Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 18:23
Oldies : Un petit boulot de Iain Levison (Liana Levi – Piccolo)

Iain Levison, c’est un auteur que je n’ai jamais lu, alors que j’ai tous ses livres chez moi. La réédition de Un petit boulot pour fêter le numéro 100 de la collection de poche Piccolo de Liana Levi est une bonne occasion de commencer à découvrir l’œuvre de cet écrivain. Ce roman est sorti aux Etats Unis en 2002 sous le titre Since the layoffs (littéralement Depuis les licenciements), et en France en 2003. C’est un roman toujours d’actualité, d’une modernité incroyable. Un grand merci à Amélie et mon dealer de livres Coco.

L’auteur :

Après avoir vécu avec sa mère célibataire dans un taudis d’Aberdeen, il part vivre aux Etats-Unis en 1971. Il poursuit sa scolarité à Philadelphie, où il évolue dans les quartiers huppés de la ville. Il retourne en Angleterre pour effectuer son service militaire, mais supporte très difficilement son affectation en Afrique de Sud. De retour à Philadelphie (après 10 mois de chômage à Glasgow), il monte sans succès une société de cinéma, puis devient travailleur itinérant. Pendant 10 ans, il enchaine ainsi des dizaines de petits boulots. Cette longue expérience lui inspire un récit autobiographique. (Source Dictionnaire des littératures policières)

Quatrième de couverture :

Une petite ville américaine ravagée par la fermeture de l’unique usine. Un héros qui perd non seulement son travail, sa télé, son aspirateur, mais aussi sa petite amie. Pour ne pas perdre aussi sa propre estime, il est prêt à accepter n’importe quel «petit boulot», y compris celui qu’un bookmaker mafieux, lui propose… Un portrait au vitriol de l’Amérique des laissés-pour-compte.

Mon avis :

Ce roman est écrit à la première personne du singulier, au présent. On y suit Jake Skowran qui habite dans une petite ville des Etats Unis, ravagée par le chômage depuis que la seule usine du coin vient de fermer ses portes pour délocaliser le travail au Mexique. Jake essaie de survivre en vivant du peu que lui versent les assurances chômage. Depuis, il a été obligé de vendre sa voiture, s’est séparé de sa copine, et a arrêté son abonnement au câble. Petit à petit son appartement se vide, et il lui reste tout juste assez d’argent pour payer son loyer. Alors parfois il parie sur les matches de football.

Son pote de toujours Tommy lui propose un poste de caissier de nuit dans la station service Gas’n’Go, payé 6 dollars de l’heure, de quoi s’acheter à manger. Puis Ken Gardocki, le dealer de drogue et bookmaker lui propose un marché. Si Jake tue la femme de Ken, il sera payé 5000 dollars. Jake accepte et s’aperçoit même qu’il aime ça. Il va devenir le tueur attitré de Ken.

De ce roman, je retiendrai la rage de Jake et l’intrigue décalée, à la limite de l’humour cynique. Car ce personnage est bigrement marquant, et on suit ses pensées à propos de tout et de rien, mais avec une lucidité moderne et actuelle. Alors si l’intrigue et les différents meurtres qu’il doit réaliser est la trame du roman, elle devient vite secondaires devant certaines scènes dont qui sont frappantes. Je vous citerai par exemple celle d’un salarié de sa banque qui lui dit qu’il est au courant qu’il est sans travail mais qui veut savoir quand il va rembourser son découvert.

La morale de ce roman force à réfléchir, tant elle est comiquement amorale. L’auteur dénonce la course aux profits des entreprises, rendant la société amorale, rendant les gens toujours plus individualistes. Le personnage principal est en rage, et comme la société est amorale, il ne se pose pas de questions et justifie ses actes par sa survie dans une société inhumaine. Avec ce roman, Iain Levison fait une entrée fracassante dans le monde du roman noir, et au travers d’une intrigue amusante, se pose en porte parole des laissez pour compte, des oubliés du Rêve Américain. Ce roman est une lecture importante, d’une actualité confondante.

Oldies : Un petit boulot de Iain Levison (Liana Levi – Piccolo)

Partager cet article

Repost 0
Published by Pierre Faverolle - dans 2013 Oldies
commenter cet article

commentaires

Jean 04/11/2013 13:07

Bonjour Pierre,
Une de mes lectures marquantes de l'année. Un petit boulot, un petit bijou ! Selon l'humeur du moment, on peut le lire à différents niveaux. Cynique, noir mais drôle, déjanté avec des scènes d'anthologie qui ont traumatisé mes zygomatiques. Je vais peut-être remettre ma chronique sur quelques groupes, histoire de rallier encore quelques irréductibles, s'il le faut. J'espère que tu vas bien, même très bien. Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 04/11/2013 21:46

Je n'ai pas mis le lien vers ta chronique, car j'en ai trouvé beaucoup sur le net. C'est un roman indispensable qui a sa place dans cette rubrique pour qu'on ne l'oublie pas. Sinon, ça va. Amitiés

The Cannibal Lecteur 04/11/2013 12:02

Salut, Pierre,

De lui, je voudrais bien lire "arrêtez-moi là" et je pense que celui dont tu nous parles n'est pas mal de par son côté sombre... Ah, ma pauvre PAL... :(

Pierre FAVEROLLE 08/11/2013 20:50

effectivement, tu es mal barré

The Cannibal Lecteur 08/11/2013 09:02

ARGH !!! Mais je vais jamais m'en sortir....déjà que je dois lire "shinning" !

Pierre FAVEROLLE 05/11/2013 19:10

voilà une excellente idée d'autant plus que le dernier King vient de sortir, Doctor sleep et que c'est la suite de Shining !

The Cannibal Lecteur 05/11/2013 09:51

À ton avis, que vais-je faire ? Lire les deux aussi et m'ajouter sur la liste avec Claude car moi aussi je voudrais des heures de plus pour mes loisirs ! Genre 12h de plus par jour.. Ou une machine qui arrêterait le temps, ou une faille spatiotemporelle comme dans le dernier King : j'y passerais des heures et dans le monde de 2013, je ne me serais absentée que deux minutes.

Pierre FAVEROLLE 04/11/2013 21:44

Alors lis donc les 2 !

Claude LE NOCHER 03/11/2013 20:20

Offre-moi comme cadeau de Noël 36 heures par jour, mon cher Pierre.
Tu l'auras compris, ce livre (et "Arrêtez-moi là") font partie de ceux que je n'ai jamais eu le temps de lire. Vite, vite, un créneau de douze heures supplémentaires chaque jour, par pitié.
Amitiés.

Pierre FAVEROLLE 03/11/2013 20:24

Je me permets d'insister cher Claude, celui ci est un indispensable du noir cynique. En espérant l'avoir fait remonter dans ta liste ! Amitiés

Oncle Paul 03/11/2013 19:48

Bonjour Pierre
Prévu dans ma Pal, mai ce ne sera pas un petit boulot, plutôt un grand plaisir de lire ce roman surtout après le bien que tu en écris
Amitiés

Pierre FAVEROLLE 03/11/2013 19:57

Que te dire de plus Paul, si ce n'est qu'il faut que tu le remontes dans la pile car c'est une lecture urgente et bigrement et tristement contemporaine. Amitiés

Présentation

  • : Le blog de Pierre Faverolle
  • Le blog de Pierre Faverolle
  • : Ce blog a pour unique but de faire partager mes critiques de livres qui sont essentiellement des polars et romans noirs. Pour me contacter : pierre.faverolle@gmail.com
  • Contact

Sur ma table de nuit ...

Le blog reste ouvert.

Dorénavant, les nouveaux billets seront :

http://blacknovel1.wordpress.com/

   

Recherche

Archives

Catégories