Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 19:30

Le silence pour preuveA ce jour, j’ai lu tous les romans de Gianrico Carofiglio, et beaucoup aimé ceux qui constituent le cycle Guido Guerrieri. Eh bien, le dernier en date, Le silence pour preuve, ne fait pas axception à la règle.

Guido Guerrieri est avocat pénaliste et atteint maintenant l’age de 45 ans. Il a du déménager de son petit bureau qui le logeait sa secrétaire et lui pour un endroit plus grand. En effet, sa secrétaire poursuit ses études de droit, et il l’a embauchée, d’où l’ajout au personnel d’une nouvelle secrétaire et d’une stagiaire, fille d’un de ses amis. Toujours célibataire divorcé, ses passions sont la lecture, le vélo et la boxe.

Guido est le spécialiste des causes perdues, puisqu ‘il travaille surtout sur des affaires de pourvoi en cassation. Un de ses amis avocats lui présente les parents de Manuella. Cela fait 6 mois que Manuella a disparu, et le juge s’apprête à classer l’affaire, faute de pistes. Ils lui demandent de mener une enquête pour relancer la recherche de leur fille.

Guido va donc s’improviser détective privé, lisant tout d’abord les comptes-rendus des interrogatoires de l’enquête, et décide d’aller interroger les proches de Manuella, qui bizarrement, n’ont pas dit grand’ chose aux carabiniers. Et ce qu’il va découvrir est loin d’être tout rose.

Les aventures de Guido Guerrieri sont un peu comme si je rencontrais un ami. Il vient, et me narre sa vie, ses déboires, ses joies, ses peines, ses soucis, ses espoirs, ses regrets. Gianrico Carofiglio écrit d’une façon tellement fluide, que l’on écoute la voix de Guerrieri, un peu lancinante, toujours positive, un peu renfermée, sans jamais hausser le ton, avec cet humour et cette ironie qui font toujours sourire.

Dans ce roman, Guerrieri est un peu moins « Calimero » que d’habitude, un peu plus seul, et beaucoup plus nostalgique, se remémorant des événements du passé. Il joue au détective amateur pour chercher une jeune femme, et s’aperçoit qu’il ne comprend pas cette nouvelle génération, sa solitude, ses fausses amitiés et son manque d’humanisme.

Alors encore une fois, j’ai passé un excellent moment avec mon pote, et je me languis de notre prochaine rencontre. A bientôt, mon pote !

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2011
commenter cet article

commentaires

Guillome 03/08/2011 14:08


j'avais aimé "les yeux fermés" et je découvrais avec ce titre cet auteur. je ne devrais donc pas être déçu avec celui-ci ! à bientôt.


Pierre faverolle 13/08/2011 21:07



Même si je pense qu'il vaut mieux les lire dans l'ordre, tu ne seras pas déçu



Jean-Marc Laherrère 28/07/2011 09:17


tout pareil ! en quelques romans Guido est devenu un ami dont on attend des nouvelles avec impatience. Et l'auteur, rencontré à Toulouse en octobre dernier est un monsieur absolument charmant et
passionnant, ce qui ne gâte rien.


Pierre faverolle 13/08/2011 21:00



Merci d'être passé ! S'il est à l'image de son personnage, il me tarde de le rencontrer !



Oncle Paul 28/07/2011 08:37


J'ai découvert Gianrico Carofiglio avec ce roman et je crois que je ne vais pas l'abandonner de sitôt
A bientôt


Pierre faverolle 13/08/2011 20:59



Les yeux fermés ... euh ... c'est le titrre que je te conseille et celui que tu dois loire les yeux fermés !



Lystig 27/07/2011 22:11


un auteur que je ne connais pas !


Pierre faverolle 13/08/2011 20:58



C'eszt unez honte ! tu vas me faire le plaisir de lire Les yeux fermés et plus vite que ça !



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories