Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 17:02

Muriel Mourgue est une auteure lorraine, qui a eu la gentillesse de me faire parvenir deux de ses nouvelles, chacune éditée chez Ex-Aequo. Les deux nouvelles qui se déroulent à des époques fort différentes s’avèrent être très bien écrites et fort intéressantes. . Une auteure à suivre.

 

Association de malfaiteuses :

Association-de-malfaiteuses.pngParis en 2022. Depuis le cataclysme de 2019, les pays européens ont enfin décidé de se regrouper en fédération, et ont choisi comme nom l’Europe Unie (UE). Alors que la profileuse Angie Werther a décidé de prendre sa retraite parce qu’elle trouve que l’Europe trop aseptisée, elle est appelée pour une dernière mission par son chef Luc Malherbe : Conny Vaning une tueuse à gages a été identifiée à Lisbonne. Le risque que le groupe terroriste L’Etoile Noire refasse son apparition est grand.

Mon avis :

En fait, ces vingt pages se passent dans le centre de sécurité nationale. Comme l’Europe est criblée de caméras, d’analyses ADN at autres joyeusetés, la sécurité peut être gérée à distance. Donc, Angie va gérer cette situation de crise à distance entre images video, coups de fil et de téléphone. Et la force de Muriel Mourgue, c’est au fil des vingt pages que dure cette nouvelle, de faire monter la pression chez le lecteur jusqu’à un dénouement … mais chut ! ça ce sera à vous de le découvrir.

 

Green Gardenia :

Green-gardenia.pngDans les années 50, à New York. Thelma Vermont vient d’ouvrir une agence de détective privée et elle ne peut pas refuser d’affaires car elle a cruellement besoin d’argent. Justement, une jolie brunette de trente ans vient lui proposer de retrouver son mari, un modèle de fidélité, qui vient tout juste de disparaitre. Cette affaire va se révéler plus compliquée que prévu !

Mon avis :

Dans le registre des détectives privés, Muriel Mourgue est aussi à l’aise. Et même si j’ai préféré les mises en situation de la nouvelle précédente, l’histoire est bigrement bien racontée et on n’a qu’un seul regret, c’est qu’elle ne dure pas plus longtemps et que l’on ne reste pas plongé un peu plus dans cette période trouble des années 50.

 

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 17:19

Road-tripes.jpgSi j’ai lu ce roman, c’est grâce à l’oncle Paul qui m’a gentiment envoyé ce roman, alors c’est aussi l’occasion de vous rappeler d’aller voir son site pour bénéficier d’excellentes chroniques quotidiennes sur le polar. Merci Paul !

Vincent est un jeune homme qui a fait de longues études et qui se retrouve sur le carreau. Le voilà à distribuer des encarts publicitaires dans les boites aux lettres. Il a depuis bien longtemps laissé tomber sa fierté et sa volonté de se battre et a entamé une autre phase de sa vie que l’on pourrait appeler survie.

C’est alors qu’une porte de voiture s’ouvre, Vincent entre, la porte se ferme, et il se retrouve assis à coté de Carell, un homme déjanté fan de Johnny Halliday. Après avoir mis le feu aux tracts (ce qui va entrainer un feu de forêt), ils vont entamer une folle équipée de 4000km à travers la France, entre vols de voitures et bastons.

Ce roman est une bouffée d’air frais, qui ne ressemble à rien de ce que j’ai lu auparavant. Et pourtant, je connais Sébastien Gendron depuis 2008 et son Tri sélectif des ordures (sorti en 2008 et bizarrement absent de la bibliographie en fin de roman), son univers déjanté et décalé, plein de dérision et d’inventivité. D’ailleurs, c’est amusant que j’ai lu ce roman juste au moment où je venais d’acquérir son premier roman Mes amis mortels. Bref, ce roman semble marquer une sorte de tournant dans la carrière de Sébastien Gendron, où l’humour déjanté était de mise. Ici, l’humour est plus grinçant.

Ce roman est clairement écrit comme un film, et on peut se demander ou espérer qu’il en devienne un. Les remerciements (en fin de roman) sont écrits d’ailleurs en forme de générique. Il faut dire que la plupart des 285 pages sont des dialogues sur la vie, la société de ces deux personnages dont l’un, Vincent, est éteint, marqué par un événement dramatique qui a eu lieu dans sa vie personnelle et l’autre, Carell, qui est un peu dingue et surtout sans autre limite que de rouler à 200 à l’heure sur les routes.

On rencontre aussi des personnages complètement dingues, des gendarmes nostalgiques, des sectes encore plus frappées que Carell, des collectionneurs de R16 … L’imagination de Sébastien Gendron est exactement comme Carell, elle est sans limite et a pour but de nous distraire, nous amuser, nous faire grincer aussi quand il raconte que la personne qu’ils ont tuée est un paisible père de famille, par exemple.

Au bout de 100 pages, on se demande bien quel peut être le but de ces 2 gars là et ils s’en fixent un : attaquer une banque. Au bout de 200 pages, on se demande quelle fut la vie de ces deux gars là, et ils se racontent. En fait Sébastien Gendron répond aux questions que se pose le lecteur juste avant qu’il ne se les pose. Et puis quel plaisir de lire ce style sautillant, décalé, à la limite du langage parlé, mais toujours très imagé. Bref, c’est un livre qui s’avale, qui n’est pas là pour faire plaisir, qui dérange parfois, mais qui remplit son rôle de nous passionner.

Il faut aussi que je vous parle de la fin. Car l’auteur donne un sens à son livre, nous montrant qu’il y a bien peu de distances entre le bien et le mal, entre la construction et la destruction. Et après 285 pages de carnage et meurtres, il démontre qu’il ne faut pas grand-chose, d’une étincelle pour que tout pète. Ces deux portraits sont des personnages sans but, sans espoir, sans limite, sans avenir. Et on s’perçoit que sous un certain angle, il y a plus fou qu’eux, plus dangereux qu’eux et que la limite est ténue entre normalité et criminalité. Bon, il ne faut tout de même pas prendre tout ça au sérieux tout de même ! Mais c’est un livre trop vite lu mais surement pas oublié de sitôt.

D'ailleurs, l'avis de l'oncle Paul est ici

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article
14 avril 2013 7 14 /04 /avril /2013 17:11

Jambon calibre 45Quand on commence un roman de Carlos Salem, il faut s’attendre à être surpris tant son univers légèrement décalé mais superbement imagé va nous surprendre et nous ravir. Ce jambon là ne dépareille pas dans l’œuvre d’un auteur bien particulier.

Nicolas Sotanovsky est un immigré argentin qui déambule dans Madrid, un jeune écrivain en panne d’inspiration, dont le principal problème pour le moment est de trouver un endroit pour dormir. Après une rencontre avec le Maigrichon, on lui propose de squatter chez Noelia, une jeune femme rousse qui s’est absentée.

Rien d’extraordinaire à cela, si ce n’est qu’un malabar gonflé aux hormones et ayant la sympathie d’un taureau en furie débarque à grands renforts de menaces. Ses mains sont comme des battoirs, et son surnom est tout trouvé : Jambon, voire même un jambon de calibre 45, vu la taille de ses doigts. Et imaginez, il s’appelle Serrano !

La mission que Nicolas doit remplir sous peine de mort, la sienne, est de trouver Noelia pour Jambon et son patron La Momie. Il a pour cela un week-end, pour retrouver une jeune femme qu’il n’a jamais vue, et Jambon le suivra pendant toute sa recherche, comme son ombre. Et pendant la semaine que va durer cette recherche, Nicolas va rencontrer nombre de personnages hauts en couleurs et connaître de nombreuses péripéties.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que quand on connaît Carlos Salem, on n’est pas étonné par ce roman, ce qui ne sera pas le cas de celui ou celle qui ne connaît pas le bonhomme. Car si on peut rapprocher ce roman d’un road book, on est très loin d’un roman noir ou d’un roman d’action. Ici tout est fluide et l’intrigue se déroule selon la vie de notre écrivain, c'est-à-dire comme un long fleuve tranquille.

Enfin presque : car quand un gros balaise vous tape dessus, ou quand vous essuyez des salves de tirs sans même savoir pourquoi, on s’aperçoit que la vie d’un écrivain n’est pas de tout repos. Reste que l’ensemble est comme d’habitude très imagé, parfois cru, parfois poétique, à mi chemin entre explicite et implicite, mais toujours écrit avec humour et dérision. Car il est difficile de ne pas voir en Nicolas quelques traits de Carlos lui-même.

D’ailleurs, on retrouve à nouveau dans ce roman les thématiques qui peuplent les romans de Carlos Salem : la fuite (de la réalité, de soi même), la quête d’un idéal, aussi futile soit-il, la logique illogique de la vie, le sexe, l’amour, le temps, les choix d’une vie … Bref, tout ce qui fait que ce roman est par moment aussi une source de réflexion.

Et puis, il y a des scènes d’une justesse, d’une fulgurance, d’une beauté esthétique incroyable, avec des phrases sorties de nulle part, des images d’une poésie folle, qui font que l’on fond (Tiens, ça rime !) à la lecture. En fait, l’écriture de Carlos Salem agit comme une drogue : quand on y a gouté, on ne peut plus s’en passer. C’est mon cas. Et chapeau pour ce roman qui m’a beaucoup touché !

L'avis de Petite Souris : http://passion-polar.over-blog.com/article-un-jambon-calibre-45-116475094.html

 

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article
12 avril 2013 5 12 /04 /avril /2013 17:57

Mais pourquoi ai-je mis si longtemps à lire ce roman ? Peut-être est-ce à cause du titre qui me faisait peur, peur d’un roman gore ? En fait, en fouillant un peu après le début de ma lecture, j’ai découvert un auteur vétéran, au style jeune et littéraire, un roman avec des personnages bien vivants et que j’aurais un grand plaisir à suivre dans de nouvelles enquêtes.

Bout-horreur.jpgQuelques mots sur l’auteur :

G. Morris signe ici son grand retour au roman policier. C'est avec Assassin, mon frère (Presses de la Cité, 1955 et Grand Prix de la littérature policière) qu’il a démarré sa longue et fructueuse carrière d'auteur. Ses premiers romans sont parus aux Presses de la Cité, mais c'est sous la houlette d'Armand de Caro, le fondateur des éditions du Fleuve Noir, que G. Morris a écrit la majorité de ses quelque deux cents romans. G. Morris vit à Paris.

Le résumé de l’éditeur :

Esprit ouvert à toutes les disciplines, Rémy Cauvin est toujours prêt à partir en campagne, même sans en avoir été prié, pour éclaircir sur place, dans tous les coins de France, les mystères les plus insolites. C'est en cultivant les ressources de son esprit que le fougueux scientifique a acquis des facultés uniques telles que la perception des auras ou la sensibilité aux champs psychiques, qui font qu'à ses yeux, « le paranormal n'est pas la somme de nos inexplicables, mais de nos expliqués ».

Sans raison apparente, un bûcheron pourtant chevronné abat en pleine nuit un mélèze centenaire, appelé le Solitaire, et dont la chute lui fracasse le crâne. Cette nuit-là, un enfant de dix ans disparaît sans laisser de traces. Deux faits à première vue indépendants, mais dont la nouvelle insolite, relayée par la presse locale, alerte le professeur. Mal toléré par la gendarmerie locale, il n'en résoudra pas moins le double mystère qui le conduira... jusqu'au bout de l'horreur !

Bout horreurLe bout de l’horreur est le premier volume d'une série qui a pour héros le professeur Rémy Cauvin (en hommage au célèbre biologiste, Rémy Chauvin), sa fille Samantha (jeune et jolie intrépide) et de Patrice Delorme, (un fringant professeur d'arts martiaux séduit par les théories du professeur).

Mon avis :

A la lecture de ce polar, je me dis qu’il est bien inutile de lire des romans de 300-400 pages, à partir du moment où le scenario est bon et les personnages attachants. J’ai pris énormément de plaisir à lire ce roman tant Rémy et Samantha sont fondants, avec leurs répliques toujours empreintes d’humour. Si on ajoute à cela un professeur de karaté qui entre dans leur jeu, le roman devient jouissif. Le style très littéraire, plein de dérision et très efficace fait que dès le début on est emporté par le simple plaisir de lire.

Dans ce court roman de 180 pages, ce qui commence comme un faits divers étrange de transforme en enquête policière pour se terminer en apothéose dans un final à la fois horrible et imaginatif. A la limite, la fin fait même froid dans le dos, mais heureusement, tout ceci n’est que fiction !

Et comme ceci constitue la première enquête de Rémy Cauvin, je me dis que de nombreuses heures de plaisir m’attendent. Et que ceux qui n’ont pas de liseuse électronique se rassurent : ce livre est disponible aussi bien en version numérique que papier, et tout se trouve sur le site de Genèse éditions. N’hésitez plus, le plaisir se trouve au détour de ces pages ! Et dire que je ne connaissais pas Gilles Morris ! Honte à moi !

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 17:23

Balade-dans-la-nuit.jpgGeorge P.Pelecanos nous revient en forme avec le premier roman d’une nouvelle série, dont le personnage principal s’appelle Spero Lucas. Nous voici donc avec un nouveau héros, jeune homme américain dont la famille est grecque, d’une petite trentaine d’année, ancien soldat ayant fait la campagne d’Irak et ayant trouvé la juteuse activité de réaliser des enquêtes pour un avocat qui s’appelle Peterson. Cette activité est très lucrative car elle lui permet d’empocher 40% des gains obtenus dans ces affaires.

Alors qu’il vient rendre visite à Peterson, il tombe sous le charme de la secrétaire de Peterson, Constance et vient conclure une affaire fortement lucrative. Un détenu le contacte pour un problème bien particulier : Anwan Hawkins est trafiquant de drogue, il utilise les services de FedEx pour livrer ses paquets de drogue à des adresses de personnes qui ne sont pas chez elles et ses acolytes récupèrent les colis grace au suivi par Internet. Ni vu ni connu, les livraisons se passent à merveille.

Sauf que deux colis de 130 000 dollars chacun ont été récupérés avant que les deux récupérateurs Tavon Lynch et Edwin Davis ne puissent mettre la main dessus. Cette perte sèche est inacceptable pour Anwan, d’autant plus qu’il a eu un enfant et envisage de se ranger après son procès. Spero Lucas va donc enquêter pour en savoir plus sur ces disparitions de colis de drogue.

Je ne vais pas vous rappeler que George Pelecanos est un grand auteur du polar. Et si ses récentes parutions ont pu paraitre bien fades, eu égard à ce qu’il a écrit précédemment, nous le retrouvons ici dans une forme pas olympique mais prête à regagner quelques rangs dans notre estime. Il pose en effet tous les ingrédients et tous les non-dits pour que nous soyons enclins de suivre les futures enquêtes de Spero Lucas.

Nous avons droit ici à une intrigue simple et limpide, menée de main de maître, avec tous ces petits détails que j’aime tant pour m’imprégner du décor et de la ville de Washington. D’ailleurs, on a vraiment l’impression d’y être, à Washington, et d’être capable de redessiner le plan de la ville, tant Pelecanos nous donne à voir cette ville de noirs devenue cosmopolite.

On a aussi droit aux thèmes chers à Pelecanos : un héros ni blanc ni noir mais suffisamment complexe pour qu’on cherche à le comprendre, un héros fort et faible à la fois, un héros attaché à des valeurs universelles telles que la famille, les amis, la loyauté et la fidélité. Dit comme ça, on a l’impression de relire les précédentes œuvres de l’auteur, mais le rythme est suffisamment soutenu et l’ensemble très bien écrit pour que l’on avale ce roman, que j’ai lu en deux jours.

Du classique, un classique ? Peut-être n’est ce pas un roman révolutionnaire, mais c’est assurément un bon polar qui sème les pistes pour ne pas nous aiguiller sur la suite qu’il donnera à cette série. Finalement, c’est un bon cru, et en tournant la dernière page, on a bigrement envie de lire la suite. N’est-ce pas ce qu’on demande aux livres ? de nous attirer dans leurs mailles pour nous donner envie d’en relire un autre ?

Et un grand merci à Coco pour le prêt de ce roman ! Sans toi ... 

Je tiens à vous signaler que vient de sortir un recueil de nouvelles dirigé par George Pelecanos qui s'appelle Washington noir (éditions Asphalte).
Washington-noir.jpgWashington, D.C. : le lieu évoque aussitôt les arcanes du pouvoir américains, la Maison blanche, le Capitole. Mais c'est aussi une ville à part des États-Unis, au taux de criminalité record. George Pelecanos et quinze autres plumes - des auteurs de noir, mais aussi un policier, un ancien taulard, un acteur... - nous font découvrir leur Washington, où se croisent drogués et prostituées, gangsters et flics de base, mais aussi politiciens et journalistes.
Avec des textes de Robert Andrews, Jim Beane, Ruben Castaneda, Richard Currey, Jim Fusilli, James Grady, Jennifer Howard, Lester Irby, Kenji Jasper, Norman Kelley, Laura Lippman, Jim Patton, George Pelecanos, Quintin Peterson, David Slater et Robert Wisdom.

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article
7 avril 2013 7 07 /04 /avril /2013 17:46

On the brinksCoup de coeur ! si je lis des romans, c’est bien pour ressentir ce genre d’émotions, pour être emporté par des émotions qui me dépassent. Et si ce roman n’en est pas un, puisque c’est une autobiographie, la vie de Sam Millar s’avère être un scenario de roman noir tellement extraordinaire que l’on ne peut pas rester insensible, ni dans le fond, ni dans la forme à ce qui y est raconté. Ce livre est divisé en deux parties, l’une qui se déroule en Irlande, l’autre aux Etats Unis.

Belfast. Alors qu’il nait dans une famille protestante, sa mère lui donne une éducation catholique. Toute son enfance est bercée par les conflits entre les catholiques irlandais, les protestants et l’armée britannique. Nous allons suivre ses premiers pas dans le monde adulte ; sa prise de conscience politique s’éveille quand il commence à travailler aux abattoirs et l’assassinat de son meilleur ami Jim Kerr. A dix sept ans, Sam est enfermé à la prison de Long Kesh, pour activisme terroriste. Là bas, il va y subir les pires pressions et les pires tortures que l’on puisse imaginer.

Je peux vous dire que cette première partie n’est pas près de vous laisser tranquille, tant elle est forte et horrible. J’en ai perdu quelques nuits de sommeil, non pas parce que je me suis identifié au personnage de Sam, mais par la description de ce que l’on faisait subir aux prisonniers. Car cette partie est écrite avec un détachement, une froideur qui fait froid dans le dos, justement.

Le but de cette partie comme l’ensemble de ce livre n’est pas de prendre position pour les uns ou les autres, mais bien pour l’auteur d’écrire son histoire en forme de testament, de mettre noir sur blanc ses traumatismes pour en faire un exorcisme personnel. Le détachement et le regard froid de ces passages joue beaucoup dans la pression permanente que vivent les prisonniers, que j’ai ressenti à la lecture.

Cette première partie ne vous laissera pas tranquille, vous empêchera de dormir, car Sam Millar additionne les scènes, d’une efficacité incroyable et sans sentiment. Ce que nous donne à voir Sam Millar, ce sont aussi des hommes qui font la guerre, qui sont entrés en résistance en refusant de travailler. Sans vouloir juger de la situation politique, on ne peut qu’être révolté devant les scènes de tabassage, de torture, de harcèlement qui furent réalisées dans ces geôles. C'est une pure plongée en apnée dans le monde de l'horreur.

Et puis, on plonge dans la deuxième partie, comme si on nous avait plongé la tête sous l’eau pendant quelques minutes, à bout de souffle. Millar est sorti de prison après la mort de Bobby Sands et a immigré aux Etats Unis illégalement. Il va être licencié quand la police ferme le casino dans lequel il travaillait. Il va alors monter, avec quelques complices, l’incroyable vol du dépôt de la Brinks à Rochester.

Là aussi, on est frappé par le calme qui ressort de ces pages, que l’on peut opposer à la furie de Belfast. Mais c’est un homme qui veut survivre auquel on a droit ici, qui ne ressent plus rien, si ce n’est la nécessité de se procurer de l’argent. A la lecture plus classique de cette partie, je me suis dit que la vie de cet homme là est tout simplement incroyable, et qu’elle dépasse tous les scenarii que l’on aurait pu imaginer.

On the brinks, aller au bout des choses. Sam Millar a osé porter un regard sur son passé, nous jeter en pleine face ce qu’il a vécu, sans en rajouter, pour se livrer et pour livrer aux lecteurs un roman noir brillantissime. On pourra toujours se demander pourquoi il a été enfermé, où est passé l’argent de la Brinks, pour quel usage a-t-il été utilisé ? Il n’en reste pas moins que ce roman est parfait de bout en bout, que c’est un roman qui, à mon avis, a plus été écrit pour l’auteur lui-même que pour ses lecteurs, un roman sans concession, une confession noire d’un passé à ne pas oublier, qu’il faut ranger du coté de La bête contre les murs de Edward Bunker. Coup de cœur !

Dans les quelques avis piochés ici ou là, allez voir ceux de Jean Marc, Claude et Yan.

Ce billet est dédié à Claude (il saura pourquoi), à Richard (pour le conseil), à Coco (pour le prêt du livre), et à ma femme qui va me l'offrir pour la fête des pères. 

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 19:07

Vieille-qui-voulait-tuer-le-bon-dieu.JPGLâchez les chiens, Mémé Cornemuse est de retour. Cette mamie qui ne s’encombre de rien ni personne, qui n’a ni foi ni loi va encore nous en faire voir de bien belles. Nous avions fait sa connaissance dans Les vacances d’un serial killer, que je n’ai pas encore lu, nous l’avions suivi dans le génial La petite fêlée aux allumettes. Cette fois-ci, elle revient en bonne compagnie, en duo avec Ginette.

Alors qu’elle vient de rompre avec son amant flic, Mémé Cornemuse devient concierge … après avoir planté un couteau de boucher dans le dos de la précédente concierge pour prendre sa place. Elle qui est une fan de Jean Claude Van Damme, à qui elle emprunte de nombreuses répliques et dont le poster trône au dessus du canapé, et une inconditionnelle d’Annie Cordy dont elle n’hésite pas à chanter ses plus grands succès, elle s’est trouvé un comparse nommé Jef, qui vit dans la cave, et qui creuse un tunnel pour voler le bijoutier qui habite juste à coté.

Ginette mariée à Marcel Durite trompe son mari pour la première fois de sa vie conjugale, avec un beau male rencontré à un abribus. Alors qu’elle venait d’acquérir une paire de chaussures ayant appartenu à Lady Di, sa journée était comblée jusqu’à ce qu’elle rentre chez elle et découvre son mari mort et découpé en tranches, les mains et les pieds sectionnés et le sexe planté au milieu du camembert dans le réfrigérateur. Heureusement, Mémé Cornemuse est là pour la débarrasser du corps et pour s’assurer un peu de calme pendant son futur vol de bijoux.

Seulement voilà ! Micheline Martini, complice d’un célèbre pédophile, sort tout juste de prison et décide de se retirer au couvent … qui est situé juste en face de chez Mémé Cornemuse. Pour la tranquillité, on a vu mieux.

Le monde de Pandore peut s’apparenter au nôtre, à la différence près que Mémé Cornemuse y vit. Et heureusement que vous ne la rencontrerez jamais, sinon votre espérance de vie ne serait pas bien longue. Nadine Monfils, dans la continuité de Les vacances d’un serial killer et de La petite fêlée aux allumettes nous concocte là un roman à l’humour corrosif et cynique à souhait.

On va retrouver donc avec énormément de plaisir ce style si particulier fait de verve et de dérision, d’humour noir et de cynisme pour mieux montrer aussi l’absurdité de notre quotidien. On aime ou on n’aime pas. 9a flingue, ça descend mais toujours au nom de l’humour. C’est sautillant, bondissant, ça décoiffe et ça se termine toujours par une phrase de Jean Claude Van Damme qui ne demande pas de réponse.

J’adore, et je ne peux que vous conseiller d’essayer car c’est un bon remède contre la morosité. On lit ce roman avec le sourire aux lèvres, et on éclate de rire lors de la chute de la scène. En parlant de scènes, il y en a de désopilantes (ne ratez pas celle dans l’agence matrimoniale ou les dialogues entre notre Mémé et Jef) et le mieux que je puisse faire, c’est de vous mettre quelques extraits que j’ai relevés dans la première partie du livre. D’ailleurs, j’aurais pu n’écrire mon billet qu’avec des morceaux choisis, tant ils sont savoureux.

L’amour, c’est comme les chips. C’est vite périmé, et au bout d’un moment ça n’a plus de goût.

Tout le monde porte des cornes, et c’est, je trouve bien plus séant qu’un bête chapeau. Les rares femmes qui n’en portent pas, c’est soit parce que leur jules a un petit zizi, soit parce qu’il est tarte. Et pour les maris, c’est kif : ceux qui ont des nanas à petits nichons, ou à tronche de cake, ils ne risquent pas d’être cocus.

La grandeur d’un homme se mesure à la démesure de ses rêves.

 

N'hésitez pas non plus à aller voir du coté des amis Jean Marc ou Claude

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 18:07

Plage-des-noyes.jpgJe l’avais raté quand il est sorti en grand format aux éditions Liana Levi, le voici donc lors de sa sortie en format poche, chez Le Livre de Poche. Un roman policier classique mais avec une atmosphère et une description d’un microcosme qui en font un livre charmant.

Le roman commence par une visite à l’hôpital. Leo Caldas, inspecteur de police de Vigo en Galicie, rend visite à son oncle en compagnie de son père. Son oncle a bien peu de chances de s’en sortir, et le chagrin est lourd à porter. Mais cette scène nous permet de comprendre que les Galiciens sont des gens bourrus qui ne se livrent que rarement. Leo Caldas anime aussi une émission de radio qui fait intervenir des auditeurs qui ont des questions à propos de la police et de son travail.

A la sortie de l’hôpital, Leo Caldas reçoit un coup de téléphone de son adjoint Rafael Estevez qui l’informe qu’on vient de retrouver un cadavre rejeté par la mer. Rapidement, ils mettent un nom sur la dépouille, malgré son piteux état : il s’agit de Justo Castello, l’un des trois derniers pêcheurs de ce petit village de Galicie. On aurait pu croire à un suicide, si ce n’est que le cadavre a les mains liées derrière le dos.

Leo Caldas va donc mener son enquête auprès des habitants qui ne veulent pas en dire beaucoup, qui ne parlent pas aux étrangers, et qui vivent chichement de leur travail dur et éprouvant qu’est la pêche. Il semblerait tout de même que le meurtre, si c’en est un, soit lié de près ou de loin au naufrage du bateau qui a couté la vie au capitaine Sousa.

Si nous allons trouver tous les ingrédients d’un roman policier, avec deux inspecteurs que tout oppose, avec une énigme, avec de fausses pistes et une fin fort bien trouvée et surprenante, l’attrait de ce livre est assurément à chercher ailleurs, et tout d’abord dans ce formidable personnage de policier, qui ne s’avoue jamais vaincu, qui mène son enquête avec une grande logique, et qui conduit les interrogatoires avec beaucoup d’intelligence.

Ce roman est avant tout très bien écrit, découpé en petits chapitres de 10 pages maximum comme autant de petites scènes. A croire qu’il a été prévu pour être adapté au cinéma ou en série télé. Les dialogues sont très bien faits, juste ce qu’il faut, avec de petits détails ajoutés pour y insérer la psychologie des personnages.

Dans les qualités de ce roman, il y a aussi la description du monde des pêcheurs, qui travaillent sans s’arrêter six jours sur sept, et qui vendent bien difficilement le produit de leur pêche. Il y a beaucoup de respect dans cette peinture d’un monde que nous connaissons mal et qui est loin des gros chalutiers qui ramènent des tonnes de poissons.

Dans le style aussi qui s’adapte à ce monde, j’y ai trouvé beaucoup de nostalgie, de nonchalance, de lenteur qui s’adapte bien au rythme de vie de cette petite station de pêche. Et je ne peux m’empêcher de comparer Domingo Villar à Arnaldur Indridason dans sa façon de décrire les gens, les ambiances, les petites vies des petites gens. Il est clair que les amateurs de thrillers speedés doivent passer leur chemin, sauf s’ils veulent découvrir une autre facette du polar : celle de prendre son temps pour regarder les autres et s’assoir pour comprendre ce qu’est leur vie.

Pour moi, cet auteur est une excellente découverte, et comme cette enquête est le deuxième de la série, j’espère de tout cœur que les prochaines seront publiées. Et dans ce cas, je ne raterai pas sa prochaine énigme, ça c’est sûr !

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article
20 mars 2013 3 20 /03 /mars /2013 18:48

Retour à WhitechapelJe ne sais pourquoi j’ai accepté cette lecture, quand HC éditions m’a proposé ce roman. Peut-être que les arguments utilisés ont porté leurs fruits. Toujours est-il que moi qui n’aime pas les romans historiques (à quelques rares exceptions près), j’ai commencé ce livre … et je n’ai pas pu m’arrêter de lire. Le résultat est … tout simplement … impressionnant. Et plutôt que de vous faire un résumé des premières pages au rabais, je préfère mettre ici la quatrième de couverture, tant elle est bien faite et suffisamment explicite.

Le 24 septembre 1941, pendant le Blitz qui écrase Londres sous des tonnes de bombes, Amelia Pritlowe, infirmière du London Hospital, apprend la mort de son père. Celui-ci lui a laissé une lettre posthume lui révélant que sa mère n'est pas morte d'une maladie pulmonaire, comme l'histoire familiale le prétend ; Mary Jane Kelly a été la dernière victime de Jack L’Éventreur. Amelia Pritlowe avait 2 ans.

À compter de ce jour, Mrs Pritlowe va se lancer dans une traque méticuleuse et acharnée, poussée par le besoin vital de découvrir la véritable identité de Jack L’Éventreur. Grâce aux archives d'une pittoresque société savante de “riperristes”, en confrontant témoins et survivants, elle va reconstruire dans ses carnets les dernières semaines de sa mère et la sanglante “carrière” de l'Éventreur.

En décryptant des documents d'époque, Michel Moatti recompose l'atmosphère nocturne et angoissante de l'East End du XIXe siècle. En redonnant vie aux victimes, en recomposant leurs personnalités sociales et affectives, il propose une solution à l'énigme posée en 1888 : qui était Jack the Ripper ?

Ce roman va reprendre trois années d’enquêtes que l’auteur a consacrées à Jack L’éventreur. Pour les ignares, ou ceux qui viennent d’une autre galaxie, Jack l’éventreur fut un tueur en série britannique, qui tua cinq jeunes femmes entre le 31 aout et le 9 novembre 1888, de façon horrible, à Londres et qui ne fut jamais arrêté. D’ailleurs, on ne sait pas qui il est. C’est dire si ce mystère peut inspirer de nombreux auteurs. Ce roman m’a remis les idées en place car ces jeunes femmes acceptaient de coucher pour de l’argent, pour vivre ou se payer une chambre, tant la misère ravageait l’Angleterre de cette époque.

Je pensais avoir lu l’ouvrage ultime sur jack l’éventreur, à savoir From Hell de Maître Alan Moore, je me trompais. Michel Moatti va reprendre de façon exhaustive les indices qu’il a dénichés, ajoutés à ceux qui sont plus connus pour nous proposer une hypothèse de l’identité d’un des plus célèbres tueurs en série de l’histoire. Et pour que le lecteur suive son histoire, la forme choisie est celle du roman, au travers le carnet d’une infirmière qui n’est autre que la fille de la dernière victime.

On va y trouver trois formes de récits dans ce roman dont le carnet de Amelia, qui montre toute la logique de cette infirmière, mais aussi toute son émotion à l’idée de retrouver des bribes de l’histoire de sa mère. Amelia va aussi nous montrer l’horreur sous les bombes allemandes, puisqu’elle officie à Londres en 1941. La deuxième forme de récit est les nombreux allers et retours en 1888, sous forme d’interrogatoires du jury d’enquête. Michel Moatti a recréé les personnages, les ambiances et les réactions des différents protagonistes, des juges aux flics, des aristocrates aux petites gens.

Enfin, il y a ces nombreux passages qui décrivent le Londres de cette époque lointaine, les rues sales, les mendiants en grand nombre crevant de faim, les rues humides et le pavé gras, les manifestations d’ouvrières défigurées à cause des produits utilisés dans leur usine. Ces passages sentent le sang, la sueur, la saleté, les passages sont totalement bluffants tant on est plongé dans ce Londres d’un autre siècle.

Ce roman m’a impressionné, m’a immergé dans cette fin du dix neuvième siècle, me montrant au travers d’une enquête un paysage sombre, une ville inhumaine, et des gens cherchant à vivre, par tous les moyens. Quant à l’enquête et à l’identité de Jack, la démonstration est tellement logique que l’on se demande pourquoi tout ceci est resté un mystère aussi longtemps. Indéniablement, ce livre est à lire, que l’on soit passionné par l’histoire ou que l’on cherche un roman de poursuite de serial killer.

Ne ratez pas les avis des amis Oncle Paul et Jean.

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 18:10

Etranges rivagesIncroyable ! Erlendur is back ! Pardon, Erlendur est de retour ! Cela faisait deux ans que nous n'avions plus de nouvelles, nous étions inquiets, et nous avions tort. Erlendur était bien en pèlerinage sur les hauteurs de Bakkasel, là même où il a perdu son frère. Erlendur arpente donc ses plaines battues par le vent, qui ne sont pas encore recouvertes de leur manteau neigeux et immaculé. Erlendur continue sa quête sans espoir d’y trouver la moindre solution, cela ne fera pas revenir son frère disparu.

Erlendur a l’habitude d’arpenter ces contrées, peut-être moins de prendre le temps de discuter avec les gens du cru. Depuis quelque temps, il était intrigué par une affaire ayant eu lieu en 1942. Il y eut à cette époque une tempête de neige, semblable à celle qui a été fatale à son frère. Une troupe britannique s’était égarée en plein marasme, et plusieurs soldats y avaient laissé la vie. Une jeune femme aussi était partie de chez elle et on ne l’avait plus jamais revue.

Elle s’appelait Mathildur, venait de quitter son mari Jakob, elle est partie de chez elle, s’est perdue dans la neige et n’est jamais revenue. Cette histoire va forcément interpeler Erlendur, car d’un coté elle va le soulager par rapport à sa culpabilité personnelle, elle va aussi titiller son instinct policier. Il va donc chercher à comprendre un peu mieux ce qui a bien pu arriver à cette jeune femme Mathildur.

Ce que j’adore avec Arladur Indridason se trouve dans les premières dizaines de pages : l’air de rien, il décrit les pensées et les actes de Erlendur, et sans être trop descriptif, ni trop superficiel, il nous fait entrer dans la tête de notre inspecteur favori. Arnaldur Indridason arrive à trouver le juste milieu, la bonne moyenne, le juste nécessaire pour plonger, impliquer le lecteur. Et comme c’est remarquablement écrit, encore une fois, je suis à la fois admiratif et fou de joie de lire une nouvelle enquête de Erlendur.

Ce roman est lent, très lent, plutôt à mettre dans la veine de la dernière enquête de Erlendur, à savoir Hypothermie. C’est un roman très introspectif, très tourné voire enfermé dans la tête de l’inspecteur. Dans ce roman là, c’est sur, de nombreux voiles vont se lever concernant son passé et ce traumatisme avec lequel il n’a décidément pas fini de souffrir.

Si l’enquête est lente, comme je le disais, elle est comme d’habitude fort bien faite mais aussi très tournée vers la psychologie des gens que Erlendur interroge, les dialogues sont très travaillés, très réalistes et montrent bien les qualités de Erlendur à faire parler ceux qui ne le veulent pas. D’ailleurs, on voit bien dans ce roman le caractère bien particulier des Islandais, des gens bourrus, enfermés chez eux et en eux-mêmes, pas diserts pour un sou. Par contre, Indridason nous montre des personnes âgées pressées de vider leur conscience, de s’épancher et de soulager leur mémoire.

Et puis, il y a ces passages, ces fragments de souvenirs du drame qu’a vécu Erlendur. Ce sont les seuls passages du livre écrit au présent, comme s’ils étaient omniprésents dans l’esprit de l’enquêteur. Ce sont aussi les passages les plus poignants, les plus dramatiques et les plus difficiles à lire, que ce soit l’effondrement de ses parents après la perte de Beggi ou cette tempête quand Erlendur lâche la main de son frère sans le sentir tellement il fait froid. Je ne vais pas vous cacher que j’ai versé ma petite larme, tant ils sont prenants et émotionnellement très forts, grâce à leur écriture si simple, mais aussi grâce au talent de Eric Boury, qui a su rendre tous les sentiments que Indridason a rendu dans son texte.

Alors même si l’enquête est classique et peut paraitre un peu fade, ce roman continue cette série avec brio, soulevant des pans que nous attendions tout en les redoutant. Et le résultat n’est pas décevant, loin de là, nous avons à nouveau le droit à une galerie de personnages fort attachants et à des scènes d’une très grande force. Merci Monsieur Indridason pour cet excellent moment de lecture.

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories