Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 19:30

Hotel adlonAprès avoir lu L’enquête philosophique et la trilogie berlinoise (le billet est à venir, coucou Ys !) de Philip Kerr, voici donc la sixième enquête de Bernhardt Gunther, dont l’action se situe dans l’Allemagne nazie. Une nouvelle fois, je ne suis pas déçu par ce roman.

Berlin, 1934. L’Allemagne plonge petit à petit dans la dictature. Les ennemis déclarés sont clairement les juifs, qui n’ont plus le droit de travailler officiellement, qui n’ont plus accès à certains bars ou magasins. Ils doivent même déclarer leurs origines, c'est-à-dire si l’un de leurs parents est juif. La seule solution pour eux est de partir d’Allemagne, pour ceux qui en ont les moyens.

Bernie Gunther, après la Grande guerre, est entré dans la police. Comme la police se nazifie, il démissionne et est engagé en tant que responsable de la sécurité à l’hôtel Adlon à Berlin. Son travail consiste à assurer la sécurité des riches clients. Ce matin là, il subit un contrôle de papiers et comme un de ses grands parents est juif, il entraîne le policier dans un coin et le frappe à l’estomac. Le problème, c’est que le policier va mourir.

A l’hotel Adlon, le propriétaire d’une grande entreprise de travaux publics est retrouvé mort dans sa chambre, apparemment de cause naturelle. Un Américain Max Reles s’est fait voler un coffre chinois de grande valeur. Bernie va alerter la police et on lui demande de l’aide dans deux affaires : Celle du policier tué par Bernie et une autre concernant un homme corpulent retrouvé noyé dans l’eau de mer.

Il s’avère que l’homme noyé est un ancien boxeur allemand juif, et comme il est d’origine juive, Bernie découvre que ceux-ci n’ont pas le droit de concourir pour leur pays dans le cadre des jeux Olympiques qui vont avoir lieu dans deux ans. Les Etats-Unis ayant accepté de participer aux Jeux, une journaliste Noreen Charalambides lui demande d’enquêter sur cette affaire pour écrire un article qui fera peut-être changer d’avis le gouvernement américain, quant à sa participation aux jeux Olympiques de 1936 à Berlin.

Il faut tout d’abord rassurer les futurs lecteurs de ce roman : Même si vous n’avez pas lu les précédentes enquêtes de Philip Kerr, elles sont suffisamment indépendantes pour être lues séparément. Celui-ci s’avère être une très bonne mouture mais surtout un sacré pavé. 500 pages à dévorer et comme à chaque fois, ça se lit comme du petit lait.

Si dans la trilogie berlinoise, le personnage de Bernie me paraissait parfois énigmatique, cette fois ci, Philip Kerr est clair. C’est un homme conscient de ce qui se passe, qui exprime son désaccord par son cynisme noir mais qui, avant tout, cherche à sauver sa peau. Ainsi, on le verra acheter un homme qui a la possibilité de modifier les papiers officiels pour effacer ses racines juives.

La recette de Philip Kerr marche toujours à fond : Un passage de l’histoire non élucidé sur lequel il bâtit son intrigue, des descriptions minutieuses des lieux (mais pas trop longues pour ne pas lasser), un message important sur la dérive d’une horreur sans nom d’un pays aux abois, des personnages secondaires toujours bien dessinés, certains étant embringués dans la ligne du parti et d’autres vivant du système. Enfin, une intrigue, qui si elle est relativement linéaire, se suit très facilement et avec grand plaisir.

La nouveauté, c’est que cette histoire s’étale sur une vingtaine d’années, et que si Philip Kerr me semblait démontrer des actes atroces dans les précédentes, il montre ici que les gagnants seront toujours les gagnants et les victimes tout justes bonnes à remplir des trous dans des cimetières. Et que quand on plonge dans la boue, les traces de salissures sont difficiles à efacer. Par le sujet, qui nous fait voyager jusqu'à Cuba, il y a toujours la volonté de montrer un pan de l’histoire pas forcément bien connu.

L’ampleur de ce roman est grande, c’est un très bon cru, avec un peu plus d’ambition que la première trilogie berlinoise. Décidément j’adore les enquêtes de Bernie Gunther, ce privé cynique un peu lâche, qui arrive à se sortir de ses imbroglios, et qui en ressort toujours avec une cicatrice, une de plus, une blessure qui ne se refermera jamais. J’adore aussi le travail titanesque de Philip Kerr pour que l’on n’oublie pas comment le monde a pu basculer dans une telle abomination.

Partager cet article
Repost0

commentaires

choupynette 25/04/2012 12:49

j'ai découvert l'auteur avec Une douce flamme, le précédent tome des aventures du détective. J'avais beaucoup aimé. J'ai été emballée par la première partie du roman, moins la deuxième à la havane.
Mais c'est un très bon roman! il me faut maintenant lire la trilogie (je fais tout à l'envers! ;))

Pierre faverolle 25/04/2012 13:52



La trilogie est à mon avis indispensable. Un monument !


A bientôt



La petite souris 18/01/2012 17:25

ben moi j'y serai le lendemain à Lyon !!! donc ca veut dire qu'on va enfin se la boire cette petite mousse?????? :)

Pierre faverolle 18/01/2012 17:27



On se contacte par mail



La petite souris 17/01/2012 21:32

Bon moi va falloir que je note la chronologie de ses romans car je m'y perds un peu. Ceci dis j'avais bien aimé " l'enquête philosophique"! Tiens histoire de te faire bisquer un peu comme on dit
chez moi, je t'annonce que Kerr sera à la librairie Sauramps à Montpellier le 29 mars prochain ) 18h !!!! et j'espère bien pouvoir y aller!

Pierre faverolle 18/01/2012 17:19



Je peux te confier un secret : je ne serai pas à Montpellier le 29 mars ! Par contre, je devrais être à Lyon. Philip Kerr, découvert l'année dernière remonte dans la miste des auteurs favoris,
c'est sur !


A bientôt



gridou 16/01/2012 10:14

Je n'ai pas encore lu la trilogie, c'est un énorme pavé, il me fout la trouille (!!!). Pourquoi tu dis que c'est la 6ème enquête? Si je compte bien, il y en a 3 dans une trilogie + l'enquête
philo...j'ai pas le bon compte à l'arrivée...

Pierre faverolle 16/01/2012 20:40



Salut Gridou, il y a la première trilogie que je dois chroniquer (je suis en retard !) puis La mort entre autres; Ensuite vient Une douce flamme pour arriver à Hotel Adlon. 3+3=6, le compte est
bon. L'enquête philosophique ne fait pas partie des enquêtes de Bernie Gunthe. Tous peuvent se lire indépendemment, alors tu peux commencer par L'été de cristal, le 1er roman de la trilogie


A bientôt



mazel 16/01/2012 09:49

très bonne nouvelle que la série se poursuive... merci pour l'info

Pierre faverolle 16/01/2012 20:38



Ma foi, de rien. Celui ci est ambitieux, impressionnant



Christophe 16/01/2012 07:43

Livre à lire, j'avais été séduit par l'été de cristal. Impatient de lire la suite des aventures du Bernie. Ton argumentation m'a donné envie de suivre les autres opus après la trilogie sachant
maintenant que chaque livre est indépendant point de vue enquête...

Pierre faverolle 16/01/2012 20:38



Tout à fait. J'ai acheté pour ma part La mort entre autres et ce sera le prochain que je lirai. A bientôt pour en parler



Ys 15/01/2012 21:55

j'ai l'impression de ne pas suivre : cette enquête-là se passe après la trilogie ?

Pierre faverolle 16/01/2012 06:36



Avant et après, en 1934 puis en 1954. En fait chaque enquête est indépendante des autres. Celle ci est impressionnante d'ambition. voilà ! Le billet sur la trilogie arrive dès que j'ai le temps


A bientôt



Gwenaëlle 15/01/2012 20:35

Je suis également fan de Bernie et je ne raterai pas cette nouvelle mouture!

Pierre faverolle 16/01/2012 06:34



N'hésite pas à revenir par ici pour en parler !



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories