Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 18:05
La vie est un tango de Lorenzo Lunar (Asphalte)

Voici un nouvel auteur à découvrir, pour plusieurs raisons, la première et principale étant de nous faire découvrir Cuba de l’intérieur. Lorenzo Lunar écrit avec La vie est un tango un vrai roman noir, imprégné des couleurs, des odeurs et des gens de là bas, dans ce qui est une des plus vieilles dictatures contemporaines. J’ai eu la chance d’aller là-bas, et j’y ai retrouvé la simplicité des gens, la magie des petites rues, et ce roman a eu le mérite de me montrer un envers du décor que je n’avais pas aperçu, ni perçu, même si je me rappelle avoir fortement apprécié la gentillesse de ces gens qui n’avaient rien, et qui avaient la joie de nous montrer leur maison, leurs meubles, leur télévision, en même temps qu’ils nous offraient du café. Ils n’avaient rien, si ce n’est leur cœur à offrir, leur fierté, et leur confiance dans le pouvoir qui les illusionnaient.

Il y a tout cela dans ce roman, à travers une enquête qui peut paraitre simple au premier abord. A Santa Clara, Leo Martin est un flic qui résout toute sorte d’enquêtes, allant du meurtre au vol, du trafic de drogue à la prostitution. Sauf que être flic à Cuba, c’est avancer dans le brouillard, se déplacer dans des trains qui sont arrêtés par les coupures d’électricité, c’est trouver des indices grâce aux indics, faire appel aux plus anciens pour avoir les historiques car il n’y a pas d’ordinateur.

Justement, Leo est mis sur une affaire de contrebande de lunettes de soleil. Jusque là, rien d’extraordinaire, sauf que cela l’amène rapidement sur les traces de maikel, petit truand qui s’est fait poignarder chez lui. Y a-t-il relation de cause à effet ?

Si le style de Lorenzo Lunar est résolument moderne, à cent mille lieux d’un Leonardo Padura qui a un style très poétique, il permet aussi aux générations actuelles, ivres d’efficacité et de rapidité de coller à l’histoire. Car l’enquête avance au rythme du pays, lentement, au contraire des phrases courtes et sèches. Mais l’intérêt n’est pas là, loin de là. Les personnages que nous décrit Lorenzo Lunar sont les vedettes de ce roman. Ne serait-ce que Leo lui-même qui vit chez sa mère, qui fréquente des prostituées et est séparé de sa femme.

Le peuple de Cuba que nous montre Lorenzo Lunar est explicite. C’est un peuple qui a une grande fierté et une confiance aveugle envers son pays et son gouvernement. S’il y a un meurtre, alors la police trouvera le coupable. Et bien que ce soir un pays communiste, on découvre un pays où les gens ont succombé au plaisir de l’argent facile. Un des exemples qui m’a marqué est la réflexion qu’un des personnages donne à Leo : Auparavant, une fille qui se prostituait était chassée de sa famille, répudiée, bannie. Aujourd’hui, ses parents lui font payer un loyer, et avec l’argent, ils se pavanent dans des habits tous neufs.

“Le quartier est un monstre, la vie est un tango.” Et ce livre est excellent. Une nouvelle fois, les éditions Asphalte ont trouvé un auteur qui nous parle de sa ville, de ses gens, de sa vie, de son pays. Et Lorenzo Lunar, derrière une enquête policière et bien noire, nous montre l’envers du décor, sans remords, sans revendication, mais avec une ouverture d’esprit et une honnêteté qui forcent le respect. C’est un livre attachant comme peuvent l’être les gens de là-bas, un livre qu’il serait dommage de rater, sous prétexte que Cuba c’est loin de chez nous. Au contraire, ouvrez vous l’esprit et allez donc faire un voyage dans les petits quartiers d’une petite ville de Cuba, vous ne le regretterez pas.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans 2013
commenter cet article

commentaires

Le Papou 27/10/2013 15:35

Tentant !
Le Papou

Pierre FAVEROLLE 03/11/2013 21:17

Un magnifique polar très percutant et nonchalant à la fois

Jean 24/10/2013 13:41

Bonjour Pierre,
Superbe billet, pas encore lu mais Richard me l'avait donné lots de notre rencontre à Paris. Il est donc prêt de moi mais devra attendre un peu. Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 24/10/2013 21:29

C'est vrai, je m'en rappelle ... je ne l'avais pas pris car je l'avais déjà ! Et il avait d'ailleurs que c'était un auteur à découvrir, ce qui est le cas à mon humble avis. Bonne lecture mon ami

La Nostalgie heureuse de Amélie Nothomb 22/10/2013 12:29

Merci infiniment de nous mettre au goût du jour :)

Pierre FAVEROLLE 22/10/2013 20:58

mais de rien

belette2911 21/10/2013 12:00

Hello,

Mince, encore une chronique intéressante d'un polar noir... si en plus se serait bête de le rater, ben, j'ai plus trop le choix... :)

Mais attendre le format poche n'est pas une mauvaise idée et je ferai comme Claude !

Pierre FAVEROLLE 21/10/2013 19:22

... S'il sort en poche ce que je souhaite vivement. A bientôt pour en reparler

Indira 21/10/2013 09:47

dans la liste !

Pierre FAVEROLLE 21/10/2013 19:21

bonne lecture alors

La Petite Souris 20/10/2013 21:14

je sais pas pourquoi, mais tout ce qui touche à l'Amérique latine m'attire ! je me le note ! je me le note! d'autant que j'avais lu ici et là des avis plutôt positifs !

Pierre FAVEROLLE 20/10/2013 22:10

en effet petite souris, je ne crois pas avoir vu d'avis négatifs ! Bon choix ! Amitiés

Claude LE NOCHER 20/10/2013 20:37

Salut Pierre
J'attendrai son éventuelle publication en format poche, puisque l'éditeur m'a snobé.
Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 20/10/2013 22:09

Ah ? Etonnant de leur part. Pour ma part, je l'ai acheté. Et je ne le regrette pas

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories