Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mars 2014 3 19 /03 /mars /2014 18:24
N’éteins pas la lumière de Bernard Minier (XO éditions)

J’ai découvert Bernard Minier avec Le cercle que j’avais littéralement dévoré et adoré. Voici le dernier en date de cet auteur dont il va décidément suivre les futurs romans. Car en terme de mystères, de scenario diabolique, cet homme là sait y faire !

Nous sommes au soir de Noël, Christine Steinmeyer doit passer le réveillon dans sa belle famille. Elle est un peu stressée, mais c’est bien normal, c’est la première fois qu’elle va rencontrer les parents de Gerald. En partant, elle trouve dans sa boite aux lettres une lettre dans laquelle une jeune femme annonce son prochain suicide. Christine, qui est animatrice radio, est forcément touchée et insiste pour que son compagnon et elle fassent le tour des locataires pour s’assurer que l’expéditrice ne s’est pas trompée de boite. Ils font choux blancs. Le lendemain, Christine anime une émission sur les personnes seules à Noël. Un auditeur y prononce des paroles mystérieuses. C’est le début d’une descente aux enfers, où Christine se retrouve insultée, malmenée sans qu’il n’y ait aucune raison à cet acharnement sans pitié.

En parallèle, le commandant Servaz est en cure de repos dans un hôpital destiné aux policiers en phase de dépression. Depuis se dernière enquête, il ressasse les indices qui pourraient le mettre sur les traces du psychopathe Hirtmann, afin de se venger de la mort de son ex-compagne Marianne. Un matin, il trouve une clé d’une chambre d’hôtel, la n°117 et sa curiosité l’emporte sur la raison. Cette chambre est déjà réservée à son nom, et c’est dans cet endroit qu’une jeune femme Célia Jabonka s’est donnée la mort un an plus tôt. Alors qu’il se renseigne auprès de ses collègues, d’autres indices finissent par lui parvenir, qui sont tous liés à des opéras.

Si l’on fait abstraction de la motivation de Servaz à se lancer dans cette affaire, qui est la seule chose qui m’ait dérangé au début du roman, je dois avouer que Bernard Minier a tellement bien construit son scenario que l’on peut tout imaginer, que toutes les hypothèses sont possibles jusqu’aux dernières pages … qui sont forcément surprenantes. En seulement trois romans, Bernard Minier a acquis des lettres de noblesse qui font que ses romans sont attendus, espérés, et dévorés dès leur sortie. Et de fait, les fans ne seront pas déçus, et ils vont avoir l’occasion de parcourir un scenario diabolique.

En effet, dans la première moitié du livre, on assiste en alternance à une enquête policière menée par Servaz, rédigée et construite avec toute la rigueur que l’on connait à l’auteur et à une machination visant à pousser Christine au suicide. Si dans le genre manipulation, on a lu la même chose chez Pierre Lemaitre en particulier dans Robe de marié, la méticulosité que met Bernard Minier à décrire ses scènes, à détailler les psychologies, à amasser les mystères fait que les lecteurs suivent l’histoire sans se poser de questions. Et je peux vous dire que Bernard Minier est lui-même très fort pour vous manipuler.

Oscillant donc entre suspense et roman policier, le lecteur arrive à la moitié du livre en pensant avoir trouvé l’auteur de cette machination. Le stress monte donc d’un cran, Christine se rebelle et les scènes deviennent plus dures : c’est le moment où Bernard Minier aborde l’aspect Thriller. Mais ce serait trop facile, bien trop facile et trop évident pour le lecteur. Et c’est là, où l’auteur bascule dans les cent dernières pages dans un roman d’action, au rythme de fou, ne laissant au lecteur que quelques maigres passages pour reprendre sa respiration.

J’espère vous avoir mis en garde, ce roman est stressant, voire même dangereux si l’on s’arrête de respirer trop longtemps. C’est un roman de suspense qui oscille volontairement entre plusieurs genres, et qui va pousser les lecteurs de thriller à aller voir du coté des romans à suspense, voire des romans noirs. Clairement, Bernard Minier est doué, et à la lecture de ce roman, on comprend aisément qu’il ait de plus en plus de fans. Vivement le prochain !

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans 2014
commenter cet article

commentaires

Livres d'occasion 15/05/2014 23:09

Très intéressant votre blog !

Pierre FAVEROLLE 16/05/2014 06:37

merci beaucoup

titoulematou 23/03/2014 09:56

Je veux je veux!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Pierre FAVEROLLE 03/04/2014 20:23

Aïe !

titoulematou 03/04/2014 20:21

que je n'arrive pas à tenir!!!

Pierre FAVEROLLE 30/03/2014 14:04

Sage décision

titoulematou 30/03/2014 10:20

d'avoir le temps de le lire et de vider un peu ma pile à lire !

Pierre FAVEROLLE 23/03/2014 10:04

Mais qu'attends tu ?????????????????

Foumette 22/03/2014 09:00

C'est malin..La lumière s'est éteinte et j'ai pas su lire ta chronique!!!hihihi Je rigoooole hein...ce petit est dans ma pal...et je compte bien l'en sortir!! Mais la question est: quand??? héhé!!!!

Pierre FAVEROLLE 22/03/2014 11:39

Arrête de résister, c'est inutile, l'appel de la lumière se fait trop pressant ! BIZ

Indira 20/03/2014 09:40

J'avais adoré Glacé. Damned faut que je lise Le Cercle avant !! Bon le compte à rebours est enclenché :)

Pierre FAVEROLLE 20/03/2014 21:07

Les 3 peuvent se lire indépendamment mais effectivement, il vaut mieux lire le cercle avant pour comprendre l'état de Servaz au début du roman.

Nath/ sous les pavés la page 20/03/2014 09:01

J'ai beaucoup aimé Glacé et le Cercle et j'aime les personnages récurrents.
Je trouve également que Minier est devenu incontournable dans le genre.
Bel article

Pierre FAVEROLLE 20/03/2014 21:06

merci pour le compliment. Je suis d'accord avec toi, il a su se créer un lectorat qui grandit. Les gens deviennent inconditionnels et ils ont raison, c'est très très bien fait. BIZ

Vincent 20/03/2014 08:28

J'ai adoré ses deux premiers romans. Il ne fait aucun doute que ta chronique va contribuer à faire remonter de quelques crans sa position de priorité dans la liste de souhaits. Question subsidiaire:le masque à oxygène est fourni?

Pierre FAVEROLLE 20/03/2014 21:05

Bernard Minier joue avec les codes, et a un style d'une fluidité rare. Par moment, il s'étale mais il aime avant tout mener ses lecteurs par le bout du nez. Très bon. Pour le masque, il vaut mieux en acheter un !

gruz 20/03/2014 06:25

Ah c'est donc pour ça que je suis devenu tout bleu durant la lecture de ce bouquin, en apnée ;-).
Tu as parfaitement bien décrit les sentiments que l'on ressent à la lecture de roman diablement bien construit !
Amitiés

Pierre FAVEROLLE 20/03/2014 06:29

merci Yvan, Bernard Minier est diablement fort. Amitiés

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories