Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 19:00

Mannequins filles modèlesOlivier Gay reprend son personnage de Fitz, avec qui nous avions fait connaissance dans Les talons hauts rapprochent les filles du ciel, un premier roman pour lequel son auteur a remporté le prix du premier roman lors du festival de Beaune 2012.

Nous retrouvons donc avec grand plaisir nos trois compères, John-Fitzgerald dit Fitz notre noctambule dealer de drogue à la petite semaine, son ami Moussah consommateur de soleil (entendez par là cocaïne) et videur de boite de nuit, et Deborah enseignante et parasite comme eux. Le postulat de base est simple : Moussah est amoureux de Cerise Bonnétoile (ça ne s’invente pas !), une jeune femme mannequin de vingt cinq printemps, belle comme une fleur en fleur.

Moussah est donc tout heureux de présenter sa chérie à ses meilleurs amis, et compagnons de cocaïne dans un bar. Cerise, tout de suite à l’aise, se présente. Elle a vingt cinq ans, et va se présenter à un concours de beauté pour l’agence Podium. Tous sont d’accord pour l’accompagner, ce sera le week-end prochain qu’aura lieu la sélection des postulantes à la grande finale.

Je vous passe les détails de cette sélection, même si c’est l’occasion pour Fitz de draguer et d’observer les parents qui amènent leur progéniture, même si les jeunes filles sont prêtes à tout pour gagner. Il faut dire que cela peut rapporter un paquet d’argent pour quelques photos ! Bref, Cerise est qualifiée. Le problème, c’est que quelques jours plus tard, Cerise ne donne plus signe de vie. Après quelques recherches, nos amis se rendent compte qu’elle a reçu des messages de menace pour ne pas se présenter au concours, et doivent de rendre à l’évidence que leur Cerise a bel et bien été enlevée.

Si vous avez aimé Les talons hauts rapprochent les filles du ciel, vous allez adorer celui-ci, et c’est mon cas ! Non pas que je sois passionné par les parasites de la nuit, les dealers à la petite semaine. Mais, il y règnent tout au long du livre une bonne humeur, une bonne dose d’autodérision qui ne peut laisser indifférent. Que cela soit clair : ce livre n’est pas sérieux, il est même dangereux, au sens où vous risquez d’en ressortir avec des crampes aux zygomatiques.

Moussah et Deborah ont quand même un rôle plus étoffé que dans le premier roman, et c’est tant mieux. Moussah apparait comme un gros bourru au cœur tendre, un peu perdu, fonçant tète baissée avant de réfléchir. Deborah est plus subtile, collée aux deux autres pour s’amuser, comme une merde sur une semelle de chaussure, mais c’est aussi une jeune femme en mal d’amour, fragile. Et puis Fitz, égal à lui-même, est un grand gaffeur, qui se rapproche de plus en plus d’un Gaston (Lagaffe bien sur), toujours à proposer des idées qui ne sont pas les bonnes, les événements allant toujours à l’inverse de ce qu’il a prévu.

On a aussi droit à des scènes hilarantes, des discussions abracadabrantes. Et par sa maitrise de certaines scènes comiques, on n’est pas loin de ce qu’aurait pu imaginer un Westlake, par la façon d’amener le gag mais de nous faire patienter pour que l’effet que l’on pressent gros le soit encore plus à la fin. En parlant de fin, elle vous réservera une belle surprise, car sous ses dehors de comédie, il y a tout de même un suspense pour savoir qui est qui, et je ne vous dis rien.

Et même si on peut y noter des incohérences ou des choses étranges (maintenant, nos trois compères ne sont pas complètement comme vous et moi …), je suis d’une grande indulgence devant la grosse dose de bonne humeur que m’a insufflée ce roman. Pour son deuxième roman, Olivier Gay a fait mieux que le premier, c’est une franche réussite, et cela promet pour le troisième ! A la prochaine Fitz !

Voici quelques billets des blogueurs amis (et que ceux que j’ai oublié me pardonnent) :

http://leslecturesdelonclepaul.over-blog.com/article-olivier-gay-les-mannequins-ne-sont-pas-des-filles-modeles-115316940.html

http://www.unwalkers.com/les-mannequins-ne-sont-pas-des-filles-modeles-dolivier-gay-le-masque-par-sweetie/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article

commentaires

Willow 12/03/2013 18:23

Hello Blackman, j’adore ces titres de roman pleins d’humour. Encore un que je ne connais pas … Mais je ne m’étonne plus avec toi … Fitz en Gaston Lagaffe c’est un peu mou ça non ? Je demanderai à
Déborah. Bon je note « à découvrir » dans mon carnet. ;O)

Pierre faverolle 12/03/2013 20:37



Salut Willow, son premier "Les talons hauts rapprochent les filles du ciel" est sorti directement en poche et permet de se faire une idée de l'humour de cet auteur à moindre frais. Et oui, je lis
de tout, et quand c'est bon, j'en parle ... En ce qui concerne les découvertes, il y en aura encore quelques unes d'ici la fin de ce mois ... hivernal


A bientôt



Jean 12/03/2013 16:25

Olivier, pas William, je rectifie !

Pierre faverolle 12/03/2013 18:05



Il se sera reconnu !



Jean 12/03/2013 16:17

Hello Pierre,

Je suis très heureux que tu aies apprécié "Retour à Whitechapel". On pouvait craindre que...mais l'auteur a su s'extirper de son enquête et l'englober dans un emballage romanesque très réussi.
A propos de William Gay, rien que les titres de ses romans sont désopilants.
Je suis en pleine lecture de "Le cercle" de Bernard Minier, je n'ai pas lu "Glacé". Et je suis pris et ferré. Amitiés. Jean.

Pierre faverolle 12/03/2013 18:04



Très bon roman, ce Whitechapel, qui au départ aurait pu me déplaire ... Ah ! Le cerle, excellent bouquin aussi, que j'ai chroniqué d'ailleurs !


Amitiés



Jean 11/03/2013 12:21

Bonjour Pierre,

Si l'humour et la bonne humeur sont au rendez-vous, ce livre est fait pour moi !
Je commencerai toutefois par "Les talons haut rapprochent les filles du ciel". Amitiés. Jean.

Pierre faverolle 11/03/2013 20:37



Excellent choix, Jean. De quoi se changer des romans sérieux ! A propos, tu avais raison, Retour à Whitechapel est un super bouquin ! Amitiés



Oncle Paul 10/03/2013 20:50

Bonsoir Pierre et merci
Un roman qui nous change du quotidien et s'il y a des incohérences, comme tu le soulignes, n'oublions pas notre ami San Antonio qui les accumulait pour le plus grand plaisir de ses lecteurs. Du
moment que la bonne humeur prédomine, n'est-ce pas ?
Amitiés

Pierre faverolle 11/03/2013 20:36



C'est exactement cela, un roman pour ne pas se prendre au sérieux. ça fait du bien, et c'est assez rare pour le mettre en avant. Amitiés



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories