Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 18:29

Roman-du-parfum.jpgC’est avec beaucoup de gentillesse que Pascal Marmet m’a proposé de lire son nouveau roman. J’avais bien aimé son précédent opus, A la folie, et il m’a prévenu que celui-ci n’était pas un polar. En fait, Pascal Marmet a mis dans son livre toute sa passion pour le parfum (d’où le titre) mais aussi son admiration pour l’acteur américain Tony Curtis. Autour de ces deux sujets, il a bâti une intrigue, à propos de laquelle il laisse planer un mystère : cette rencontre a-t-elle eu lieu ?

La rencontre, c’est celle entre la narratrice et un vieil homme dans un avion. Il s’en faut de peu que Sabrina manque son vol pour les Etats Unis. Cette jeune fille, douée pour tout ce qui touche à l’odorat va être reçue pour un entretien afin d’intégrer la prestigieuse école des nez de Guerlain. Elle arrive presque trop tard, le vol est archi plein.

La seule place qui reste est celle à coté d’un vieux monsieur, frot disert et courtois, toujours séducteur et engageant. Il s’appelle Tony Curtis, mais le nom ne dit rien à la jeune femme. Une discussion va s’engager entre ces deux personnages, et nous permettre de découvrir le monde de la parfumerie et une partie de la biographie du célèbre acteur.

Nous allons donc tout au long de ce voyage au long cours, alterner entre les dialogues qui vont parler de l’histoire des senteurs, des Egyptiens aux moyens modernes pour déterminer la composition des nectars. Dans ces chapitres, les dialogues permettent de nous apprendre plein de choses. Cela fait parfois encyclopédie mais par contre, c’est passionnant. Je ne me doutais pas de toutes ces batailles de toutes ces nuances, même si j’avais entendu parler des nez, bien entendu. Ce fut réellement surprenant en ce qui me concerne.

Et puis, au détour d’un mot, d’une phrase, Tony Curtis va remonter en arrière, faire un voyage dans le temps et revivre les grands épisodes de sa vie, les rencontres qui ont fait basculer sa misérable vie de cireur de chaussures en pleine crise de 1929, jusqu’aux studios de Hollywood, en passant par la guerre du pacifique (trop survolée à mon gout, mais peut-être l’acteur n’aimait-il pas en parler de son vivant).

Si je ne voue pas un culte envers Tony Curtis, il m’est apparu comme le jeune homme sympathique que l’on peut imaginer à la vision de Amicalement Votre (Série télévisée avec Roger Moore), un personnage qui ne s’est jamais départi de son humour, cherchant toujours à séduire les gens qu’il rencontrait. Il y a aussi cette ambition, cet orgueil qui fait qu’il laissera derrière lui des êtres aimés et beaucoup de regrets. J’y ai trouvé un personnage respectueux des autres, désireux de partager ses souvenirs, ses leçons, ses échecs, un personnage que j’aurais aimé rencontrer.

A la fois roman rencontre entre deux personnes qui ne se seraient jamais trouvé cote à cote, à la fois portrait d’une femme passionnée par son domaine, à la fois biographie, ce roman se révèle une lecture attachante, un roman tout en douceur, tout en légèreté, tout en subtilité, un roman original par son approche qui réussit à nous prendre dans son jeu, à nous intéresser, à nous instruire. Pari gagné.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article

commentaires

Willow 14/02/2013 19:40

Hello Pierre, référencé en effet .... 2 fois même ... c'est peut être trop d'honneur lol ;O)

Pierre faverolle 14/02/2013 20:54



corrigé, merci !



Willow 13/02/2013 23:06

Hello Pierre, merci pour ta visite … Vraiment sympa ton commentaire. La rencontre improbable est un levier intéressant et parfois jubilatoire dans le domaine de l’écriture. J’aime bien cette idée
de huis clos comme point de départ vers l’inconnu (l’autre et ce que l’on croit connaitre de lui).

Pierre faverolle 14/02/2013 06:35



De rien Willow, d'ailleurs tu es référencé sur Black Novel maintenant !


A bientôt



gridou 13/02/2013 22:43

Tiens j'en ai entendu parler sur France info tout récemment - et je me suis dit que j'avais déjà lu ce pitch quelque part (c'était chez Oncle Paul bien sûr!!!) - toujours à la pointe de l'actu les
gars ;) !
Moi j'ai beaucoup d'affection pour Tony Curtis (génial dans certains l'aiment chaud!) et étant moi-même dotée d'un appendice assez performant dit-on (ce qui n'est pas toujours un avantage - petit
clin d’œil à Paul et notre discussion sur les pets de tout à l'heure...), je suis très intriguée par ce métier de nez.
Je pense donc que je pourrais apprécier ce livre...
Désolée de raconter ma vie...@+

Pierre faverolle 14/02/2013 06:34



... Et comme il fait froid, n'oubliepas ton bonnet (beau nez) ! Allez, allonge toi sur le divan ! BIZ



Oncle Paul 13/02/2013 19:36

Bonjour Pierre
Moi aussi à la lecture de ce roman j'ai jeté un autre regard sur Tony Curtis et ai découvert une nouvelle facette de l'homme.
J'ai bien aimé ce roman en général et en particulier , d'ailleurs tu peux aller vois ma chronique si cela t'intéresse.
Maintenant tu es au parfum !
Amitiés

Pierre faverolle 13/02/2013 20:19



Salut Paul, j'avais lu ta chronique (avant d'écrire la mienne, ce qui est rare). J'ai essayé d'en faire une différente ... Un livre attendrissant qui tombe bien avant la Saint Valentin


A bientôt



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories