Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 19:30

Monstre sacréUn nouveau Westlake, c’est un petit bonheur malgré sa disparition fin 2008, c’est l’assurance de lire un bon polar avec de l’humour noir et de l’ironie au programme. Celui-ci ne fait pas exception à la règle.

Jack Pine est une vieille star du show business. Il se réveille difficilement d’une soirée particulièrement alcoolisée et s’aperçoit qu’il doit respecter ses engagements vis-à-vis de la presse, à savoir répondre à un reporter du magazine People Michael O’Connor. Allongé au bord de sa piscine dans sa propriété de Bel Air, ébloui par le soleil agressif, il va se rappeler sa vie, par des flash-backs successifs.

De sa jeunesse, où il a perdu sa virginité dans les bras d’une vieille gloire du théâtre, occasionnant même sa mort lors d’une partie de jambes en l’air à l’arrière d’une voiture, jusqu’au point culminant de sa carrière avec la remise d’un oscar, puis sa chute, la vie de Jack Pine est indissociable de son ami d’enfance Buddy Pal.

Ce roman fait partie de ce que j’appellerais les romans orphelins. Point de Dortmunder, ni de Parker dans ce roman, mais un personnage de star du cinéma que l’on va adorer détester. Si le début peut surprendre par le sérieux de l’intrigue, le naturel de Donald Westlake revient bien vite au galop. Et je dois dire que l’on a encore droit à de formidables scènes comiques, comme seul Donald Westlake savait les inventer.

Il faut dire qu’il nous a créé un sacré personnage de salaud, prêt à tout pour réussir, dans un monde qui le vaut bien. La critique est acerbe, le ton est plus qu’ironique, franchement cynique. L’intrigue flirte avec la ligne blanche, on se demande comment il va s’en sortir, et c’est à ce moment là que le génie de l’auteur entre en jeu pour nous offrir de superbes pirouettes.

Je ne classerai pas ce roman parmi ses meilleurs, et ce n’est pas non plus par celui-ci qu’il faut découvrir cet auteur. Par contre, les fans vont prendre leur pied, et les autres y trouveront de quoi se divertir. Car, au final, on passe quand même un très bon moment de lecture. Et puis, la fin qui est excellente nous rappelle tout de même que c’est un polar, et que Westlake était un formidable auteur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2011
commenter cet article

commentaires

pierre bondil 08/08/2011 08:59


Pierre, je partage votre avis sur la majorité des points. J'ajoute simplement que le traducteur, comme toujours avec Westlake, est de plus en plus surpris par le talent de l'auteur au fil des
nombreuses relectures qu'il (le traducteur) doit faire. Et plus il lit, plus les pages passent vite. Je n'ai jamais ressenti ça avec un autre écrivain et je ne saurais pas l'analyser.
Cordialement
pierre bondil


Pierre faverolle 13/08/2011 21:11



Merci beaucoup de passer par ici ... c'est un immense honneur de vous accueuillir ici et pourvu que cet article contribue à la reconnaissance de cet immense auteur !


A bientôt



La petit souris 04/08/2011 11:50


voilà le genre d'auteur qui manque dans le paysage ! heureusement j'ai loin d'avoir lu tous ses livres !


Pierre faverolle 13/08/2011 21:09



Heureusement que Rivages s'occupe des traductions !



gridou 01/08/2011 19:18


Et par quel titre commence t'on Westlake alors?? (oui je sais je suis encore à la traine sur un auteur mega connu ...)
Et comme tu liras surement tes com' à ton retour de vacances, je te souhaite une bonne reprise ;)


Pierre faverolle 13/08/2011 21:03



Merci Gridou, je boucle les comm et le millier de mails qui m'attendent. Pour Weslake, je dirai Aztèques dansants (chef d'oeuvre), le contrat (très noir), le couperet (très noir), Mort de
trouille (hilarant) et Comment voler une banque (chef d'oeuvre d'humour).



Claude LE NOCHER 01/08/2011 10:59


Salut Pierre,
Donald Westlake reste une valeur sûre, un auteur remarquable !
Amitiés.


Pierre faverolle 13/08/2011 21:01



Un de mes préférés !



Yan 31/07/2011 22:01


Salut Pierre,
Un très bon roman, effectivement, qui n'est pas sans rappeler Le Contrat par certains aspects. Et puis, comme tu le dis, malgré une certaine noirceur dans l'histoire, il y a toujours cette finesse
dans l'humour qui fait le charme de Westlake.
Amitiés.


Pierre faverolle 13/08/2011 21:01



Je ne saurais mieux dire !



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories