Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 18:23

Violents de l'automneOn retrouve avec bonheur notre couple de policiers perpignanais après L’été tous les chats s’ennuient qui a obtenu le Prix du polar SNCF 2011, et l’excellent intermède du Paradoxe du cerf volant. Voilà une enquête policière qui va nous replonger dans le bourbier des dernières années de la guerre d’Algérie.

Gilles Sebag rentre tout juste des vacances, c’est dire s’il est en pleine forme. Bien que sa vie de famille soit parfaite, il est toujours miné par ce sentiment de jalousie qui lui fait dire que sa femme le trompe. Tous les petits détails lui reviennent en mémoire, toutes les absences sont comme de petits poignards qui confirment ses soupçons sans preuves.

Cette rentrée n’est pas idéale : Mathieu, un copain de sa fille Séverine est mort dans un accident de la route, reversé sur son scooter par un conducteur en état d’ivresse. Sebag promet à sa fille de chercher à savoir si l’enquête a été bien menée. En parallèle, un cadavre est découvert assassiné chez lui d’une balle dans la tête. Seule une inscription peinte sur la porte du salon avec le sigle OAS fournit une piste qui peut sembler facile et dangereuse.

En effet, le risque est que la situation s’enflamme auprès du public. Les ressentiments sont encore bien vivants dans cette région qui a accueilli de nombreux pieds noirs, et où trône une stèle en l’honneur de l’OAS. Gilles Sebag va devoir faire preuve de toute sa diplomatie et de son intuition pour comprendre tous les tenants et les aboutissants de cette enquête tumultueuse.

La guerre d'Algérie, pour moi, c'est un peu un trou noir. On ne me l'a pas inoculée à l'école, mes parents n'en ont jamais parlé, et même aujourd'hui, les média ne l'évoquent qu'avec parcimonie. C'est dire mon intérêt pour le contexte de ce roman, au delà du plaisir de retrouver le couple de flics Sebag et Molina.

Avec une forme policière très classique, et une intrigue redoutablement bien menée, Philippe Georget nous propose une vision très intime de cette guerre, donnant la parole à ceux qui ont vécu là-bas, à ceux qui ont été rapatriés, à ceux qui ont subi les violences du FLN et de l'OAS. Il arrive à nous faire ressentir leurs impressions de paradis perdu, à nous montrer l'anarchie de ce temps là, sans jamais prendre parti. La documentation est impressionnante, et la façon de la raconter tellement simple, tellement poignante aussi avec des scènes d’anthologie comme cette scène de dîner chez Albouker où il raconte ses souvenirs et où il crache sa rancune.

Bien entendu, les qualités du premier roman L'été tous les chats s'ennuient sont là. Un style fluide qui donne envie de ne pas lâcher le livre, des dialogues réalistes qui prennent une grande part dans le roman, et des personnages toujours aussi attachants. D'ailleurs, tout y est d'une plus grande efficacité, et Philippe Georget continue dans la veine intimiste familiale, décrivant les relations de Sebag avec sa famille, la vie après le boulot.

D'ailleurs, le canevas est tellement bien tissé que, à la façon d'un Arnaldur Indridason, il a posé des jalons qui peuvent lui permettre d'imaginer toutes les intrigues possibles et imaginables, que ce soit avec Molina dont on sait toujours peu de choses, avec sa femme dont on ne sait toujours pas si elle trompe son mari, avec sa fille Severine très présente dans cet épisode, ou son fils très mystérieux. Et je dis épisode, car non seulement je pense que l'on aura droit à une nouvelle enquête de Sebag, mais je le souhaite de tout mon cœur.

Vous l'aurez compris, il y a une réelle progression, Les violents de l'automne ne sont pas une aventure de plus, mais une pierre essentielle dans une série (du moins je l'espère) qui va faire date dans la littérature policière française. La subtilité, le style imagé, les dialogues brillants et son sujet extrêmement fort font que Les violents de l'automne est un roman policier à ne pas rater en cette année 2012. Et ne me demandez pas quel est le roman que je préfère de Philippe Georget, car je répondrai : les trois !

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2012
commenter cet article

commentaires

renaud 03/05/2013 15:21

je suis en train de lire son premier L'été tous les chats s'ennuient, je suis Perpignanais, et en plus du fait que l'action se déroule chez moi dans le 66, c'est un roman vraiment très bien agréable à lire, avec le personnage de l'inspecteur Sebag attachant et une intrigue passionnante, dès que je finis celui ci je m'attaque à"les violences de l'automne

Pierre FAVEROLLE 03/05/2013 16:20

Salut Renaud, tu fais bien de lire les romans de Philippe Georget, car ils s'améliorent en allant. Les violents de l'automne étant la suite de L'été, tu vas retrouver ton plaisir de lecture avec un petit plus qui est une histoire formidable et des scènes très émouvantes. Ensuite, je te conseille son Paradoxe du cerf volant qui est un pur joyau noir. Bref, plein de bonnes lectures en perspective, alors bonne lecture et à bientôt

Oncle Paul 15/06/2012 15:23

Bonjour Pierre
Il y a quelque chose de pourri en le royaume d'Overblog ! Je viens de recevoir le message de la parution de ton article seulement aujourd'hui 15 ! Comme j'ai prévu de lire ce roman bientôt je n'ai
lu que ton premier paragraphe, et cela débute sous de bons auspices apparemment. Donc à bientôt si Overblog nous prête vie
Amitiés

Pierre faverolle 15/06/2012 21:24



Bonsoir Paul, je ne sais pas si c'est overblog ou ton provider mail. Mais cela arrive, en effet. J'attends donc ton avis ...


A bientôt



philippe georget 10/06/2012 23:02

D'abord un grand merci pour votre soutien et votre constance.
Puis une petite information pour répondre à une interrogation que je sens poindre à la fin de la chronique: après l'été et l'automne viennent toujours l'hiver et le printemps...

Pierre faverolle 11/06/2012 06:37



Ne me remerciez pas, c'est le lecteur que je suis qui vous remercie. Si je comprends bien, ce n'est à Indridason que j'aurais du vous comparer mais à Kallentoft ! Je plaisante mais votre nouvelle
me remplit de joie !



gridou 10/06/2012 21:10

J'ai zappé la partie résumé de l'article car je vais l'attaquer prochainement et ne veut rien savoir...Je note que c'est du bon ! et j'ai hâte de m'y mettre!!!

Pierre faverolle 11/06/2012 06:35



Dépêche toi, tu es en retard !



Sharon 10/06/2012 20:50

Merci pour cet avis.
Ce livre me tente.

Pierre faverolle 10/06/2012 20:52



J'attends ton avis, alors Sharon. Bonne lecture



Lystig 10/06/2012 20:48

à découvrir, je sais, tu me l'as déjà dit !!!!

Pierre faverolle 10/06/2012 20:51



Salut Lystig, cet auteur là est un peu un chouchou. Alors, oui, je me répète !



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories