Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2012 7 23 /12 /décembre /2012 19:03

Mort du scorpionVoici la deuxième lecture des romans de Maurice Gouiran, en ce qui me concerne. Et encore une fois, je suis emballé par la façon de construire l’intrigue, et par les sujets abordés. Bref, voici un très bon polar pour ouvrir bien grands les yeux du lecteur.

Les deux personnages principaux sont Clovis Narigou, journaliste à la retraite toujours prêt à se lancer dans une enquête, surtout quand on lui demande gentiment. Ici, c’est Emma Govgaline, fliquette, qui lui apporte une affaire violente : un corps a été retrouvé brulé attaché à une chaise, une mort atroce qui mérite une explication. Et quand c’est la belle et torride Emma qui demande, Clovis ne peut que se jeter dans cette enquête à corps perdu.

Ce qui peut apparaitre comme un règlement de comptes, recèle des mystères. Déjà, le meurtre, ou plutôt l’exécution, a été filmée et le DVD est arrivé au poste de police. Clovis va vite arriver sur la piste d’une de ses connaissances, un peintre renommé et nommé JAD, dont le succès sur le marché de l’art est aussi soudain que foudroyant. JAD est hébergé par un trouble milliardaire russe, M.Sacha.

M.Sacha s’avère être en contact avec une comtesse hongroise, qui propose au monde entier des œuvres de grands peintres, ainsi que les tableaux de JAD. Il n’est pas sur du tout que les tableaux qu’elle propose soient de vrais, ceux-ci arrivant de l’ancienne Yougoslavie. Et c’est là que l’enquête se complique pour nous plonger dans un monde qui a connu l’un des pires massacres du vingtième siècle.

Maurice Gouiran nous propose une nouvelle fois de revisiter une période de l’histoire contemporaine que beaucoup aimeraient oublier, à commencer par les ex-yougoslaves eux-mêmes. Car, à partir du trafic d’œuvres d’art, dont il nous démonte tous les rouages et les magouilles, il lance son sujet de façon brutale, nous assénant des vérités et des descriptions qui ressemblent à s’y méprendre à des témoignages.

Car outre que c’est très bien écrit et que les dialogues sont remarquables, Maurice Gouiran écrit du polar intelligent qui rend plus intelligent. La méthode utilisée est la même que dans Train bleu, train noir, deux événements (un passé et un présent) sont mis en parallèle. Ici, le meurtre va découvrir des pans des massacres de Srebenica.

Et si parfois je regrette que l’enquête soit un peu trop linéaire, les passages décrivant ce que le peuple yougoslave a subi, qu’il soit serbe croate ou musulman ou que-sais-je, font froid dans le dos. Et si, bien installés dans notre fauteuil tels que nous sommes, nous sommes au courant dans les grandes lignes de l’horreur qui a eu lieu là-bas, ce roman nous montre par le détail le parcours d’un des personnages qui rend plus humaine, voire humaniste la démarche de l’auteur et plus inhumaine l’attitude de certains hommes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2012
commenter cet article

commentaires

Oncle Paul 24/12/2012 14:00

Bonjour Pierre et joyeux Noël !
Si j'ai bien aimé ce roman de Maurice Gouiran j'ai préféré Train Bleu, mais aussi et surtout Sur nos cadavres ils dansent le tango et Franco est mort jeudi.
La méthode utilisée comme tu dis par Maurice Gouiran est récurrente : un événement passé et un présent. On s'y attend, mais à chaque fois c'est différent.
Je crois que tu y prendra rapidement goût
Amitiés

Pierre faverolle 26/12/2012 08:47



Salut Paul, je découvre Maurice Gouiran au fur et à mesure. J'ai adoré Train bleu aussi. Il faut que je lise les autres ... Joyeux Noel.



Willow 23/12/2012 21:14

L’élaboration d’une intrigue policière est souvent l’occasion d’aborder les sujets les plus variés. C’est bien souvent le manque de recul du traitement de l’information et la vision parfois
manichéenne que l’on nous expose qui nous font zapper certains évènements. Alors si un auteur de polars, comme cela semble être le cas ici, peut par ce biais nous accrocher et nous faire partager
un pan de l’histoire, ce n’est que du bonheur.

Pierre faverolle 24/12/2012 06:46



Salut Willow, c'est la marque de fabrique de Maurice Gouiran, et si tu ne connais pas, je te conseille d'aller y jeter un oeil. Certains de ses titres sont sortis en poche chez Jigal, en plus !


A bientôt



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories