Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2013 7 11 /08 /août /2013 17:54
L’arbre au poison de Erin Kelly (Livre de poche)

Ce roman est épatant, un premier roman totalement bluffant, de ces premiers romans porteurs d’espoir pour le futur, donnant un résultat à la hauteur des meilleurs auteurs de romans. N’hésitez plus, lisez L’arbre au poison.

2007. Karen roule en voiture avec son mari Rex et sa fille Alice. Rex vient de sortir de prison. Dans un virage, elle s’aperçoit que Alice n’est pas attachée et lui dit : « Attache toi, Biba ! ». Karen se rappelle alors ce que lui évoque ce prénom venu d’outre-tombe.

Dix ans plus tôt, Karen est une étudiante en langues ; elle a toujours été douée pour les langues ; elle retient facilement les mots et en connaissait 5 dès son plus jeune âge. Elle a quitté ses parents pour poursuivre ses études à Londres au Queen Charlotte’s College, et vit en colocation avec trois jeunes filles. Lors de son aménagement, Simon, son petit ami lui annonce qu’il veut prendre du recul par rapport à leur relation, ce qui ne la gène pas : une nouvelle vie commence pour elle.

Le hasard lui fait rencontrer une jeune fille qui veut devenir actrice et qui placarde une petite annonce sur le campus : elle cherche quelqu’un qui pourrait l’aider à parler Allemand car elle doit jouer le rôle d’une femme de ménage allemande dans une pièce de théâtre. Elle s’appelle Biba et invite Karen pour une soirée dans sa maison, qu’elle partage avec d’autres jeunes gens et son frère Rex. Pour Karen, une nouvelle vie commence.

Ce roman est totalement bluffant. Souvent, un auteur débarque chez nous avec son premier roman, et on sent dans ce roman toute la passion qu’a voulu mettre dans son récit, toute l’honnêteté à travers une histoire qui lui tient à cœur. Dès les premières pages, on se met à la place de Karen, on est imprégné de sa psychologie, on revient quelques années en arrière, quand on était étudiant, on se remémore ceux qui étaient sérieux dans les études et ceux qui étaient plus volubiles, plus irresponsables.

Karen est une jeune fille sérieuse, et douée pour ses études. Sa rencontre avec Biba et Rex va changer sa vie, elle va se trouver une nouvelle famille. Karen s’est éloignée de ses parents et elle va s’immerger dans la vie de deux jeunes gens, dont la passé est bien lourd. Il y a Biba qui est totalement irresponsable, totalement incontrôlable, usant et abusant de drogues et de sexe, changeant d’avis comme de chemise. Son frère Rex, de six ans son ainé, est plus effacé, il semble porter les malheurs du monde sur ses épaules, et veille sur sa sœur comme un père. Car ils sont orphelins et vivent dans une maison trop grande pour eux deux.

Erin Kelly prend son temps pour nous imprégner de cette atmosphère lourde et menaçante, contrecarrée par la virevoltante Biba, toujours par monts et par vaux, imprévisible. Mais derrière chaque scène, dans chaque phrase, on sent le malheur du passé, la menace du présent, le drame à venir. Tout au long du livre, on attend sans trop se presser la scène finale, le dénouement dramatique annoncé dès le début du livre, avec ces allers-retours incessants entre passé et présent.

Il y a du Thomas H. Cook dans la construction de l’intrigue, du Megan Abbott dans la subtilité des mots utilisés, du Stephen King (d’ailleurs il signe un formidable hommage) dans la manière d’entretenir la tension, le suspense, mais ce roman m’a surtout fait penser au Maitre des illusions de Donna Tartt. C’est vous dire le niveau de ce roman. Il s’avère être un formidable roman sur l’émancipation, le passage à l’âge adulte, les relations parents-enfants, l’apprentissage de la liberté et la prise de conscience des responsabilités.

Et si vous vous imaginez connaitre la fin, en lisant les cent premières pages, parce que vous avez un peu d’imagination, sachez que la fin est bien plus terrible que tout ce que vous pourrez imaginer. Pas sanglante, non, mais bien terrible pour une Karen qui voulait s’émanciper de sa famille et qui s’en ai trouvé une autre avec l’obligation de porter elle aussi le poids des années passées. Je vous le dis, c’est un premier roman totalement bluffant, passionnant de bout en bout d’un auteur à suivre mais surtout à ne pas rater.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article

commentaires

bee suits 27/10/2014 07:01

Poison tree is a really amazing book. To be frank this is one of the best books i have ever read. Even though i am a little bit sad about the book because i had to read the translated version as i don't know french.

fersenette 31/08/2013 10:33

En voila un que déraisonnablement je note. J'ajoute que la couverture et le titre sont superbes.
merci :-)

Pierre FAVEROLLE 31/08/2013 10:57

de rien et n'hésite pas à revenir en parler. Ma femme a adoré aussi

gruz 15/08/2013 21:51

avec de pareilles références, on note !

Pierre FAVEROLLE 16/08/2013 09:11

ah oui !

The Cannibal Lecteur 12/08/2013 19:00

Non, non, non, je proteste ! N'en jetez plus ! Je veux qu'on me présente des livres qui ne me donneront pas envie de les lire... please, pensez à mon portemonnaie et aux murs de ma maison, ils ne supporteront plus longtemps le poids de mes livres.

1. Je n'ai pas lu "le maître des illusions" mais je sens que vu de la manière dont tu en parles, que j'ai raté quelque chose de fort !
2. Je sens que je faiblis et que si je trouve "l'arbre au poison", je me dois de l'acheter, comme le livre de Donna Tart...
3. "Adieu" de Jacques Expert, en fait, il se trouve dans ma PAL ! je ne dois pas l'acheter mais le lire. Voilà ce qui arrive quand on a une PAL plus grande que sa mémoire !


Bonne journée et merci de faire monter ma PAL... :)

Pierre FAVEROLLE 14/08/2013 13:29

voilà

The Cannibal Lecteur 14/08/2013 10:53

Oh, c'est trop gentil... :) D'accord, faudra que je lise aussi "le maître des illusions" !

Pierre FAVEROLLE 13/08/2013 08:50

Allez, promis, celui de demain, tu ne seras pas obligé de l'acheter ! Bonnes lectures et je confirme : commence par Le maitre des illusions.
A bientôt

Oncle Paul 11/08/2013 20:29

Bonsoir Pierre
Thomas H. Cook, Megan Abbott, Stephen King, un mélange détonant et détonnant ! Maintenant il ne reste plus à Erin Kelly de signer un nouveau roman aussi intéressant
Amitiés

Pierre FAVEROLLE 12/08/2013 09:05

Salut Paul, j'ai adoré ce roman, et effectivement, il ne reste plus qu'à attendre le prochain. Amitiés

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories