Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 19:36

ruptureVoici donc ma première lecture dans le cadre de la sélection automnale de Polar SNCF. Cette année, je peux dire que les sélections auront été d’un très bon niveau. J’ai commencé par Rupture de Simon Lelic sur l’insistance de Cynic dont vous pouvez lire l’avis ici. Un livre à ne rater sous aucun prétexte.

Dans un collège britannique très coté, une réunion où sont conviés les élèves et les professeurs a lieu dans le gymnase. Un des professeurs, Samuel Szajkowski, sort un pistolet et ouvre le feu. Trois enfants et un professeur, Veronica, sont touchés et meurent sur le coup. Puis, Samuel retourne l’arme contre lui et se suicide.

Lucia May est l’enquêtrice chargée de cette affaire. Au-delà des faits, dont elle connaît le coupable, elle va cherche à trouver les responsables. Car Samuel était certes un individu terne, hésitant à donner franchement son avis, ayant des difficultés à lier des relations. Il était passionné de peinture et accordait tant d’importance au fait d’inculquer l’histoire. C’était sa fierté de faire ce beau métier.

Mais aux yeux des autres, Samuel était différent donc bizarre. Le directeur se dit persuadé que c’était un cinglé, et qu’il en avait eu la sensation dès son embauche. TJ le professeur de sport l’avait tout de suite pris en grippe, croyant que Samuel n’était qu’un intellectuel de plus qui dénigrait le sport. Maggie, la professeur de musique est probablement celle qui l’a le mieux connu, le fréquentant en dehors des cours. Mais, même elle, qui est devenue son amante, le trouvait taciturne, distant et mystérieux.

Lucia May va donc démêler les fils, pour comprendre que coupable ne veut pas dire responsable. Elle va se heurter à son supérieur qui veut rapidement classer l’affaire. Pour lui, ce n’est rien qu’un fait divers tragique, dont le coupable est connu et puni. Il lui donne trois jours, avant de lui demander de passer à autre chose. Petit à petit, Lucia va mettre à jour les humiliations et les petites mesquineries qui ont conduit Samuel à commettre un tel acte, quitte à mettre en danger sa carrière.

Ce roman est une franche réussite. Le personnage de Lucia May est extrêmement bien décrit. Cette jeune personne d’une trentaine d’année, qui sort d’une rupture amoureuse, laisse parler son cœur plutôt que son instinct professionnel. Devant les faits froids, marquants et dramatiques, elle y voit l’occasion de se remettre en cause, et par là même de remettre en cause le système, autant judiciaire que scolaire. Car toute la question du livre qui nous tient en haleine est simple : nous connaissons le coupable, mais qui est responsable ?

La structure et le style aident beaucoup à dévorer ce roman, tant tout est fait pour jouer sur les sentiments. Outre ceux de Lucia, Simon Lelic incorpore dans son récit les témoignages des gens interrogés, du directeur aux collègues de Samuel, des enfants à la sœur de Samuel. Ces chapitres sont très bien faits, sans qu’il y ait les questions de l’inspectrice, ce qui ne gène en rien la compréhension, mais rajoute une note dans la véracité du passage.

Il y a les personnages secondaires, très bien faits, bien vivants, qui ont tous une part importante dans le déroulement de l’intrigue, en particulier Walter le collègue de Lucia qui la harcèle sexuellement au bureau et qui la place dans la même situation que Samuel ou son ami avocat Philip qui lui rappelle de ne pas mettre d’émotion dans son travail, de se contenter d’analyser et reporter les faits.

Et puis, c’est une charge en règle contre l’éducation britannique (seulement ?) qui considère qu’un professeur a forcément l’autorité nécessaire face à ses élèves, et donc qu’il n’a pas besoin d’être conforté dans cette position;  il y a les discours affligeants (c’est mon avis) du directeur qui avoue qu’il ne sert à rien de chercher à comprendre un élève perturbateur, qu’il faut lui laisser terminer sa scolarité et qu’ensuite il ira toucher ses indemnités de chômage; Il y a tous ces professeurs censés donner l’exemple, être ouverts, accueillants envers les autres, qui rejettent et martyrisent l’un des leurs parce qu’il est étranger, différent, froid, renfermé, solitaire, introverti, ces professeurs qui sont plus puérils et gamins que leurs propres élèves, jusqu’à en être des monstres responsables; il y a ce système que tout le monde est prêt à laisser mourir, au nom de l'opportunisme personnel.

Et derrière tout cela, il y a un homme et un drame. Cet homme dont on ne connaît ses émotions que par la façon dont les autres le voient, que par l’image dont Lucia s’en fait. Jamais il n’intervient autrement que par le discours d’un autre, mais on arrive à se brosser un portrait de cet homme tellement fier d’inculquer l’histoire à des élèves, qui avait le défaut de ne pas rentrer dans le format standard d’un professeur britannique.

Rupture est le premier roman de Simon Lelic. Cela en devient d'autant plus impressionnant. Vous l’aurez compris, Rupture de Simon Lelic est un livre tout en finesse et en subtilité à lire. Urgemment.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Review Support OmniTech 30/09/2014 15:36

The polar rupture is related to the Great Britain College isn’t it? I have heard about it a lot and I think I will join the college in the coming academic year and the power is so immense.

Hannibal le lecteur 29/12/2010 22:17


Comme tu as pu le lire, je suis complètement d'accord avec ton avis, dont l'enthousiasme fait plaisir à lire.
Vivement le prochain roman de Simon Lelic !


Pierre faverolle 30/12/2010 08:26



En effet Hannibal, on est d'accord. Reste à être patient. Bonne année et à bientôt



La ruelle bleue 20/10/2010 18:24


vendu !


Pierre faverolle 20/10/2010 20:48



Désolé pour ton porte monnaie. Bonne lecture et repasse par là pour en parler.


A bientot



gridou 18/10/2010 13:25


et vive la bibliotheque municipale !!!


Pierre faverolle 18/10/2010 14:39



ou les amis pour les prêts (ce qui est le cas pour celui ci en ce qui me concerne)


A bientot



gridou 18/10/2010 09:22


intéressant...je note (encore !)


Pierre faverolle 18/10/2010 13:19



Bon, euh, désolé pour ton porte monnaie !


Bonne lecture et à bientot



bruno 17/10/2010 23:09


Je partage tout à fait ton enthousiasme et celui de Cynic concernant ce roman que j'ai adoré lire cet été. Simon Lelic est un auteur à suivre! j'attends avec impatience son prochain roman! Pour ma
part c'est sur lui que portera mon vote pour la sélection automnale du prix SNCF! Les avis semblent unanimes sur ce livre, et nul doute que nous avons là un sérieux prétendant au titre final. En
tout cas, c'est déjà un des meilleurs polars de l'année.


Pierre faverolle 18/10/2010 06:30



Je n'ai pas grand'chose à ajouter. Un très bon premier roman, ce qui le rend impressionnant. Un des meilleurs romans de l'année ? J'ai la mémoire qui flanche, il va falloir que je reprenne mes
notes.


A bientot



cynic63 17/10/2010 22:34


Très content de ton enthousiasme...Merci pour le rétrolien et surtout pour Simon Lelic qui mérite vraiment avec ce roman de trouver un large public...


Pierre faverolle 18/10/2010 06:28



Merci à toi de me l'avoir conseillé. Un premier roman impressionnant



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories