Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 05:02
Djebel de Gilles Vincent (Jigal)

Jigal nous a dégotté là une véritable petite perle noire, de la part d’un auteur que j’avais eu la chance de découvrir avec Parjures. Déjà, j’étais tombé sous le charme de son héroïne principale et j’avais été envouté par l’efficacité du style. Si l’on ajoute un sujet important et bigrement émouvant, cela donne un excellent polar que vous vous devez de lire rapidement sous peine de passer à coté d’un excellent moment de lecture.

Mars 1960, à Ouadhia en Kabylie. Antoine Berthier est un jeune soldat qui vient de passer dix huit mois en pleine guerre. A trois jours de la quille, il a comme un gout amer dans la bouche. Le capitaine Murat l’a choisi pour être son opérateur radio car il le juge trop tendre pour les combats, et du coup, Antoine se demande ce qu’il va bien pouvoir raconter sans passer pour un pleutre. Il n’aura assisté à aucun combat, n’aura tué aucun Algérien. Alors, ses camarades Ferrero, Mangin, Michaud et Hadj lui préparent un baptême du feu. Sur le bateau du retour, à l’arrivée à Marseille, on remet à la famille d’Antoine son cercueil, en leur expliquant qu’il est mort en héros au combat.

Septembre 2001, Marseille. Viviane Dimasco, la sœur jumelle d’Antoine contacte Sébastien Touraine, ancien flic à la brigade des mœurs et aux stups, et détective privé de son état. Un des camarades d’Antoine aurait dit sur son lit de mort qu’Antoine s’est en fait suicidé sur le bateau du retour. Elle l’engage donc pour qu’il découvre la vérité et qu’il soulage Viviane. Mais, rapidement, tous les anciens soldats et compagnons d’Antoine meurent dans des circonstances suspectes.

254 pages ! Pendant 254 pages, Gilles Vincent va vous prendre par la main et vous faire courir. Grace à son style rapide et sec, avec juste ces deux ou trois petits détails qui suffisent à décrire une scène, il va construire un modèle de polar. Du prologue qui vous cuit sur place par le soleil écrasant des montagnes de pierre jusqu’au final haletant, le rythme de ce roman est tout simplement hallucinant. De la première ligne à la dernière.

Et que dire de l’intrigue, tirée au cordeau, toujours sous tension, sans aucun temps mort, avec des rebondissements aussi inattendus que violents et surtout marquants. Fichtre ! Quand vous ouvrez ce livre, c’est pour le reposer au bout de 70 pages, par hasard, parce que quelqu’un vient de vous poser une question qui vous sort de ce marasme.

Le thème est tout aussi important et formidablement bien traité. Car si on peut penser à une recherche d’un tueur, j’ai vite ressenti de l’empathie envers les victimes, avant de me rendre compte que l’on parlait de la guerre, et qu’une guerre propre, ça n’existe pas. D’un coté comme de l’autre, on se bat pour un bout de territoire ; d’un coté comme de l’autre il s’agit de descendre l’autre, l’ennemi, avant qu’il vous descende ; d’un coté comme de l’autre, on fait des horreurs inimaginables en temps de paix.

Et puis, ce roman qui est le premier d’une trilogie consacrée à Sébastien Touraine est aussi l’occasion de la rencontre entre Sébastien et Aïcha Sadia, jeune femme d’origine kabyle aujourd’hui commissaire principale. Si on peut penser que ces moments vont être de tout repos, détrompez-vous. Même dans ces scènes, il y règne une tension, liée aux origines même d’Aïcha.

Et en plein milieu de cette lecture en apnée, qui va à 100 à l’heure, on y trouve des vérités, qu’il ne fait pas bon dire. Alors il vaut mieux les écrire. Celle-ci que j’ai prélevée vers la fin illustre bien les cicatrices encore ouvertes, qui ne saignent plus mais à propos desquelles il ne faudrait pas grand-chose pour dégénérer. Et je la trouve remarquable de vérité, d’efficacité, de vérité :

« Et quarante ans après, nos deux pays en sont toujours à se méfier l’un de l’autre. Et tu sais pourquoi ? Parce que de chaque coté de la Méditerranée, les hommes ont la mémoire qui saigne encore. Voilà pourquoi. C’est pas la peine d’aller chercher plus loin. »

Remarquable du début à la fin, avec des personnages bien trempés, un sujet fort, ce roman est une véritable petite perle noire. Et comme c’est édité au format poche, vous n’avez aucune excuse pour ne pas le lire. Quant à moi, je souhaite de tout cœur que Jigal réédite les deux volumes suivants, mettant en scène Sébastien Touraine et Aïcha Sadia. Pour finir, voici quelques avis glanés sur le net, dont celui de Carine sur le blog Lenoiretmoi qui m’a poussé à lire si rapidement ce livre.

http://lenoiremoi.overblog.com/djebel-de-gilles-vincent

http://unpolar.hautetfort.com/archive/2013/06/07/djebel-de-gilles-vincent.html

http://lectureamoi.blogspot.fr/2011/03/djebel-de-gilles-vincent.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article

commentaires

Didier 04/08/2013 21:08

Une perle noire sur une période toujours sensible et je me souviens d'Alger la noire de Maurice Attia qui au travers d'une histoire policière et des personnages attachants nous racontait cette époque.

Pierre FAVEROLLE 05/08/2013 09:07

C'est effectivement une période que je connais mal. Je note ton conseil. Merci
A bientôt

Carine 10/07/2013 20:13

Qu'est-ce que je suis heureuse que tu aies autant aimé que moi ! Je vais poursuivre ma découverte de l'auteur avec Beso de la muerte ... Amitiés Pierre !

Pierre FAVEROLLE 10/07/2013 21:25

Salut Carine,ce n'est pas une surprise puisque nous en avons parlé à Saint Maur et que je l'ai lu suite à ton article. N'oublie pas Parjures dans ta liste à lire ! Amitiés

Oncle Paul 10/07/2013 18:20

Bonsoir Pierre
Ce roman est dans ma PAL et attends impatiemment que je le mette dans ma table de chevet. Je voudrais juste signaler que ce roman est une réédition des éditions Timée, donc publié avant Parjures et Beso de la muerte, ce qui explique les ficelles un peu grosses relevées par l'amie Gridou (bonjour !)
Amitiés

Pierre FAVEROLLE 10/07/2013 21:23

Salut Paul et merci de ces précisions. D'ailleurs, c'est le premier d'une trilogie qui fut publiée par Timée si je ne m'abuse. Amitiés

Jean 10/07/2013 10:39

Bonjour Pierre,
Je note ce titre immédiatement. Je le mets dans mon dossier "incontournables polars". Superbe chronique à laquelle il est impossible de résister. Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 10/07/2013 21:22

On en reparlera quand tu l'auras lu. Un polar efficace qui montre qu'en 250 pages, on peut écrire un grand petit polar. Pas besoin d'en mettre des tonnes ! Amitiés

gridou 10/07/2013 09:47

Décidément, vous êtes tous tombés sous le charme d'Aicha...
Ce bouquin m'a rappelé le mur, le kabyle etc...de Varennes même s'il n'a rien à voir au final.
J'ai beaucoup aimé le 1er chapitre, en Algérie.
Globalement, je suis un peu moins enthousiaste que toi, parce que je trouve qu'il y a quelques ficelles un peu grosses ( l'oncle qui justement était là au moment des faits par exemple), des maladresses dans la narration...Mais c'est quand même une bonne lecture, à recommander chaudement.

Pierre FAVEROLLE 10/07/2013 21:19

Salut Gridou, j'ai été happé par l'écriture, impossible de lâcher le livre ... hop liquidé en une journée. Certes tu pointes une ou deux coïncidences mais le contexte est magnifiquement et simplement décrit. Heureux en tous cas de te revoir chez moi. A bientôt BIZ

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories