Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:54
Ce qui reste en forêt de Colin Niel (Rouergue noir)

J’avais beaucoup apprécié le premier roman de Colin Niel, Les hamacs de carton, qui malgré une intrigue simple, nous faisait découvrir un nouveau personnage attachant, en la personne du capitaine Anato. Voici donc sa deuxième enquête.

En Guyane, à la station scientifique de Japigny, tout le monde est en émoi : le célèbre chercheur et responsable de la station Serge Heuerstein a disparu. Il est parti dans la jungle, probablement à la recherche d’une espèce animale ou végétale rare et n’est pas revenu. Or, dans ce milieu hostile, la survie d’un être humain ne dépasse pas la journée. Tous les scientifiques sont réquisitionnés, et la gendarmerie est prévenue.

Bizarrement, des coups contre un tronc d’arbre mettent les sauveteurs sur la piste du corps de l’éminent scientifique. Il est mort, retrouvé au fond d’une grotte. Le corps porte de nombreuses traces, et les questions fusent : est-il tombé ? A-t-il été torturé ? Peut-être s’est-il trop approché d’un camp d’orpailleurs ? En effet, dans les forêts guyanaises vivent plusieurs milliers de personnes, en situation clandestines, recherchant l’or jaune, des pépites d’or.

Le capitaine Anato va mener l’enquête, aidé en cela par les lieutenants Vacaresse et Girbal. Et la situation ne va pas être facile pour le capitaine car bien vite, de nombreuses pistes s’offrent à lui : Les orpailleurs, jalousie scientifique ou juste drame conjugal. La résolution de l’enquête va être bien difficile et totalement inattendue.

Nous retrouvons avec grand plaisir le capitaine Anato, que nous avions rencontré lors d’une première enquête et qui constituait le premier roman de Colin Niel. Ce personnage, fort prometteur, droit et honnête, est en fait quelqu’un qui a été élevé en métropole et qui est revenu dans sa contrée natale à la suite de la mort de ses parents dans un accident de voiture. S’il est rare de voir un homme de couleur à la tête de la gendarmerie, s’était porté sur lui aussi bien pour ses compétences que pour des raisons politiques. Dans cette enquête, le voile sur le passé de ses parents ne se lève pas, il semble même s’épaissir alors qu’il apprend (par oui dire) qu’il aurait peut-être un demi-frère. Voilà donc de quoi perturber notre capitaine si professionnel et distant vis-à-vis de ses hommes.

Dans ce roman, on retrouve tout ce qui faisait le charme du premier tome, à savoir cette Guyane, et alors que nous avions découvert la ville, nous voici en partie plongé dans la forêt amazonienne, en partie seulement puisque c’est le lieutenant Vacaresse qui est envoyé sur place. Et ceux qui regrettaient que l’intrigue soit légère dans Les hamacs de carton vont en avoir pour leur grade. Colin Niel a soigné son intrigue, ses fausses pistes, ses tiroirs vides, ses pistes potentielles. Sans pour autant perdre son lecteur, car Colin Niel est bigrement doué pour raconter une histoire, il écrit avec Ce qui reste en forêt un très bon roman policier.

Excellent quand il s’agit de parler des terres vierges, excellent quand il s’agit de décrire au plus prêt ses personnages, excellent aussi dans ses dialogues, ce roman policier est un excellent cru à propos duquel on se dit qu’il va encore mieux faire dans le prochain. Bref, j’ai pris énormément de plaisir à lire ce roman et je serai au rendez vous du prochain. Et n’oubliez pas : Ce qui se passe dans la forêt, reste en forêt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans 2013
commenter cet article

commentaires

ldread78 10/10/2013 12:53

"Sur son île" NON OH MON DIEU PAS CA!!!! La Guyane n'est pas une île, MERCI!!!!!!!!!!

Pierre FAVEROLLE 11/10/2013 06:45

c'est fait

ldread78 10/10/2013 22:19

merci! ouf! je vais mieux! ;-)

Pierre FAVEROLLE 10/10/2013 20:52

Oh, désolé ! Mon inculture géographique vient de s'étaler sur cette page ! Je suis franchement désolé et je corrige de suite. Merci pour cette remarque qui m'a appris quelque chose (je viens d'aller sur Wikipedia !)

The Cannibal Lecteur 29/09/2013 09:29

Déjà que l'on m'a plus que conseillé les hamacs en carton, mais si en plus celui-ci aussi est conseillé, alors, je me sens l'obligation de foncer... Quelqu'un pourrait lire tous ces bons livres à ma place ?? ça me soulagerait la PAL...

Fausses pistes soignées ? J'adore ! J'aime quand l'auteur me mène en bateau et me colle un pied au cul à la fin.

Tes critiques sont soignées aussi... ;)

Pierre FAVEROLLE 01/10/2013 19:56

YES !

The Cannibal Lecteur 01/10/2013 09:13

Mais arrêtes de me convaincre !!! S'il te plaît... :)

Plus que convaincue... limite vaincue.

Pierre FAVEROLLE 29/09/2013 11:20

Les hamacs de carton, c'est le premier. Si l'intrigue est simple, le roman nous plonge dans la Guyane. Celui ci est le deuxième, avec une intrigue bien plus fournie, plus fouillée. Est-ce que je t'ai convaincu ? Au fait, merci pour le compliment.

gruz 25/09/2013 21:07

J'ai beaucoup aimé les Hamacs de carton, tu as eu le même ressenti que moi.
Je suis donc très content de lire ton avis très positif sur ce nouveau roman que je lirai sans aucun doute

Pierre FAVEROLLE 25/09/2013 21:08

Cela laisse augurer du meilleur pour ce jeune auteur. Un grand progrès qui fait que j'en attends beaucoup pour le prochain ! Amitiés

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories