Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 18:05

Jour du fléauDe Karim Madani, j’avais été époustouflé par l’ambition de Cauchemar périphérique, découvert grâce à Polar SNCF. Impossible par conséquent de rater son nouveau roman Le jour du Fléau. Un roman noir dans la plus pure tradition du genre.

Paco Rivera est flic à Arkestra. Il entre à la brigade des mineurs, après avoir travaillé à la brigade des stupéfiants. En fait, il a changé de boulot, car il vient d’échouer dans une précédente enquête qui s’est terminée par son informatrice, Katia. Cette jeune droguée a en effet été torturée, puis droguée par ceux que Paco poursuivait. Toute la scène a été filmée en direct, puis envoyé à son adresse.

Changer de service ne veut pas dire que le travail va être plus facile, loin de là. Le métier de flic à Arkestra veut dire côtoyer la fange de l’humanité, les bas-fonds de l’âme : entre fréquenter les shootés overdosés et les victimes de violence enfantine, le résultat est le même : rencontrer le pire dans ce l’homme est capable de créer.

Paco fait donc équipe avec Gina, une lesbienne noire, efficace et professionnelle et leur équipe fait des merveilles. Ce jour-là, on les charge de retrouver Pauline, une jeune fille de seize ans. Cette enquête minutieuse va les mener sur la trace d’un mystérieux personnage qui se fait appeler le Photographe, et l’intrigue va mettre à jour une organisation à faire froid dans le dos.

Quand j’ai rencontré Karim Madani à Lyon, nous avons discuté de son livre et des différences que j’allais y trouver par rapport au précédent. Il m’a dit alors cette phrase dont je me rappelle encore aujourd’hui : Construire une histoire dans une ville imaginaire, cela laisse plus de liberté. A la lecture de ce Jour du fléau, l’impression (double) que cela me laisse, c’est une noirceur totale et le plaisir que l’auteur a eu à écrire cette histoire.

Ce roman est une bonne synthèse de roman noir. Tous les ingrédients (d’aucuns diront les clichés) sont présents, du flic désespéré alcoolique et drogué au sirop contre la toux, des tueurs en série mystérieux, des flics véreux. Tout y est, et tout est assimilé, intégré dans une intrigue que l’on suit avec plaisir, pour peu que l’on aime le roman noir (et j’adore), car le ton y est définitivement noir.

Les quartiers sont crades, les personnages en voie de désespoir final, le ton est glauque. Bref, ne comptez pas sur ce livre pour vous remonter le moral. A la lecture, on a l’impression de revivre et revoir Blade Runner, le film je veux dire, avec cette absence de lumière et cette pluie incessante, déprimante. Et si Arkestra est complètement imaginaire, Karim Madani insère dans son livre des détails, des marques qui nous rappellent que la réalité n’est jamais très loin. On y retrouvera aussi de nombreuses références à la musique ou aux auteurs de romans noirs. Un livre en forme d’hommage ? Pas seulement.

Un pur roman noir, dans le plus pur style du genre, écrit et décrit avec célérité, comme si on était sous amphétamines, voilà ce à quoi il faut s’attendre. Les grognons diront qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Les amateurs aimeront ce roman, justement pour ce ton sans espoir, glauque, humide, noir mat. Le ton et le personnage principal donnent un roman très convaincant, et le sous-titre du roman (Les chroniques d’Arkestra) nous donne à espérer qu’il y aura d’autres intrigues dans cette ville en décomposition, ce que je souhaite de tout mon cœur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2012
commenter cet article

commentaires

Didier 11/09/2012 22:05

Excellent ! Du noir dans la veine des Chainas, Ferey ! Du coup j'ai lu Cauchemar périphérique, merci pour ces conseils !

Pierre faverolle 12/09/2012 21:23



Mais de rien ! C'est vrai qu'il y a du Chainas dans sa vision de la société, en moins cru peut être. Ton message me fait beaucoup plaisir !


A bientôt



La Ruelle bleue 23/08/2012 12:39

Ah ! celui-là est sur ma pile, chaleureusement conseillé par mon libraire... Et ce n'est certainement pas sa noirceur profonde qui va m'en détourner !

Pierre faverolle 23/08/2012 20:51



Comme l'ambiance rappelle Blade runner, c'est un livre à lire avec une lampe de poche sur le front !


A bientôt



La petite souris 15/08/2012 10:53

Me voilà enfin revenu de l'enfer pour pouvoir à nouveau venir hanter ton blog que j'apprécie tant. Bon Madani pas encore lu, même si j'ai quelques spécimens de ses œuvres en rayonnage; il me semble
que Richard notre ami le Concierge Masqué avait fait une interview de cet auteur. Par contre, je ne suis pas sur que les tueurs en série fassent partie des clichés du roman noir, ils relèvent
plutôt du thriller à mon avis non? Amitiés mon ptit canard !^^

Pierre faverolle 15/08/2012 12:10



Tout à fait ma poule, mais le sujet tourne au roman noir, de même que le ton qui est désespérant. Bref, du très bon roman noir. Voilà ma caille. J'attends tes articles, mon dindon


A bientôt



jackisbackagain 14/08/2012 17:09

Salut mon ami Pierre,

Lu ta chronique avec beaucoup d'intérêt et d'attention. Le jour du fléau mérite le détour assurément. Noté dans mon carnet qui avait des spirales. Merci, vieux frère.
Jean

Pierre faverolle 14/08/2012 20:51



La prochaine va te faire saliver aussi ! De rien en tous cas


Amitiés



fersenette 13/08/2012 19:02

Les 2 derniers paragraphes sont une belle réponse à la sempiternelle question : "qu'est-ce qu'un roman noir" ?

13/08/2012 20:21



Ah ben merci pour le compliment, ça fait chaud au coeur. Il  te reste à le lire!


A bientôt



francioli 13/08/2012 10:40

mais ça m'a l'air plus qu'alléchant,allez hop,dans la liste

Pierre faverolle 13/08/2012 13:56



Bonne lecture alors !



Oncle Paul 13/08/2012 08:40

Bonjour Pierre
Je n'avais pas été séduit par ce roman, même si j'y ai trouvé des choses intéressantes.
Petit détail, ton dernier paragraphe en noir n'est guère lisible.
Amitiés

Pierre faverolle 13/08/2012 13:57



J'ai corrigé la couleur (bug de overblog, comme d'habitude !). Je te conseille Cauchemar périphérique alors, qui dans un autre style est bigrement ambitieux. Tu trouveras mon avis sur le blog.
Amitiés


A bientôt



Cathy 12/08/2012 21:25

Bon retour Pierre, tu nous remets vite en appétit ! Dis moi, je suis toujours réticente quand il s'agit de violences sur mineurs, pas trop de trash dans ce livre ?

Pierre faverolle 13/08/2012 07:45



Merci Cathy. Pas de trash dans ce roman, mais une intrigue centrée sur le personnage très autodestructeur. Karim prend son sujet et se donne à fond. Très convaincant et tentant pour la suite


A bientôt



Sharon 12/08/2012 20:18

Comme souvent : je ne connais pas du tout. Par contre, je comprends la liberté que peut procurer d'écrire à partir d'une ville imaginaire.

Pierre faverolle 12/08/2012 20:55



Salut Sharon, Comme cela semble être un roman qui appellera des suites, je te conseille de le lire sans tarder.


A bientôt



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories