Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 17:29

Voici deux romans policiers dont l’intrigue se situe dans des pays étrangers, et que l’on peut lire pour s’imprégner d’un pays étrangers. J’ai bien aimé ces deux romans pour plusieurs raisons que je détaillerai par la suite. Pour les sujets, je vous donne la quatrième de couverture :

Deux romans policiers pour voyager intelligent

Le premier s’appelle Dernier refrain à Ispahan de Naïri Nahapétian et est publié aux éditions Liana Levi :

Interdit de montrer ses cheveux. Interdit de s’habiller sans respecter l’uniforme islamique. Et interdit de chanter en public. Les ayatollahs ne manquent pas d’idées quand il s’agit d’entraver la liberté des femmes. Pourtant, lorsque la grande chanteuse Roxana revient dans la ville de son enfance, après un long exil aux États-Unis, certains de ses airs résonnent encore dans les taxis d’Ispahan. Son projet? Donner un concert dans lequel se produiront d’autres femmes. Un projet qui ne verra jamais le jour car Roxana sera définitivement réduite au silence. Et elle ne sera pas la seule à subir ce sort… C’est justement à ce moment-là que Narek, un jeune journaliste franco-iranien venu prendre le pouls de la révolte de 2009, rejoint la ville. Cette enquête lui permettra encore une fois de découvrir une facette insoupçonnée de la réalité iranienne.

Deux romans policiers pour voyager intelligent

Le deuxième s’appelle Les hamacs de carton de Colin Niel et est publié aux éditions Rouergue noir :

Sur la rive française du Maroni, en Guyane, une femme et ses deux enfants sont retrouvés sans vie. Comme endormis dans leurs hamacs. Inexplicablement. En charge de l’affaire, le capitaine Anato débarque dans un village où les coutumes des Noirs-Marrons comptent autant que les lois de la République. Et bien qu’il soit un « originaire », un Guyanais de naissance, le prisme de la métropole où il a grandi retient les secrets du fleuve et ses traditions. Tandis que l’on ordonne les rites funéraires et que le chef coutumier s’apprête à faire parler les défunts, l’enquête officielle entraîne le capitaine à la confluence des communautés guyanaises, loin, très loin du fleuve, là où les parias rêvent d’un meilleur destin. De Cayenne aux rives du Suriname, elle le conduira à un orpailleur en deuil, un repris de justice amoureux, une fonctionnaire intransigeante. Mais le ramènera aussi, dans un troublant ressac, aux questions lancinantes qui le hantent depuis le décès accidentel de ses parents et à la compréhension de ses propres frontières.

Mon avis :

Dans les deux cas, nous avons droit à une enquête policière plongée dans un environnement étranger, en Iran pour Dernier refrain à Ispahan et en Guyane pour Les hamacs de carton. Dans les deux cas, l’intrigue est classique et plutôt linéaire mais ce n’est pas pour cette raison que ces romans sont intéressants à lire, car les auteurs font preuve d’amour pour leur personnage et on lit ces romans avec plaisir.

Ce qui m’a attiré dans ces romans, c’est bien cette vision d’un pays vue de l’intérieur. Dans Dernier refrain à Ispahan, Naïri Néhapatian va nous montrer l’oppression subie par les femmes en Iran, en les obligeant à se couvrir, en les empêchant de chanter. Cette description est tout simplement révoltante et la fin du roman ne nous laisse pas beaucoup d’espoir d’évolution, même s’il nous reste un espoir au travers de deux personnages fort courageux qui apparaissent ici comme des témoins voulant montrer un état de fait pour que cela change un jour. Comme son précédent roman Qui a tué l’ayatollah Kanumi ? vient de sortir chez Points, il y a de fortes chances que je relise très bientôt un roman de Naïri Néhapatian.

Dans le cas des Hamacs en carton, c’est la vie des petites gens de la Guyane qu’il nous montre au travers d’une enquête policière où le corps d’une femme et de ses deux enfants sont retrouvés sans vie, allongés sur leur lit. Le personnage du capitaine Anato est bien trouvé, au sens où il est originaire de cette ile, mais il a été élevé en métropole. Il va donc découvrir les mœurs et coutumes des gens, en même temps qu’il va être accepté par eux car il a encore de la famille là bas. C’est un premier roman fort réussi, et l’auteur a laissé suffisamment de mystères en plan pour que je sois d’hors et déjà impatient de lire les deuxièmes aventures du capitaine Anato quand elles sortiront.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article

commentaires

en savoir plus 15/08/2013 15:43

Merci!

Pierre FAVEROLLE 15/08/2013 21:15

de rien

Le Papou 28/06/2013 15:45

Un genre qui m'intéresse, polars autres que français, anglais ou américains. Je le snote tous les deux.
merci
Le Papou (de retour)

Pierre FAVEROLLE 28/06/2013 19:48

Salut Paou, je tiens à préciser que ce sont des polars français, dont l'intrigue est implantée ailleurs. Deux bons romans d'ailleurs
Amitiés

holden 28/06/2013 12:25

t as rien pour les gros boeufs ^^

Pierre FAVEROLLE 28/06/2013 19:47

Ah ben non, Holden, je ne parle que des romans que j'aime ! Et puis, faut bien chercher le soleil où il est !

mimipinson 26/06/2013 23:47

Dernier refrain à Ispahan est un bon roman !

Pierre FAVEROLLE 27/06/2013 06:27

Si j'ai bien compris, il te reste à lire Les hamacs de carton.
A bientôt

Evy-Sirène 26/06/2013 21:18

De la bonne lecture merci à toi pour l'info bonne soirée bisous evy

Pierre FAVEROLLE 26/06/2013 21:29

De rien, bonne soirée et à bientôt

foxyO1 26/06/2013 21:16

Ca sert aussi à ça le polar....voyager....et souvent c'est peut-être un des meilleurs moyens d'approcher la vie des gens, leurs us et coutumes, leurs façons de penser et d'agir dans leur environnement et dans leurs cultures.....pour moi les meilleurs polars sont ceux qui sont au cœur d'une ville ou d'une région!

Pierre FAVEROLLE 26/06/2013 21:29

Alors ces deux là sont pour toi !
A bientôt

Sharon 26/06/2013 19:32

Les deux me tentent.

Pierre FAVEROLLE 26/06/2013 21:11

Salut Sharon, le premier roman de Naïri Nahapetian est sorti en poche chez Points, donc je serais tenté de commencer par celui là, bien que je ne l'ai pas lu. Pour Colin Niel, dépêche toi, la deuxième enquête de Anato va sortir en septembre et ça s'appellera Ce qui reste en forêt. Et le sujet est bigrement inquiétant !
A bientôt

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories