Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 18:59

Diable dans la ville blancheJ’ai la chance de faire partie du jury pour élire le thriller 2013 du livre de poche, dont les romans sont choisis parmi les sorties de l’année. Je commence donc par ce roman imposant, 600 pages, et pas un dialogue. C’est marqué Thriller et le sujet est intéressant. Cela va me permettre de découvrir un pan de l’histoire américaine que je connais bien mal. Nous allons balayer une période allant de 1890 à 1895.

Le contexte est l’Exposition universelle de Chicago de 1893. Daniel Burnham est un jeune architecte qui s’est fait connaitre par la construction de gratte-ciel. Avec son associé, il va hériter d’un défi hors du commun : batir en à peine 4 ans une nouvelle cité, qui accueillera l’exposition universelle. Elle devra montrer la grandeur des Etats Unis mais aussi être plus imposante que celle de Paris de 1889.

En parallèle, nous allons suivre l’itinéraire du docteur Holmes, un jeune homme séduisant qui va faire sa fortune en assassinant des gens pour toucher leur assurance vie, puis en achetant une pharmacie. Il va ensuite faire construire un immeuble à Englewood, avec des appartements qu’il va louer à des jeunes femmes. Au sous-sol, il va aménager une salle totalement insonorisée et un four crématoire.

Le destin de ces deux hommes, Burnham et Holmes va être mis en parallèle tout au long de ces années. Mais dès les premières pages, le ton est donné : L’auteur, journaliste de formation a regroupé une documentation impressionnante pour retranscrire le Chicago du 19ème siècle et narrer une histoire à 100% vraie.

Je dois dire que ce roman n’est pas un roman, et encore moins un thriller. Mais Erik Larson, au travers d’une documentation sans faille et d’un style parfaitement fluide sait faire monter la pression chez le lecteur. De la pression sur les épaules de Burnham aux subterfuges de Holmes, des désastres naturels (ils vont subir une tempête extraordinaire) aux massacres de jeunes filles, ce livre se dévore même s’il n’est pas à proprement parler un roman.

En fait, Erik Larson a tout simplement écrit un fabuleux documentaire sur cette période de folie (merci Christian pour cette phrase), rendant l’ambiance de l’époque par des détails fort judicieux : la pollution, la saleté dans les rues, les mœurs des gens au travers des lettres et des attitudes des jeunes filles. Et puis, le parallèle entre la folie de la construction de cette ville et la folie de ce faux pharmacien est éloquente. Il montre aussi le développement de la criminalité avec la montée des pavillons. Et on peut se demander quelle est la responsabilité de la société dans la création d’un monstre tel que Holmes.

Tout est remarquablement fait et surtout passionnant à lire. Si vous êtes fan de thriller ou lecteurs exclusifs de romans, il vous faut savoir que ce roman se rapproche plus d’un documentaire. Mais que vous devriez laisser votre curiosité vous guider vers ce documentaire éloquent. Et puis, il y a cette phrase qui m’est sans cesse revenue à l’esprit : « Il ne s’agit en aucun cas d’une œuvre de fiction ». Hallucinant !

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2013
commenter cet article

commentaires

dasola 22/05/2013 18:03

Rebonjour, moi aussi,j'ai trouvé ce livre passionnant entre l'expo universelle de Chicago et le serial-killer, Larson arrive à donner du lien à l'ensemble. http://dasola.canalblog.com/archives/2012/04/02/23910300.html Bonne fin d'après-midi.

Pierre FAVEROLLE 23/05/2013 07:15

Ah ben pour celui là, j'avais lu ton article et on est bien d'accord.
A bientôt

Lystig 28/02/2013 11:52

aussi bien que son dernier ?

Pierre faverolle 28/02/2013 20:33



Salut Lystig, J'ai acheté son dernier après avoir lu celui là. Alors je ne peux te dire ...


A bientôt



Jean 25/02/2013 13:00

Hello Pierre,

Les hasards de lecture sont parfois cocasses: tandis que tu te débattais à Chicago entre 1890 et 1895 avec le docteur Holmes, moi, je me promène en 1888 à Londres avec Jack l'éventreur.
Ici aussi, la forme est un roman mais avant tout, un documentaire et une fresque de la société londonienne de cette époque et franchement, il valait mieux être du côté des nantis que des
miséreux.
Amitiés. Jean.

Pierre faverolle 25/02/2013 20:12



Les grands esprits se rencontrent ...



Le Monde de Sylvie 25/02/2013 06:27

Bonjour, je l'ai acheté il y a 15 jours... Ta chronique me donne envie de le lire très vite. Bonne semaine !

Pierre faverolle 25/02/2013 07:04



Bonne lecture alors et à bientôt pour en parler



Dup 24/02/2013 20:34

Alléchante chronique ma foi !

Pierre faverolle 25/02/2013 07:03



Pour un documentaire alléchant ... la bouble est bouclée


BIZ



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories