Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2010 3 11 /08 /août /2010 19:41

attention les fauvesDe temps en temps, il fait bon lire des classiques. Bon, je ne parle pas de Zola ou Stendhal (que j’adore par ailleurs) mais des classiques du roman noir. Or Plon vient de créer une collection qui s’appelle Noir Rétro qui permet de lire ou relire ces romans qui ont été trop négligés à leur sortie, à tort.

Doria Deslandes est une jeune veuve qui vit dans une maison aux alentours de Nice. Elle a perdu son mari Remy dans un accident de voiture. Elle travaille comme traductrice chez elle et élève ses deux jumeaux Patrick et Marieke âgés de onze ans. Cela lui permet de gérer le quotidien sans trop de problèmes mais sans toutefois de contacts avec les gens. Un soir, Jourdain, un voisin débarque chez eux. Sous un prétexte fallacieux (l’élargissement de la route départementale), il rentre chez eux et trouve Doria désirable. Alors il n’écoute que son instinct et ses envies : il la viole et l’étouffe. Se rendant compte qu’il a fait une énorme erreur, il empoche le slip de Doria et s’enfuit bien vite.

Les enfants, qui dorment à l’étage, n’ont rien entendu. Le lendemain matin, ils découvrent le corps de leur mère et se rendent compte que leur mère est morte. Patrick est sous le choc alors que Marieke prend les choses en main. Le risque est trop grand qu’ils soient envoyés en pension et séparés. Elle lui propose de ne rien dire à personne. Ils savent où trouver de l’argent dans le tiroir de la commode et ont huit cent francs, de quoi tenir trois mois. Petit à petit, les proches vont poser des questions et chercher à voir cette mère absente.

Jourdain est marié depuis huit ans avec Marie-Louise. Alors que la période avant mariage laissait augurer une vie heureuse, il en fut autrement après que les deux eurent passé la bague au doigt. En effet, Marie Louise fut prise de migraines à répétition et Jourdain devint un homme sexuellement frustré. Le lendemain matin, il s’étonne de ne pas voir une voiture de police devant chez Doria mais s’inquiète de ne pas retrouver le slip, qu’il avait mis dans sa poche. Il n’a pas d’autre solution que d’approcher les enfants pour comprendre ce qui se passe. La situation devient de plus en plus difficile quand une voisine Mme Josepha vient voir Doria, puis quand leur tante Françoise débarque pour une visite de courtoisie.

Quand j’étais jeune (enfin plus jeune que maintenant, mais je vous rassure je ne suis pas vieux), j’arpentais les gares situées à côté de l’appartement de mes parents. Déjà, à cette époque, je lisais beaucoup, que ce soient des classiques (les vrais, ceux là) ou des romans d’aventure. Je regardais les devantures des marchands de journaux et je voyais les SAS, San Antonio et Fleuve Noir. Avec dédain et envie : dédain car la réputation de ces romans était d’être des romans sans envergure, de la sous littérature pour s’occuper pendant un voyage, envie car les couvertures montraient des femmes dénudées (Désolé mesdames, j’ai aussi été un adolescent !).

Après avoir dévoré ce livre, je me dois de rendre justice à Brice Pelman. Ce roman, qui part d’une idée simple, est tout simplement fantastique. Car au-delà de l’intrigue qui est fort bien racontée, au-delà du style fluide et limpide qui se lit bien et vite, la psychologie des personnages est vraiment impeccable. Entre Jourdain qui est d’abord pris de remords avant de chercher à comprendre puis à s’en sortir, et les voisins qui font circuler les bruits de couloir, l’intrigue avance essentiellement grâce à ses personnages vrais, à ses réactions réalistes, aux coups du sort qui compliquent la vie, aux bonnes mœurs qu’il ne faut pas transiger. Même les réactions des enfants sont impressionnantes de justesse. Cela en fait un récit incroyablement vrai et passionnant dont on ne sait jamais comment cela peut se terminer. Par moments, on atteint même des retournements à la Feydeau.

Quelle bonne idée d’avoir ressorti ces romans qui seraient aujourd’hui mis en lumière plus qu’ils ne le furent à l’époque (il faut dire aussi qu’il y a plus de media qu’avant), car il doit y avoir de vrais petits bijoux et qu’il est grand temps de leur rendre justice. A cet égard, je vous conseille de lire l’interview de Brice Pelman publiée chez Paul Maugendre ici pour avoir une idée du travail de titan que ces auteurs abattaient afin de garnir les rayonnages des gares d’antan.

En ce qui me concerne, je vais fouiller dans le grenier de mon père pour essayer de retrouver des éditions originales, et je suis sûr d’en trouver !

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre faverolle - dans 2010
commenter cet article

commentaires

suzel 26/01/2014 10:08

http://www.estrepublicain.fr/faits-divers/2014/01/24/enfants-seuls-pres-de-leur-pere-mort......

Pierre FAVEROLLE 26/01/2014 10:17

Fichtre !

Richard 12/08/2010 13:16


Étant un amateur de romans noirs que depuis cinq ans et n'ayant pas eu accès à la publication de ces classiques, j'ai bien hâte de pouvoir lire ces productions d'un passé pas si lointain.
Malheureusement, ils ne sont pas encore distribués au Québec !!!
Il faudra que je sois patient !
Merci Pierre !


Pierre faverolle 14/08/2010 09:20



Salut Richard


Si tu m'envoies ton adresse par mail, je peux t'envoyer mon exemplaire par la poste. Si non, il va falloir attendre !


A bientot



Paul Maugendre 12/08/2010 10:44


Bonjour Pierre et merci de faire référence à mon blog. A voir également mon entretien avec Nathalie Carpentier la directrice de collection. J'ajouterai que si la Série Noire était encensée par les
Intellectuels, le Fleuve Noir était prisé par les Ouvriers. Et la Série Noire compta également dans sa production quelques nanars dont Carter Brown. Et à la liste de Claude il ne faut pas oublier
non plus Michel Audiard, Alain Page (voir mon entretien sur mon blog), et Tonino Benacquista qui publia son premier roman dans la collection Spécial Police. Sans oublier non plus ceux qui ont écrit
pour la Série Noire et le Fleuve Noir : Ange Bastiani/Zep Cassini, Arthur Minville/Pierre Latour, Emmanuel Errer/Jean Mazarin, Anfré Duquesne/Peter Randa...
Longue vie à Noir Rétro et à Black Novel
Amicalement
Paul


Pierre faverolle 14/08/2010 09:17



Merci et merci et merci


A bientot



Gwenaelle 12/08/2010 08:39


Une bonne idée, en effet, que cette collection. Et ce titre a l'air particulièrement bien ficelé. Merci pour l'info! :-)


Pierre faverolle 14/08/2010 09:17



De rien et bonne lecture


A bientot



Claude LE NOCHER 12/08/2010 07:36


Salut Pierre,
Comme tu le sais, les romans de la collection Spécial-Police furent dénigrés par les partisans d'une ligne plus dure, celle de la Série Noire. Quand on lit ou relit ces suspenses du Fleuve Noir, on
comprend vite la qualité de la plupart d'entre eux (bon, il y a aussi des nanards). Brice Pelman, Georges-J.Arnaud, Jean-Pierre Ferrière (à venir chez Noir Rétro en octobre 2010 : "Rictus"),
G.Morris-Dumoulin, Eric Verteuil, et tant d'autres, savaient -tu l'as souligné- décrire psychologie et situation sans surcharger les intrigues. Un peu comme la "ligne claire" en BD, si j'ose le
parallèle. Justesse de la tonalité, puisque basée sur un quotidien crédible, telle était la base de leurs romans.
Je suis très heureux qu'ils soient à nouveau mis en valeur... et qu'ils séduisent un public plus jeune (...que moi, qui ne suis pas non plus un vieillard).
Amitiés.


Pierre faverolle 14/08/2010 09:16



Salut Claude


Une vraie découverte pour moi. Il faut que je fasse une descente dans le grenier de mon père. En parlant d'age, j'ai cru lire chez toi que nous ne sommes pas très loin : 44 ans au compteur en ce
qui me concerne. Et puis, la jeunesse, c'est dans la tête que ça se passe


A bientot



Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories