Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2011 3 07 /09 /septembre /2011 19:30

Mémoire assassineAttention coup de cœur ! Ceux qui sont des inconditionnels de ce blog auront compris que cette introduction est aussi la conclusion de ce billet. Pour les autres, ne lisez pas ce billet, courez acheter ce roman remarquable à tous points de vue.

Dans les années 1990, Steve Farris est travaille dans un cabinet d’architectes. On pourrait dire de lui qu’il est un homme comme les autres. Il vit heureux avec sa femme Marie et son fils Peter, a comme tout un chacun ses joies et ses peines. Sauf que Peter porte en lui un drame qui l’a marqué et qui fait qu’il ne sera jamais comme tous les hommes : un jour, son père William a abattu sa famille et seul Steve en a réchappé, sans comprendre vraiment pourquoi.

Un jour, Une jeune femme prend contact avec lui. Elle se nomme Rebecca et est en train d’écrire une étude sur cinq cas de meurtres similaires, et cherche à comprendre ce qui a pu pousser ces hommes à exécuter ces atrocités. Elle a déjà terminé quatre de ses études et le cas Farris est le dernier qu’elle veut élucider. Elle va donc discuter avec Steve lors de rendez vous de ses souvenirs.

Steve, qui a gommé ce pan dramatique de sa jeunesse puisqu’il a été élevé par sa tante puis son oncle, va retrouver des bribes qu’il va assembler petit à petit. La soif de comprendre le pourquoi va devenir obsessionnelle et revivre pendant un moment la vie de famille de l’époque avec son père William, quincaillier passionné de bicyclettes, sa mère Dorothy une femme effacée à l’air toujours malheureux, Jamie le frère aîné toujours révolté, solitaire et de mauvaise humeur, et Laura, sa grande sœur pour qui il avait une admiration et un amour sans bornes.

Remarquable, beau, passionnant, dramatique, subtil, profond, tels sont les quelques adjectifs que je pourrais donner pour vous donner envie de lire ce livre. Car je ne vais pas répéter tout le bien que je pense de Thomas H.Cook, le talent de parler de sujets difficiles en partant d’une histoire simple. Son style fluide est un vrai plaisir à lire, et il va sûrement faire partie, comme pour moi, de vos auteurs favoris.

Ce roman, à la construction implacable (et j’y reviendrai) est écrit à la première personne. Et cela donne d’autant plus de poids à la psychologie de Steve, cet homme marqué à vie, avec cette cicatrice qu’il a refermée lui-même et qui, tout au long de l’intrigue, va se rouvrir, jusqu’à devenir sa seule obsession, au risque de se perdre. C’est un portrait d’un écorché vif, qui vit avec une seule question : Pourquoi a-t-il réchappé de ce massacre, et pourquoi son père a fait cela ?

Et c’est bien l’un des sujets du roman : Comment construisons nous notre vie, sur quels souvenirs, quelle est la part de subjectivité dans nos événements passés, comment et pourquoi nous aveuglons nous nous-mêmes ? Car petit à petit, Steve va retrouver des petites scènes, des mots, des expressions qui vont, comme de petites touches sur un tableau de peinture, dresser une image de sa famille qui va s’avérer moins idyllique que ce qu’il a toujours cru.

C’est une histoire aussi de l’innocence perdue, de la prise de conscience des autres, de la famille, de la versatilité de l’amour, du fragile équilibre des relations entre les êtres qui s’aiment, des rêves qui ne restent que des rêves, des cauchemars qui sont des cauchemars indélébiles. Tout au long du roman, Thomas H. Cook nous dissémine des indices qui ne s’expliqueront qu’à la fin, et on ne peut qu’être admiratif devant l’art du maître, devant cette construction implacable et dramatique.

Car, il y a aussi la vie présente. Ce livre ne fait pas que fouille dans les limbes de la mémoire de Steve. Il décrit aussi tous les petits gestes de la vie de tous les jours, toutes les petites discussions avec sa femme ou son fils, les petites expressions si insignifiantes qui vont aussi aboutir à construire cette histoire dramatique et même si je ne peux vous en dire plus, le passage entre les pages 400 et 420 sont un grand moment de roman noir comme j’en ai rarement lu et vécu. Ce roman est un monument, à classer juste à coté de Les feuilles mortes, c’est dire son niveau ! Il faut aussi, à mon avis, rendre hommage au traducteur Philippe Loubat-Delranc qui a su retranscrire toute la subtilité du style de Thomas H.Cook.

C’est un inédit qui date de 1993 et il est publié en format poche, alors n’hésitez pas ! Le format Points2 et un format particulier qui propose une lecture verticale. Un petit mot sur ce format, d’ailleurs : Si la lecture est aisée grâce à une excellente qualité du papier et de l’impression, j’aurais aimé quelques millimètres supplémentaires sur les marges droite et gauche du texte pour faciliter la prise en main ainsi qu’un liseré marque page … pour marquer les pages. Sinon, le format ultra compact du livre est une grosse qualité de cette collection Points2 avec une très bonne lisibilité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2011
commenter cet article

commentaires

Benoit 09/09/2011 16:39


oui je suis d'accord c'est un très grand Cook, malgré ce format que je n'aime vraiment pas du tout ; pour le prix z'auraient pu au moins mettre un marque-page intégré


Pierre faverolle 09/09/2011 20:32



Salut Benoit, il parait qu'ils donnent des marque pages avec l'achat d'un Points2. Personnellemnt je n'en ai pas, et si je ne raffole pas de ce format, jil ne m'a pas gêné pour ma lecture et j'ai
même été agréablement surpris ... malgré un a priori plutôt mitigé


A bientôt



Claude Le Nocher 08/09/2011 20:36


Salut Pierre
Le fan-club de Thomas Cook grossit de jour en jour... Il suffit de lire ses romans pour adhérer à 200%. Outre la psychologie, c'est la construction pleine de finesse des récits qui me rend à chaque
fois plus enthousiaste ! Coup de coeur aussi pour celui-là, comme tu sais. Va falloir qu'on en déniche d'autres, parmi ses anciens titres...
Amitiés.


Pierre faverolle 08/09/2011 20:45



Salut Claude, on est d'accord sur tout ! Pourvu qu'on ne soit pas tous seuls ! J'ai envoyé le lien à Jérome Lambert chez Points et il a fait suivre le lien à M.Thomas H.Cook ! Imagine un peu
qu'il me réponde ! je serais fou de joie !


A bientôt



Oncle Paul 08/09/2011 18:38


Bonjour Pierre
Tu es un fan de Cook, je le sais. Et tu dois en avoir plusieurs maintenant sur tes étagères.
Comme aurait pu écrire Hergé c'est du Cook en stock !
Amitiés


Pierre faverolle 08/09/2011 19:52



Salut Paul, Oui, je suis fan, mais des romans comme ça, ça sort de l'ordinaire, et c'est un roman qui laissera une cicatrice !


A bientôt



gridou 08/09/2011 16:54


waaa, c est rare de te voir aussi bavard ! On voit ton enthousiasme au 1er coup d'oeil comme ça...
Je n'ai toujours pas lu les feuilles mortes (il prend la poussière sur l'etagère à côté de Peace, Winslow, Bruen, Pouy et tant d'autres indispensables) mais je note...


Pierre faverolle 08/09/2011 19:51



Salut Gridou, A lire absolument. Thomas cook est en train de rejoindre le panthéon de mes auteurs favoris ! Lis les Feuilles mortes et tu comprendras !


A bientôt


NB : Je ne te dis pas la longueur de l'article de dimanche où je me demande encore si je ne vais pas lui mettre encore un coup de coeur !



Cathy 08/09/2011 16:50


Sinon, il est édité chez qui ce petit chef-d'oeuvre ?


Pierre faverolle 08/09/2011 19:49



C'est un inédit, donc ce sera chez Points2 Seuil et nulle part ailleurs !



Cathy 08/09/2011 16:48


Autant ta critique m'emballe, autant le format ne me plait pas. Trop petit pour une
bonne prise en main, impossible à ranger dans la bibliothèque avec les autres


Pierre faverolle 08/09/2011 19:48



Salut Cathy, Euh, pas faux. Moi même, je ne sais pas où le ranger !



Emeraude 08/09/2011 09:57


Mais tu ne déplores pas le prix de ce format ? Deux fois plus cher qu'un poche ? Et tu n'as pas eu de difficultés à tourner les pages, beaucoup trop fines ?
Enfin sinon c'est sûr qu'il y a des qualités à un tel format, mais vraiment, il faudrait baisser le prix pour que ça ait une chance de marcher après le coup de l'attrait de la nouveauté.
Bon ceci dit ton billet donne vraiment envie de lire ce bouquin... mais bon, si je le trouve en VO, je le trouverai quand même moins cher !!!


Pierre faverolle 08/09/2011 19:48



Salut Emeraude, pour le prix, vu la qualité du roman et le fait que ce soit un inédit, je ne regrette pas du tout le prix. Pour les ré-éditions, c'est en effet un peu cher. Pour les pages, aucune
difficulté à tourner les pages et la qualité d'impression est vraiment excellente. Comme tu lis des livres en VO, c'est sur que tu peux le trouver moins cher, mais sinon, il vaut ses 11 euros !


Merci de tes questions pertinentes et à bientôt



Lystig 07/09/2011 23:38


noté !!!
je me demande si ce type de format est adapté à ma tendinite !


Pierre faverolle 08/09/2011 06:33



La seule réponse que je peux te faire, c'est essaie le ! La grandeur du roman dépasse les questions sur le format.


A bientôt



Jeneen 07/09/2011 22:35


Je le note ! Quel billet allèchant et précis, et puis on sent l'enthousiasme ! Tout à fait le genre de roman susceptible de me plaire.A très bientôt


Pierre faverolle 08/09/2011 06:32



Un must en cette rentrée littéraire.



La petit souris 07/09/2011 21:58


et ben ma zette va falloir que je prévois de lire ce roman plus tôt que prévu !! Un coup de coeur chez Pierre, c'est pas courant, alors quand ca arrive on se pause pas de question, on fonce !^^


Pierre faverolle 08/09/2011 06:31



Merci de la confiance Bruno. Et je me pose la question s'il ne va pas y en avoir un autre dimanche !



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories