamment le créateur des séries The Wire (Sur écoute) et Treme.

« David Simon produit un document à vif, une fascinante autopsie du mal. » Les Inrockuptibles

« On a déjà lu des documents sur la police, celui-ci est de loin le plus fiable, le plus prenant, le plus éprouvant… en un mot, le meilleur ! » The Washington Post

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 16:44
L’information du mardi, c’est aussi le samedi : TPS 2013

Le festival des littératures policières de Toulouse fait partie des manifestations les plus importantes en France. Cette année, ce sera la 5ème édition, et il se déroulera du 11 au 13 octobre 2013.

Outre les rencontres et signatures d’auteurs de renom français et étrangers, de nombreuses manifestations sont organisées durant les trois jours que dure ce festival.

Toulouse Polars du Sud propose un plateau riche et éclectique pour tous les goûts et tous les âges.

- Des auteurs qui se font rares en France comme Luis Sepúlveda ou James Grady, Carlo Lucarelli

- La jeune génération d’auteurs français qui monte : Jérémie Guez, Olivier Truc, Marin Ledun, Michaël Mention, Ingrid Astier, Elsa Marpeau, Sire Cédric, …

- De nouveaux talents étrangers : Víctor Del Árbol, Cristina Fallarás, Raja Alem, Tina Uebel…

- Des incontournables: Patrick Raynal, Pascal Dessaint, Jean-Hugues Oppel, Carlos Salem, Peter May, Claude Mesplède…

- Des BDistes de renom : Chauzy, Pinelli, Carrère

Le festival donne la parole aux auteurs à travers notamment 9 tables rondes, venez les écouter et débattre avec eux. Elles sont organisées dans le Forum de la Librairie de la Renaissance :

- Le vendredi à 18H30, Le polar historique avec Elena Arseneva, Gilles Bornais et Carlo

Lucarelli

- Le samedi à 10H00, écrire l’ailleurs avec Elsa Marpeau, Olivier Truc et Michael Mention

- Le samedi à 15H00, Ville et polar, une ville, un auteur avec Grazia Verasani, Larry Fondation et Petros Markaris et Jake Lamar

- Le samedi à 16h30, Manipulateurs et manipulés, les dessous de l’espionnage. avec Tina Uebel, James Grady et Patrick Raynal

- Le samedi à 18h00, Les nouvelles voix/voies du polar espagnol. Avec Cristina Fallarás, Víctor del Àrból, Willy Uribe, Carlos Zanón et Antonio Lozano, présentés par l’incontournable Carlos Salem.

- Le dimanche à 10h30, La FAQ Le Vieux qui lisait des romans d’amour a fait la renommée de Luis Sepúlveda. Il a aussi signé des textes policiers dont Comme un nom de torero, un superbe polar. Il répondra aux questions déposées par ses lecteurs dans une boîte sous le chapiteau ou sur le site de TPS sous la forme d’une Foire aux Questions.

- Le dimanche à 11h30, James Grady/Jake Lamar/Larry Fondation. Les visions de l’Amérique.

- Le dimanche à 15h, Carlo Lucarelli, Tête-à- tête.

- Le dimanche à 16h, Le roman noir se met au boulot. Avec Anne Rambach, Marin Ledun et Pascal Dessaint

Les auteurs à la rencontre du jeune public :

On peut écrire du Noir pour le jeune public qui en est souvent friand.14 auteurs partiront à la rencontre de plus de 2000 élèves dans 6 écoles primaires, 8 collèges et 6 lycées, des moments de partage souvent riches en émotion et découvertes. Les travaux réalisés à cette occasion seront dévoilés aux visiteurs du festival dans le Carré scolaire, un lieu d’exposition dédié sous le chapiteau.

A noter trois grandes nouveautés pour cette édition 2013 :

Toulouse Polars du Sud propose au public de s’amuser avec un fil conducteur du Noir dans la ville Rose

- Un grand rallye enquête proposé par Pascal Dessaint et en partenariat avec La Novela se déroulera le samedi 12 octobre dans les rues de Toulouse.

- Chacun pourra également retrouver le plaisir ou les angoisses de sa jeunesse à travers les Dictées Noires.

- Enfin un concours photo est lancé jusqu’au 22 septembre uniquement par le biais du réseau social Instagram.

Toutes ces informations et plus encore sont à retrouver le site du festival ici : http://www.toulouse-polars-du-sud.com/

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 17:54
L'information du mardi, c'est aussi le jeudi : Les éditions de l'aube

Voilà une maison d’édition que je ne connaissais pas. Et par un curieux hasard, on me parle par deux fois de cette maison d’édition. La première, c’est mon ami Le concierge masqué qui me signale que le roman de Catherine Bessonart, Et si Notre-Dame la nuit, était excellent. La deuxième fois, c’est un mail que je reçois pour me signaler les sorties de cette fin d’année. Alors, regardons d’un peu plus près ce qui nous attend aux éditions de l’aube, et commençons par le roman de Catherine Bessonart :

Et si Notre-Dame la nuit de Catherine Bessonart :

"Après le cou, ce qui l'émouvait le plus chez une femme, c'était le poignet, alors il se pencha vers la femme inconnue, effleura ses veines qui ne battaient plus et lui fit la promesse muette que justice serait faite."

Il s'appelle Chrétien, pourtant il se dit "mécréant, tendance bouddhiste". Flic, fraîchement divorcé, il en est proie à une sorte de nervosité - il vient d'arrêter de fumer - mais pas seulement. Il pressent un malheur imminent qui ne tarde pas à survenir : neuf des plus belles statues de Notre-Dame de Paris sont décapitées ; puis, très vite, une jeune femme. La première d'une longue série...

L'enquête que mène le commissaire Bompard l'amène au sentiment qu'il est intimement mêlé à cette affaire. De quelle manière ? Ses doutes se confirment quand le meurtrier le menace dans ce qu'il a de plus cher : son ex, Mathilde.

Cette enquête est époustouflante : le lecteur tombe sous le charme du commissaire et dans les mailles d'une intrigue qui le tient en haleine jusqu'au dénouement de ce polar psychologique, dense et attachant. Un grand moment de plaisir.

L'information du mardi, c'est aussi le jeudi : Les éditions de l'aube

Crime impuni aux Monts Wuyi de He Jiahong, en librairie le 5 septembre.

Monts Wuyi, sud-est de la Chine : six copains de fac se retrouvent trente ans après leurs études dans un hôtel de rêve. Le lendemain, l'un d'eux meurt, empoisonné au Furadan. L'enquête démarre en trombe... et se casse le nez : le coupable présumé est déclaré innocent, faute de preuves suffisantes. Pour s'approcher de la vérité, il faudra aller jusqu'à Aix-en-Provence en passant par Genève. Une plongée impressionnante au coeur du système judiciaire chinois.

«J'ai trouvé le roman du professeur He à propos de cette affaire criminelle non résolue débordant d'ingéniosité. Il m'a fait retrouver le plaisir et la joie de lire de mes jeunes années.» Mo Yan, prix Nobel de littérature.

«He Jiahong se révèle un auteur drôle et cultivé, séduisant et inquiétant à la fois. À suivre.» Dinah Brand, Lire.

Pour ce cinquième ouvrage, l'écrivain criminologue et professeur de droit nous propose une véritable immersion dans le système judiciaire chinois. L'accueil de ses premiers livres en France a été enthousiaste : "Drôle et cultivé, séduisant et inquiétant" selon Dinah Brand de Lire, Christine Ferniot quant à elle appréciait "Une nouvelle approche de la Chine, poétique et réaliste" et Gérard Meudal saluait "Une série prometteuse" ;

L'information du mardi, c'est aussi le jeudi : Les éditions de l'aube

Témoin de la nuit de Kishwar Desai, en librairie le 3 octobre.

Dans une Petite ville Au cœur De l'Inde, Une jeune Fille est découverte, Presque morte, dans Une immense Maison incendiée, Où treize Autres personnes Viennent d'être massacrées. L'adolescente semble avoir été battue et violée.

Elle doit maintenant faire face à son propre procès, car la police locale est persuadée qu'elle a elle-­‐même commis ces meurtres. Simran Singh, une travailleuse sociale peu conventionnelle, est convaincue de son innocence et va tout faire pour le prouver. Mais alors qu'elle tente de comprendre l'histoire familiale de Durga, Simran découvre peu à peu un monde épouvantable dans lequel chaque petite fille qui naît n'est jamais sûre de vivre bien longtemps, dans lequel hommes et femmes n'hésitent pas à tuer leurs filles à peine nées. Simran Singh doit faire avancer sa propre enquête, malgré des policiers avides et corrompus…

Ce premier livre d'une auteure Indienne est bouleversant, déjà publié dans une dizaine de pays. La presse anglo-saxonne a été dithyrambique : "Formidable !" pour le Telegraph, "Un conte triste et stimulant" d'après The Guardian, sans oublier Abigail Tarttelin du Huffington Post selon qui : "Aucun bon thriller (depuis Millenium) ne s'est révélé aussi érudit, audacieux et fascinant que Témoin de la nuit... Au coeur de ce roman à suspense captivant et complexe se trouvent deux héroïnes énigmatiques... Je vous mets au défi - que vous soyez femme, homme, les deux, ou ni l'un ni l'autre - de ne pas l'adorer."

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans Info du mardi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories