Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2010 3 21 /07 /juillet /2010 18:53

Et qu'advienne le chaos

L’un des sites que je visite souvent, Entre deux noirs pour ne pas le citer, en a fait son coup de cœur deux mois de suite. Vous croyez que l’on peut résister à cette tentation ? Moi pas ! Et il faut dire que le titre est tout bonnement génial. Alors voilà de quoi ça parle.

Des phénomènes bizarres ont lieu en différents lieux du monde. Un homme qui voyage en avion, sort des toilettes et s’aperçoit que tout le monde a disparu, pilotes compris. Une femme qui voyageait dans le métro londonien se rend compte que les rames se sont vidées d’une station à une autre. La femme de ménage qui travaille chez Biométrics se retrouve seule sans se rendre compte qu’elle est dans le hall surpeuplé de la société.

Mikael Korta est un éminent chercheur qui travaille chez Biometrics, une société qui stocke et gère les empreintes génétiques des criminels pour le gouvernement américain. C’est un être génial comme l’a pu être Einstein. Il a son travail officiel, et en douce, il travaille à sa dernière découverte : les calques. Cela lui permettrait d’être enfin le seul être au monde. Korta a, petit à petit, nourri sa maladie mentale, de son enfance en se coupant les veines en voulant découper un ver de terre jusqu’à son agoraphobie extrême qui le pousse à foncer en voiture sur des squares d’enfants pour démolir les jeux. Il a trouvé un moyen d’isoler / trier les gens par leur iris.

Il est en contact avec April, une jeune chercheuse anglaise qui travaille sur le même sujet. April a peur que les fonds gouvernementaux britanniques pour ses recherches ne soient coupés. Alors qu’elle vit dans une certaine instabilité professionnelle, elle parvient à aboutir sur ses études de l’iris grâce à un coup de téléphone avec Korta. Son entretien avec un jeune avocat des causes perdues nommé Vincent la confirme sur le fait qu’elle est capable d’isoler des gens d’un même calque. Mais, elle nourrit quelques doutes sur l’utilisation potentielle de ces trouvailles.

Un dernier mot sur cette découverte : Tout le monde est classable via leur iris qui peuvent être répertoriés en catégories appelées calque. Chaque calque peut contenir jusqu’à 99 personnes. Il s’agit d’un calque dans le temps, et quand on superpose les calques, on retrouve le monde tel que nous le vivons. Il est possible d’isoler un calque et cela seulement durant 9999 secondes. Pendant ce laps de temps, ces personnes ne voient que les gens appartenant à leur propre calque.

J’ai mis un peu de temps à entrer dans ce roman, surtout à cause de la galerie de personnages et par le style assez déconcertant. Mais, une fois pris dans l’engrenage, on ne peut plus en sortir. Car il faut bien se rendre à l’évidence que ce roman, entre son analyse psychologique des personnages et l’intrigue qui flirte avec la science fiction ou l’anticipation a pour lui d’être bigrement original. Et ça en devient même flippant par moments.

L’originalité vient aussi de la façon de mener l’intrigue, avec un chapitre par personnage, l’histoire avance doucement. Le rythme est plutôt lent, mais le style coupé, acéré, brutal rend tout cela très angoissant. Malgré ces phrases courtes, l’ensemble reste très explicite, mais je conseillerais plutôt de lire ce livre rapidement pour rester dans l’histoire, ce que je n’ai pas fait au début pour des raisons personnelles (trop de boulot !)

J’ai trouvé ce livre angoissant, étouffant, oppressant, mais bigrement attachant. Ce fut pour moi une bonne découverte d’un auteur sacrément particulier par le sujet, par sa façon de mener son histoire et par son style définitivement personnel. Car l’auteur est allé au bout de son œuvre sans concession, ni dans sa façon de mener son histoire, ni dans son style. On retrouve dans ce roman complexe et foisonnant l’opposition entre un savant fou et des personnages humains voire humanistes. Le seul conseil que je donnerais, c’est qu’il faut lire la première moitié du livre d’une traite pour entrer dans l’histoire et être aspiré par la spirale infernale de l’intrigue. Hadrien Klent a réussi un sacré roman chaudement recommandé pour tous ceux qui aiment les livres au sujet original traité de façon très personnelle. Un OVNI .

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2010
commenter cet article

commentaires

David Mourey 23/07/2010 15:24


Ce livre à l'air original selon ce que vous en dites, et il mérite visiblement le détour.
Démocratie, Economie et Société
http://www.davidmourey.com/
Culture et plaisir par la lecture
http://www.plaisirparlalecture.com


Pierre faverolle 23/07/2010 16:34



Très surprenant, il faut rentrer dedans et après on est pris dans l'engrenage. Reviens me dire ce que tu en auras pensé !


A bientot



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories