Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2010 5 17 /12 /décembre /2010 11:00

Tous les vendredis midi, retrouvez la suggestion de Black Novel : un livre de poche. Et n'oubliez pas le principal : lisez.

Cette semaine : La bête qui meurt de Philip Roth (Folio)

A bientôt.

 

4ème de couverture :

Bete-qui-meurt.gifSensible à la beauté féminine, David Kepesh a toujours eu beaucoup de succès auprès de ses étudiantes. Sa position de critique littéraire sur PBS, d'autorité régnant sur la télévision new-yorkaise et de professeur de critique appliquée à l'université aux sujets dont la séduction intellectuelle et journalistique est irrésistible, lui vaut une notoriété à laquelle elles ne sont pas insensibles. Malgré les tentations, David a une règle d'or depuis quinze ans : n'entretenir aucun rapport extra-universitaire avec elles tant qu'elles n'ont pas passé leur dernier examen.
À soixante-deux ans, il a une liaison avec Consuela Castillo, une jeune Cubaine de vingt-quatre ans au style soigné sans ostentation, qui connaît l'atout de son corps et semble parfaitement consciente de l'effet qu'elle produit. David se surprend à redécouvrir avec elle « l'imbécilité délicieuse du désir érotique ». Obsédé, littéralement envoûté, comprenant qu'il livre une bataille perdue d'avance, il éprouve douloureusement la dépendance sexuelle en devenant la proie du tourment, des incertitudes sans fin, de la jalousie, de la terreur de se faire enlever la jeune fille par un étudiant semblable à celui qu'il a été. « On aura beau tout savoir, tout manigancer, tout organiser, tout manipuler, penser à tout, le sexe nous déborde. »

 

Mon avis :

Philip Roth est probablement l’un des plus grands auteurs contemporains encore vivants. Depuis quelques temps, il sort un livre par an. De tous ceux que j’ai lus, j’aurais pu en citer cinq ou six. Celui ci est noir, bien noir, et irrévérencieux comme il faut. Avec une intrigue simple, un ancien professeur d’université s’éprend d’une de ses élèves, Philip Roth nous force à regarder en face la mort et l’injustice devant l’inéluctable. Comme il ne change pas, il le fait avec toute la crudité, la cruauté, et la véracité dont il est capable. Un livre définitivement marquant. Comme la vie ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans Une idée de lecture
commenter cet article

commentaires

dasola 10/01/2011 15:13


Bonjour, oui, très bon roman assez cru mais la langue de Roth est tellement belle que cela passe. Bonne après-midi.


Pierre faverolle 10/01/2011 16:22



Roth est incontournable mais il vaut mieux prévenir ceux qui ne connaissent pas. Merci de ton commentaire


A bientôt



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories